Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouve un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture

Qui passe par ici?

Flag Counter

jeudi 10 février 2022

Les voiles écarlates ( film 1961)

Nouveau film russe, enfin, soviétique, célébrissime en Russie, mais totalement inconnu en France.


Tiré d'une nouvelle d'Alexandre Grine (Grinievski), auteur du début du XX° siècle, le film est devenu culte, et a donné son titre à.. la fête de fin d'années  d'études et des nouveaux diplômés de Saint Pétersbourg. Le 25 juin, la ville organise une énorme fête, avec son et lumière, pyrotechnie, concerts géants, pour fêter les nouveaux diplomés, le clou du spectacle est l'arrivée dans le port historique de Saint Petersbourg d'un bateau à voiles, doté donc de voiles rouges, symbole des rêves qui se réalisent, d'aventure ( ta nouvelle vie commence après ton diplôme)


La française que je suis a envie d'ironiser sur le fait que tu peux rêver d'aller au Pôle Nord ou au Pôle Sud, mais en fait, ta première destination sera le Pôle emploi). Mais il faut reconnaître qu'ils y mettent le paquet. En temps normal, hein depuis le covid c'est différent, l'an dernier le spectacle a bien eu lieu mais sans spectateurs, il a été retransmis en vidéo.

Or dans la nouvelle comme dans le film, pas de jeunes diplômés pourtant. C'est un mélage entre film d'aventure de pirates et .. la belle au bois dormant. Oui, c'est curieux, dit commme ça.

Tout commence lorsqu'une marin parti pendant de long mois revient dans son village. Il apprend que sa femme est morte. Acculée par la misère, elle s'est retrouvée face à un choix: accorder ses faveurs à l'aubergiste et obtenir de la nourriture, ou rester fidèle à son mari et chercher une autre solution. Partie vendre les rares bijoux qu'elle avait, en plein hiver, elle meurt rapidement de pneumonie. Le marin doit a présent rester à terre pour s'occuper de sa fille, bizarrement prénommée Assol ( ne cherchez pas, ce n'est pas un prénom russe, d'ailleurs on ne sait pas trop où se passe cette histoire, dans un pays imaginaire, comme souvent).
Il doit renoncer à son métier et sa passion de la mer pour subvenir à leurs besoin, et fabrique des maquettes de bâteau qu'il tente de vendre dans la petite ville proche. Lorsqu'il a l'occasion de porter secour à l'aubergiste qui se noie sous ses yeux, bien évidemment, il s'empresse de laisser couler celui qu'il rend responsable de sa femme.
Commencent donc les problèmes pour Assol: mise de côté par les autres enfants " passque ton père, ben on dit que c'est un meurtrier!", elle se renferme sur elle-même , n'a plus d'amis que parmi les gens de la génération de ses parents, devient la fille bizarre qui vend des maquettes avec son père.


Et un jour, en se rendant à la ville, elle rencontre un conteur, qui voyant cette toute petite fille en train de perdre sa joie de vivre, lui raconte une histoire fantastique: certes sa vie actuelle n'est pas simple et ça va continer encore quelques temps, mais si elle y croit, si elle se raccroche à ses rêves, un jour elle vivra une vie merveilleuse pleine d'aventures: un bateau blanc aux voiles rouges viendra la chercher elle et son père et ils partiront avec leurs nouveaux amis les marins pour de lointains horizons. et évidemment, lorsqu'elle raconte ça a son père, des oreilles et des langues qui traînent on vite fait de propager l'histoire.  Qu'une gamine croit à ce genre de fable passe encore, mais plus les années passent, plus elle s'entête à attendre "son" bateau. Devenue jeune adulte, elle n'est plus seulement "la fille bizarre" mais carrément la zinzin, la folle du village.

En parallèle de l'histoire d'Assol, quelque part, mais très loin, dans une très loin qui ressemble à l'angleterre, vit Arthur, dans un château avec une famille très riche, des dosmestiques, des précepteurs. Arthur s'ennuie ferme à devoir apprendre des choses qui l'ennuient, et devoir poser pour des portraits de famille..
Arthur "petit lord Fauntleroy" qui veut littéralement qu'on le laisse mener sa barque comme il l'entend

Lui ce qu'il veut c'est partir à l'aventure, sur la mer, avoir son bateau et devenir capitaine. Devenu jeune adulte, lui aussi, n'a jamais abandonné et va saisir la première occasion de paertir pour s'engager comme mousse et grimper les échelons. Il fait tellement bien même dans son métier de rêve qu'il se voit confier le rôle de capitaine lorsque son chef part en retraite.


La suite on la devine...
Le capitaine Arthur, pris pour un pirate à la capitale, prend le large à tous les sens du terme, et son bateau et lui arrivent dans la petie ville où vit Assol. Mais comme elle travaille toute la nuit à ses maquettes, ils ne se rencontrent pas non. En se promenant sur la berge, il la trouve endormie au pied d'un arbre... et coup de foudre,bague au doigt, etc..de la fille qui dort profondément et est bien étonnée d'avoir un nouveau bijou à son réveil. 99% des gens dans la misère se seraient empressés d'aller la revendre pour.. ben ...manger? Mais pas elle, non, elle y croit, c'est un signe que son rêve est tout prêt de se réaliser.
Toute ressemblance avec une célèbre histoire n'est pas fortuite.
Et Arthur est beaucoup plus digne que n'importe quel prince de contes, il ne se permet pas de tripoter ou rouler un patin à une femme endormie, préférant qu'elle soit pleinement consciente

Entretemps l'ami Arthur, qui se demande quand même un peu a qui il a bien pu faire une demande en mariage sans même qu'elle ne le sache, s'enquiert discrètement auprès des villageois " ha, en me promenant, j'ai vu heu.. une drôle de fille qui dormait sur la berge, qui est-ce?" " ha ça c'est sûrement Assol-la-folle, elle est gentille mais timbrée cette nana, figurez vous que depuis son enfance, blablabla.."
Juste quelques mots de l'acteur Vassily Lanovoï, acteur de théâtre en premier lieu qui a eu une popularité incroyable en URSS, classé ici parmi les 10 sex-symbols de l'époque soviétique, tant pour sa bonne tête, que pour sa spécialisation en rôles héroïques.
Il est malheureusement mort il y a à peine plus d'un an du coronavirus.

Arthur sait maintenant comment il va pouvoir entrer en contact avec elle, tout en donnant l'impression d'être le prince charmant qui arrive sur son cheval, enfin son bateau ( tout en s'assurant que le refus est impossible, puisque c'est ce qu'elle attend depuis toujours!): il va se sentir une vocation de réaliseur de rêves et achête tout ce qu'il trouve de tissus rouge pour en faire des voiles. Et revient quelques temps plus tard remarqué de tous, tel un frimeur dans sa Ferrari au klaxon qui joue la cucaracha. J'exagère à peine: le gars fait monter un orchestre sur son bateau pour arriver , littéralement, en fanfare, afin que tous voient que oui, "les miracles peuvent se réaliser.." Et hop petite morale soviétique " peuvent se réaliser, oui mais seulement si on met tous ses efforts pour les réaliser".
Ouf c'est un peu moins naïf que " si on y croit"

Ca peut paraître un peu culcul-la-praline comme histoire, et effectivement, ça l'est un peut, mais ce détail de se bouger les fesses pour obtenir ce qu'on veut change pas mal les choses. Oui il y a le côté belle au bois dormant, mais l'héroïne de fait est une bosseuse qui trime pour se nourrir. Le héros n'est pas un simple opportuniste, il a fermement décidé de suivre la voie qui lui convenait n'en déplaise aux parents, et a trimé pour obtenir ce qu'il voulait.
L'histoire d'amour un peu cliché, avec l'inévitable gars raide dingue d'une fille à laquelle il n'a jamais adressé la parole, est finalement secondaire face aux notions d'espoir et de ténacité, et du fait qu'on doit prendre une part active à sa propre vie. Donc une conclusion inverse de la belle au bois dormant à laquelle il y a pourtant une évidente référence. Et rien que ça, ça donne un côté sympathique au film.

pour le voir, c'est par ici, je n'ai pas mieux à vous fournir qu'une version avec sous-titres en anglais, et je ne sais pas ce qu'ils valent ( réellement faits par quelqu'un ou générés automatiquement, vu que ce n'est pas précisié, il y a des chances qu'il y ait réellement eu un humain vivant pour s'en charger)
le film, vost anglais disponible

Catégorie "l'affiche est jolie"
(et donne envie de voyager)





vendredi 4 février 2022

Coeur de chien ( film 1988)

Et un autre film, vu dans le cadre du cours de littérature russe.
Et en VO et sans sous-titres, s'il vous plait! Etje suis ravie de vouis dire que , si je n'ai pas compris 100% des dialogues, j'ai quand même pu suivre l'intrigue sans problème ( j'ai d'ailleurs le livre aussi à lire, à l'occasion). La progression commence à se faire sentir, au niveau ou je suis ce n'est plus jour après jour, mais plutôt à l'échelle de 6 mois ou un an que je peux constater quelque chose.

Il s'agit d'une adaptation très fidèle du récit " coeur de chien" de Mikhaïl Boulgakov,  écrit en 1925 et publié en 1987 en URSS, il a fallu attendre le dégel et la fin de la censure.
Le film date de 1988, et est en noir et blanc, pour coller au style du cinéma.. des années 1920, époque de l'intrigue.


C'est une variation sur le thème de la science et de la manipulation de la nature par l'homme, en même temps qu'une farce sociale qui brocarde la politique de son époque et le pouvoir soviétique ( d'où la censure, bien évidemment, Boulgakov était un "blanc".  L'idée générale rappelle un peu Frankenstein ou L'île du docteur Moreau.

A Moscou , dans les années 1920, le professeur Preobrajenski, chirurgien renommé et homme de la haute société, vous son univers s'effriter. La belle demeure où il habite et exerce a été réquisitionnée en partie pour créer des apparetement communautaires et il a donc régulièrement maille à partir avec le nouveau comité  qui s'occupe des logements, qui veut réquisitionner une partie de son logement pour y polacer un camarade. Pensez, il a 7 pièces à sa disposition, qui lui servent  de logement et de cabinet médical, il pourrait au moins être un bon soviétique et en céder une! Par cahnce, son talent médical fait qu'il est également le médecin attitré des très hauts pontes du parti, donc s'il n'échappe pas aux tracasseries administratives, il a quand même la possibilité d'éviter la réquisition.
D'autre part, il voit se succéder dans son cabinet des patients vieillisants qui n'acceptent pas de prendre de l'âge et veulent absolument rajeunir ( un défilé digne de ceux du docteur Knock!). Preobrajenski a alors une idée: pour lui l'hypophyse est la clef du vieillissement et il y a peut être possibilité d'intervenir et de manipuler cette glande pour inverser le processus. Il décide donc de tenter la chose avec la bien involontaire collaboration de Charik ( "boule de poils"), chien errant à l'article de la mort qu'il recueil et à qui il décide de greffer l'hypophyse d'un homme récemment décédé, musicien de cabaret de son vivant.

Contre toute attente, la greffe fonctionne, Charik ne meurt pas, et de manière inattendue se transforme en humain. Un humain qui va combiner les défauts du chien ( opportuniste, faignant, voleur) et de l'humain dont il a hérité d'un bout de cerveau ( tendance à l'alcoolisme, à la drague, sans-gêne) mais aussi les qualités: il apprend à parler et à raisonner en un temps record, faisant remarquer avec pertinence que puisqu'il n'a pas demandé à être le sujet de l'expérience, le professeur a une responsabilité envers lui. Il développe une conscience politique.. socialiste au grand dam du professeur, et réclame à avoir une identité, avec prénom, patronyme et surnom. Il retrouve également ses compétences humaines, la joie de jouer de la balalaïka...

cette scène est passionnante, Charik- humain, d'abord terrifié d'être exposé comme une résultat d'expérience doté d'un esprit assez rustre ( rapellez vous comment on montrait les représentant de peuples éloignés en europe au début du XX° siècle), doit faire montre de ses "nouvelles compétences".
De fait, il tourne la chose à son avantge, redevenant aux yeux de tous le musicien dont il a hérité d'un bout de cerveau. Même une " brute" est capable de sensibilité artistique... ce qui fait tomber le professeur dans les pommes, lorsqu'il comprend à quel point cette réussite scientifique est un échec ethique. que Charik lui-même ne se prive pas de commenter.



De fait Charik, ne peut plus être considéré comme un chien, c'est bel et bien un humain. On ne peut plus arrêter l'expérience et le sacrifier comme un animal de laboratoire, ça deviendrait un meurtre.
Et la situation est donc exactement celle qu'il voulait éviter: il se retrouve avec une graine de communiste qui squatte chez lui, se fait nourrir et réclame des droits ( auxquels il peut légitiment prétendre)

Il y a quelque chose d'intéressant: en russe comme en français le chien est ambivalent, traiter quelqu'un de chien, c'est mettre en avant la bassesse, la servilité . Mais c'est aussi le meilleur ami, fidèle. Le titre est aussi ambigu dans les deux langues : le coeur de chien, c'est à la fois le traitre, prêt à n'importe quelle bassesse pour un susucre, mais aussi la fidélité absolue, voire aveugle. Le chien qui revient vers son maître même quand celui-ci le maltraîte.. Replacez ça dans un contexte politique, et vous comprenez le pourquoi de la censure.

J'ai beaucoup aimé ce film, je pense que je vais aussi beaucoup aimer le roman d'ailleurs, un peu science-fiction, un peu farce grotesque, avec une vraie réflexion philosophique sur la politique, l'éthique scientifique... j'ai comme l'impression que l'idée générale est que comme le professeur qui mène une expérience scientifique, barbare, le propos est que tout le pouvoir communiste est une expérience sociologique ratée ( et en 1928, il faut penser que le pire était encore à venir)

Et impossible malgré tout de détester Charik, bien que ce soit un (lou)loubard, il a l'art pour témoigner d'une sensibilité humaine.
Impossible de détester non plus le professeur, bien qu'il joue à l'apprenti sorcier. Il a des défauts, est orgueulleux et aime l'argent, mais contrairement à Frankenstein ou Moreau, il a une éthique qui fait qu'il assume sa responsabilité envers sa créature, et refuse de l'assassiner.
L'infirmière et la cusinière sont impuissantes face à cette situation et ne peuvent rien changer. Il n'y a que l'assistant et les gens du comité qui soient plus négatifs que positifs, mais c'est la grande force du film ( et je suppose du texte de Boulgakov): dans cette ambiance en noir et blanc, personne n'est entièrement noir ou entièrement blanc, et c'est beaucoup plus crédible et intéressant. Evgueny Evsigneiev, qui tient le rôle du professeur est vraiment excellent, acteur de théâtre, et ça se sent.
Vous pouvez voir le film ici (en VO sans sous titres) je sais, ça n'aide pas. Mais il a été sous-titré en français et est disponible en DVD.

Tout le début est brillant, en voix off, filmé à hauteur de chien, c'est le monde vu et commenté par Charik, encore chien errant sur ses quatre pattes, qui se demande bien ce qu'il a fait pour mériter une telle chienne de vie. Où seules deux personnes vont lui manifester un peu de compassion, sous forme de nourriture: la dame qui va au cinéma, et le professeur Preobrajenski ( même s'il finit par l'utiliser comme cobaye, il ne le laisse pas mourir de faim dans la neige)
un acteur 100% dans son rôle, Karaï, policier de profession :)
Comment de pas craquer face à cette bonne bouille!

Pour l'anecdote, je vois que pour lui donner l'air miteux et mouillé d'un chien errant, il avait eu le pelage tartiné de gélatine, pas besoin de le faire se geler dans la neige, rassurez-vous il n'a pas été frigorifié pour les besoins du film

ah, et la question que vous vous posez, est ce-ce que le chien meurt?

Spoiler : non. Le professeur a pitié de lui et inverse le processus, le chein redevient ce qu'il n'aurait jamais du cesser d'être, un toutou sur 4 pattes, Et il ne retournera pas à la rue, mais restera vivre sa vie de chien chez le professeur / spoiler



catégorie film en noir et blanc ( même s'il est de 1988)

jeudi 3 février 2022

Défi cinéma

 Trouvé grave à Pativore, qui me met au défi de lui faire connaître des films russes, voilà un challenge qui change un peu de ce dont j'ai l'habitude. Mais comme il se trouve que j'ai pas mal de films vus à chroniquer, ce sera l'occasion idéale pour le faire.
Voilà de quoi il retourne, c'est très simple: une quarantaine de catégories, à nous d'en remplir un maximum pour gagner une médaille virtuelle ( en chocolat, en bronze, en argent ou en or). c'est organisé ici par Lily lit

Pour des raisons évidentes liées à mes études, il y aura donc un maximum de films russes/ soviétiques, mais je vais essayer de d'intégrer des choses qui explorent aussi le régions plus reculées et les anciennes RSS.

les catégories

  • Un film qui contient une chanson que tu adores
  • Un film avec un titre en un mot
  • Un film français d’avant 1980
  • Un film avec un détective privé
  • Un film adapté d’un roman graphique ou d’un comic
  • Un film avec un split screen
  • Un film dont l’affiche est jolie
  • Un film sur l’amitié
  • Un film dont au moins une scène se passe dans un cirque
  • Un film réhabilité après un flop au cinéma
  • Un film où on peut entendre parler au moins deux langues
  • Un film d’horreur
  • Un film en grande partie tourné dans une voiture
  • Un film qui se déroule dans un lieu imaginaire
  • Un film avec une fermeture/ouverture à l’iris
  • Un film dont le personnage principal est un enfant
  • Un court-métrage
  • Un film qui commence par la fin de l’intrigue
  • Un film dont un personnage porte le prénom de ton ami(e) d’enfance
  • Un film avec une course-poursuite
  • Un film qui se déroule dans le milieu culinaire
  • Un film dont un personnage déménage
  • Un film qui t’a fait découvrir un(e) réalisateur/trice
  • Une comédie musicale
  • Un film qui se passe dans le milieu sportif
  • Un film en noir et blanc
  • Un film qui a connu un tournage compliqué
  • Un film avec un verbe à l’infinitif dans le titre
  • Un film dont le personnage principal a plus de 60 ans
  • Un film qui n’est pas sorti en salles en France
  • Un film avec un couple de cinéma que j’adore
  • Un film dont le titre est issu d’une chanson
  • Un film à petit budget
  • Un film avec un enlèvement ou une disparition
  • Un film sensuel ou érotique
  • Un film dont un personnage va en prison
  • Un survival/un film catastrophe
  • Un film européen hors France
  • Un film réalisé par une femme
  • Un film avec des jumeaux/jumelles

Bon il y a des choses peu probables pour moi ( je n'aime pas les comédies musicales, la course poursuite ne me tente pas non plus que ça, je ne sais pas si un film a une " Christelle" en personnage principal, je sèche aussi pour celui tourné dans une voiture ou pour le split screen et la fermeture à l'iris, couple de cinéma aussi, je dois reconnaître..). J'ai une petite idée pour le film culinaire si j'arrive à le trouver.

Et comme j'ai vu et chroniqué il y a peu le formidable et méconnu " et puis nous danserons" c'est encore l'occasion de lui faire un peu de pub. Il rentrerait dans plusieurs catégories, mais, au vu de l'histoire de son tournage, il coche particulièrement la case:

- Un film qui a connu un tournage compliqué: Et puis nous danserons (2019)
- un film en noir et blanc: Coeur de chien (1988)
- un film dont l'affiche est jolie: Les voiles écarlates (1961)
- un film survival/ catastrophe : Stalker (1979) bon, c'est limite, mais oui, on peut le classer dans cette catégorie
- un film qui contient une (et même plusieurs!) chansons que j'aime: Leto (2018)
- un film avec 2 langues Leto rentre aussi dans cette catégorie (en russe, avec des passages entiers de citations de paroles de chansons en anglais, intégrées aux dialogues) , mais pour ne pas le faire figurer deux fois: Papicha (2019): français, arabe algérien, anglais par ci par là.
- un film européen hors France : Hamlet (1948) Grande-Bretagne
- Un film qui n'est pas sorti en salles en France : La dame de pique (1982)
- Comédie Musicale ( oui, j'ai réussi!): la petite boutique des horreurs (1986)
- Film d'horreur: les chroniques de Viy 1 ( 2017)
- split screen : Piter FM (2006)
- film avec une course poursuite  : Les aventures extraordinaires de Mr West au pays des bolchéviques ( 1924)

Bonus - hors catégorie ou catégorie déjà validée:
- Ivan le terrible  ( 1945) noir et blanc, film qui a eu un tournage compliqué
- Le salon de musique ( 1958) noir et blanc, film où on entend deux langues ( bengali et un peu d'anglais de temps en temps)


Et par pays:


Algérie: Papicha
Géorgie: Et puis nous danserons
Grande Bretagne: Hamlet
Inde : Le salon de musique
Russie/URSS: Ivan le terrible, les voiles écarlates, coeur de chien, leto, Ivan le terrible, La dame de Pique, les chroniques de Viy 1
USA: La petite Boutique des horreurs, Double assassinat dans la rue morgue.


si j'arrive à les trouver:
- culinaire: les 1001 recettes du cuisinier amoureux
- lieu imaginaire: Kin-dza-dza
- enlèvement: la prisonnière du Caucase
- Cirque: freaks ( dire que je ne l'ai jamais chroniqué celui là... mais je l'ai vu il y a super longtemps)

A classer ou hors catégorie: 12 chaises, le bras de diamant, L'ironie du sort, romance de bureau...

et ce n'est pas dans la liste des cases à cocher, mais comme je fais aussi en parallèle le challenge littérature étrangère, j'essaye de varier les pays en matière de films aussi.