Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouve un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture

Qui passe par ici?

Flag Counter

dimanche 29 novembre 2020

Bardcore!

Wowow, j'ai très envie de partager ma découverte de cette fin d'année, qui va probablement m'accompagner pendant tout le mois de décembre: le "bardcore"

Mais quoi qu'est-ce?

Jeu de mot sur  hardcore et barde , jusque là, rien de bien compliqué.
Il s'agit donc de reprendre des tubes contemporains, en général rock ou metal, et de les remanier à la sauce.. médiévale. Voire antique.

Et donc on trouve des pépites comme cette version latine de " smells like teen spirit" ( salue, salue, salue...)


The house of rising sun en vieux françois, qui se passe donc à Orleans vers 1200

Ou le summum de l'épique: Immigrant song en vieux norrois


Peut-on trouver encore mieux? oui, sans paroles, mais sur instruments anciens!
Ceux et celles qui me connaissent savent que j'ai un faible très fort pour les bruns à cheveux longs et yeux sombres. Ceux qui ne le savaient pas l'apprennent.
Et donc forcément, si en plus le brun en question joue de plusieurs instruments rares et reprend Ozzy Osbourne, Iron Maiden ou System of a down dans un style médiéval, c'est un coup de coeur immédiat pour moi ( et musicalement, ça l'aurait été même si le musicien était un petit blondinet)

Crazy train au luth(et en tenue Renaissance)

Fear of the dark fonctionne incroyablement bien à la harpe et à la flûte car la mélodie en est très travaillée à la base  (ça c'est pour mon pote Sylvain qui joue de la flûte et de la harpe, mais pas en même temps)

J'aime beaucoup Aerials avec ses sonorités caucasiennes ( System of a down est un groupe américain dont les membres sont tous d'origine arménienne et ça s'entend dans leurs compositions) et là encore, c'est une bonne pioche

Le barde Frédéric Vif-Argent et ses compères viennent animer le banquet de la reine, dixit le premier commentaire. J'adore!

Voilà en tout cas une manière de finir originalement cette année.. originale.

samedi 24 octobre 2020

Encyclopédie des revenants et des non-morts, fantômes, vampires et zombies - Vanessa Callico, Lionel Behra, Senyphine

Après le petit extrait visuel d'hier, voilà l'album d'où provient l'illustration des willis.


Hooo le joli album, acheté il ya quelques années en souscription, je n'ai pas pu résister à cette beauté et à ses magnifiques ilustrations. Et en bonus, j'ai eu la dédicace de la dessinatrice et 6 cartes postales ( au lieu de trois, car une de celle que j'avais choisies etait en rupture ) et deux fonds d'ecran. Donc déjà le coeur geant de ce sujet, ce sera pour Senyphine. J'aime beaucoup mais alors beaucoup la momie et la sorcière vaudou bien que ce ne soient pas mes couleurs favorites à la base, et Hone-Onna.


Pour la petite histoire, la semaine de mon arrivée en Belgique, pour un an, et la veille de la rentrée,il y avait la fête de la BD, dans le parc du Palais Royal. J'y suis allée et et eu la surprise de voir un Stand du Héron d'Argent, tant cette petite maison d'édition est peu connue. J'ai donc pu discuter avec Vanessa Callico qui était là, lui expliquer que j'avais participé à la souscription et que j'avais doncnchez moi en France l'exemplaire dédicacé par sa collègue dessinatrice.. et de fil en aiguille nous avons parlé de musique, elle m'a donc conseillé la symphonie des Songes, édité au meme endroit. Entièrement basé sur la musique, autant dire que je l'acheterai des que possible, et fourni avec un CD pour faire connaître les morceaux dont il est question. Et voyant que l'un des morceaux choisi est interprété par Samuel Ramey, je n'ai pu m'empêcher de dire à quel point j'adorais la voix de ce chanteur. C'est elle qui a insisté pour que ce soit cette version qui soit utilisée car elle est fan au point que son mari en a marre d'entendre chanter Samuel Ramey.

Ca fait tellement plaisir de se trouver un point commun avec quelqu'un, et sur un sujet que j'ai difficilement la possibilité d'évoquer avec les gens que je connais.

Et  c'est parti pour plusieurs thèmes, chacun avec sa petite explication, suivi d'une page individuelle, avec une petite citation, quelques informations et une illustration. Et on va voyager dans le monde entier!

Au programme:

- Revenants et apparitions ( spiritisme, poltergeist, dames blanches, willis - voilà, vous savez d'où vient l'illustration des danseuses fantomatiques quand j'ai évoqué Giselle - la mort, le chamanisme, les feux follets, les banshee, les moins connues krasue d'Asie ou lavandières de nuit celtes, etc..)

- les lieux hantés ( tourde Londres , forêt d' Aokigahara, chambre de Lincoln, ile de Poveglia...)

Le bateau fantôme, que je ne pouvais pas éviter vu que c'est l'un des sujets proposés au vote thématique cette année.

- les vampires et créatures assoiffées de sang (Strigoï et Moroï - des vampires roumains roux , essayez de le dire vite - le baykok amérindien, le chat vampire de Nabeshima et la Hone-Onna, ou plus inhabituels arbres vampires, tous asiatiques, cihuateteos aztèques, stryges greco - romaines, fruits et légumes vampires du kosovo 🤔😂...pishtaco péruvien qui se nourrit de graisse , là, il y a un marché à faire avec lui!)

- Zombies et morts vivants (Draugr d'Islande, jiangshi chinois, vaudou, goules, tokoloshe du Zilbabwe, momie...)

J'ai sélectionné quelques doubles pages, pour avoir des photos qui rendent bien , mais toutes ne sont pas aussi impressionnantes.

J'ai aussi beaucoup apprécié de voir des monstres du monde entier ( Australie, Thaïlande, Kosovo, Zimbabwe, Pérou...) et pas seulement Européens ou Japonais. Évidemment il en manque plein ( pas de yeti, de jackalope, de chupacabras, de diablesse guyanaise, ou de tarasque, de graoully, de drac, de bête  de Gevaudan, car oui nous avons aussi nos monstres en France...) donc un tome deux serait vraiment bienvenu 😉

vendredi 23 octobre 2020

Littérature, spectacles, fantastique :Giselle - T.Gautier et A. Adam

Danse, concert, son et lumière, opéra.. et on revient à la danse.
C'est vendredi, c'est le jour de la sortie virtuelle au spectacle.

Mais qui voilà? c'est Théophile " Théo-la-déprime" qui revient.

Pas comme écrivain, cette fois, et je n'ai pas de formule très galante du type "encore emperlée des pleurs d'argent de l'arrosoir" à vous fournir.
Cette fois, il s'est simplement chargé de la trame narrative de cette histoire de revenants sans paroles.

Un écrivain dont on ne lira pas une ligne pour une oeuvre qui n'a pas de texte? Et oui... 

Et en plus il a largement puisé dans la littérature allemande ( Heinrich Heine en l'occurrence)

« Dans une partie de l'Autriche, il y a une légende qui offre certaines similitudes avec les antérieures, bien que celle-ci soit d'une origine slave. C'est la légende de la danseuse nocturne, connue dans les pays slaves sous le nom de "willi". Les willis sont des fiancées qui sont mortes avant le jour des noces, pauvres jeunes filles qui ne peuvent pas rester tranquilles dans la tombe. Dans leurs cœurs éteints, dans leurs pieds morts reste encore cet amour de la danse qu'elles n’ont pu satisfaire pendant leur vie ; à minuit, elles se lèvent, se rassemblent en troupes sur la grande route, et, malheur au jeune homme qui les rencontre ! Il faut qu'il danse avec elles ; elles l'enlacent avec un désir effréné, et il danse avec elles jusqu'à ce qu'il tombe mort. Parées de leurs habits de noces, des couronnes de fleurs sur la tête, des anneaux étincelants à leur doigts, les willis dansent au clair de lune comme les elfes. Leur figure, quoique d'un blanc de neige, est belle de jeunesse ; elles rient avec une joie si effroyable, elles vous appellent avec tant de séduction, leur air a de si doucettes promesses ! Ces bacchantes mortes sont irrésistibles. »

— Heinrich Heine, De l'Allemagne

 

 

 

Toute ressemblance est absolument volontaire, c'est la même légende qui a inspiré les Noces Funèbres.
allez cette fois, le coeur géant d'Halloween, c'est pour la très vivante et très morte Emily.

Merci Wikipédia. Donc c'est en se basant sur ces quelques lignes de Heine que Gautier et Henri de Saint Georges vont imaginer une histoire qui va avoir beaucoup, mais alors beaucoup de succès et reste encore très souvent représentée actuellement.

Petit détail marrant, la page Wikipédia de Théophile Gautier nous indique qu'il a été souvent mis en musique par des compositeurs célèbres: Fauré, Ravel, Massenet, Bizet, oui d'accord.. Duparc et d'Indy...ils sont quand même autrement plus oubliés que Adam, pourtant classé parmi les " un peu oubliés"

Oublié? Non seulement Giselle est resté dans les mémoires, mais, sans le savoir forcément, vous entendez Adolphe Adam aussi TOUS les ans à la même époque, car il est l'auteur d'un incontournable chant de Noël. Au cas où vous vous demandiez pourquoi celui-là était musicalement plus abouti que la moyenne des chants de noël, c'est bien parce qu'il a été écrit par un compositeur aguerri pour un orchestre au complet. Et d'expérience, je trouve que c'est un compositeur très agréable à jouer.

Mais nous n'en sommes pas encore à Noël. D'abord, les fantômes!

Et en plus je peux faire un lien avec le sujet sur Hoffmann. Déjà l'inspiration allemande. Et vous vous souvenez d'Antonia, la femme au coeur fragile qui aime chanter, au risque de mourir prématurément si elle chante trop? ( pssst, dans la réalité,je n'ai jamais entendu parler d'une telle maladie, hein.. à part une rupture d'anévrisme qui pourrait arriver même en dormant)

Giselle la paysanne a le même problème: elle aime danser, mais ne semble pas en très bonne santé. De plus, il y a la légende locale des willis, femmes mortes d'avoir trop dansé, qui terrifie sa mère, laquelle lui déconseille donc la danse. Mais Giselle n'en a cure et, bien qu'elle craigne la légende et les mauvais présages, ne manque pas une occasion d'aller danser avec Loys, son si sympathique, si souriant, si adorable, si distingué, si gentil, si...(insérer qualité au choix) petit ami.
Si menteur aussi.
Déjà, il ment sur son prénom, il se nomme Albrecht

Que se passerait-il si Loys/Albrecht venait à lui briser le coeur?

Gagné, c'est exactement ce qui se passe. De manière littérale.

Le garde chasse, qui en pince pour elle, révèle devant tout le monde qu'Albrecht n'est pas un paysan, mais un duc, qui ne tiendra jamais ses belles promesses puisqu'il doit sous peu épouser une noble femme. Giselle, en apprenant ça, devient zinzin ( un passage obligatoire de toute oeuvre dramatique du XIX° siècle où la maladie mentale arrivait soudain, durait quelque minutes, signalé le par le fait de..se détacher les cheveux. Oui, c'est une convention théâtre: personnage décoiffé = personnage fou. Avant d'entraîner un trépas rapide. C'est là qu'il faut accepter une grosse petite suspension temporaire d'incrédulité°. Donc Giselle meurt d'une crise cardiaque sous le nez de tout le village. Fin de l'acte I, où les deux hommes se sentent quand même UN PEU coupables .Encore heureux: un menteur, et un qui manque du tact le plus élémentaire, bravo les gars, vous venez de faire mourir une cardiaque! Oui, s'en vouloir, c'est le minimum. Par contre commencer à se battre parce que " c'est pas moi c'est lui".. Vous vous valez, au niveau muflerie.

Mais on est en Allemagne, pays de légendes et de fantastique. Giselle devient un spectre vengeur, une willi, mi fantôme, mi vampire, bien décidée à se venger du traître qui à causé sa mort. La spécialité des willis, femmes mortes avant leur mariage ou par la faute de la trahison d'un homme, est d'attirer tout représentant du sexe masculin qui a été infidèle, parjure, menteur ou grossier envers les femmes (autant dire, tout homme, à un moment de sa vie, donc) et de lui faire payer pour tous les autres en absorbant son énergie vitale: comprendre, le forcer à danser jusqu'à épuisement.

Promis, vous saurez très prochainement d'où vient cette illustration représentant les danseuses fantômes en pleine vengeance.


Et les willis ont une reine, qui, voyant les deux responsables de la mort de Giselle, venus fleurir sa tombe, les condamne à danser dans le cimetière jusqu'à ce que mort s'ensuive. Les enfoi... heu, les hommes vont-ils réussir à rester en vie jusqu'au matin, à l'heure où les spectres des femmes trahies retournent dans leur tombe? Suspense. Il en existe plusieurs versions, donc ça dépend un peu de celle que vous verrez ( il y a même une adaptation sud africaine, où les esprits vengeurs sont autant des hommes que des femmes trahis, leur chef est un sorcier... et je vous avoue que j'ai terriblement envie de voir cette relecture!).

Donc oui, pour le coup, c'est beaucoup moins mignon que le fantôme du parfum de la rose, j'avais commencé gentiment, mais là, je sors de ma manche les atouts" trahison, vengeance, cimetière". Fallait au moins ça pour que j'arrive à me motiver à regarder, pour la première fois et en entier, un spectacle de danse classique. Ce qui fut fait, par petit bouts. Et même en double,si,si.

Il fallait donc au moins l'histoire de fantôme ET...Si vous avez suivi les précédents sujets, vous avez deviné. Yep, mon fournisseur officiel d'informations dans ce domaine, en même temps que mon coup de coeur absolu sur scène. 
Ce n'est pas faute d'avoir essayé, je vous jure, j'ai tenté de voir la version avec Rudolf Noureev, pourtant la star ultime de la danse au moins du point de vue de la France, où il jouit encore d'une popularité immense même des années après sa mort. J'en ai essayé d'autres encore mais... j'y peux rien, je suis tombée d'entrée sur l'excellence théâtrale. Difficile de revenir en arrière après ça, tous les autres paraissent platounets.

Mais qui voilà (bis)? C'est Nikolaï alias "le grand brun" qui revient avec ses jambes immenses, sa précision d'horloge suisse et sa souplesse hors du commun.

Pas dans une version, non, dans deux. Très différentes. Même trame générale, même action, même musique, mais la mise en scène diffère énormément, les costumes aussi.
La première date de 1998, la qualité d'image n'est pas terrible, mais le spectacle est en entier et bien cadré. Ce qui saute aux yeux c'est qu'il y a beaucoup de scènes et danses de groupes.



La seconde date de 2008, donc tout pile, 10 ans plus tard, la qualité visuelle est meilleure. Même interprète principal, mais j'ai préféré la danseuse qui tient le rôle titre ici. Par contre cette version a été filmée par quelqu'un de la famille ou des amis du gars qui joue le garde chasse et on arrive à cette absurdité: lors de la scène cruciale, la mort de l'héroïne principale, la personne filme tout... ce qui se passe sur le côté. Et on rate le noeud de l'intrigue. Bravo!
Mais la grosse différence, c'est que la plupart des scènes de groupe sont remplacées par des duos. Un peu comme si, dans une pièce de théâtre, il y avait deux textes alternatifs très différents, et qu'on change des dialogues entiers en fonction du nombre d'acteurs disponibles ( Ce qui n'est pas le cas,on parle du Bolchoï teatr, il y a beaucoup de monde qui y travaille, c'est donc bien un choix de mise en scène voulu)


Je pourrais bien vous lier une vidéo où l'ami Nikolaï lui-même compare deux versions différentes mais... c'est en russe. Fort instructif, mais je ne pense pas que les visiteurs de mon blog apprennent le russe (et si c'est le cas bravo, et merci, je me sens moins seule! Allez donc écouter ses mini-conférences de présentation, ça dure 10/12 minutes et c'est une mine d'or sur les arts de la scène et en vocabulaire spécialisé)

Outre les mises en scènes différentes, il y a au moins deux possibilités d'interprétation: Albrecht est-il un enfoiré de première qui s'amuse à promettre monts et merveilles à une femme naïve pour passer le temps en espérant une petite aventure pré-matrimoniale, c'est une paysanne, ça ne porte pas à conséquence? Ou est-il un pauvre type, pas volontairement mauvais, mais coincé dans une situation qu'il n'a pas choisie, subissant les conventions sociales d'un mariage arrangé par sa famille, et qui essaye de vivre un peu pour lui-même sans avoir bien conscience des conséquences qu'entraîne son désir de liberté?
Le garde chasse est-il motivé uniquement par des intentions altruistes afin d'éviter une déconvenue à Giselle, ou par des motifs beaucoup moins nobles du genre " éliminer un rival tout en passant pour un homme intègre, et consoler la fille de très près" .Giselle est-elle vraiment naïve ou essaye-t-elle aussi de se bercer d'illusions en faisant taire ses soupçons jusqu'à ce que la situation soit révélée devant tout le monde (ce "paysan" est quand même bien éduqué, et bien raffiné par rapport aux autres, impossible de ne pas le voir). Le "devant tout le monde" est peut-être crucial ici, puisqu'elle perd la face en public, pas sûre que la même chose à 3 personnages aurait eu le même résultat. Une bonne crise de nerfs ou une colère monumentale. Ou un fataliste "dans le fond, je m'en doutais". En tout cas, il semble que le fantôme de Giselle ait son point de vue sur la question et en veuille plus au garde-chasse pour l'humiliation publique qu'il lui a fait subir, qu'à Albrecht pour ses mensonges.

Les deux sont possibles et vont orienter l'interprétation, selon le résultat qu'on souhaite. Evidemment d'un point de vue narratif, les secondes solutions sont beaucoup plus riches et intéressantes y compris pour les interprètes, vu qu'il faut faire ressortir le côté innocent du malhonnête désigné, le côté malhonnête du chic type, et le côté moins naïf de la naïve fille. A vous de voir si vous préférez une lecture très droite ou plus tortueuse.

Voilà pour le spectacle. C'est maintenant l'heure de la suite du feuilleton" les tuiles de Nikolaï", je vous l'ai dit, je n'arrive même pas à savoir si c'est un poissard d'anthologie ou le type le plus chanceux du monde. Episode 2.

Donc qu'est-ce qui peut être pire que de gros ennuis juridiques avec un employeur et d'être faussement accusé d'une tentative de meurtre?
Avoir failli mourir, avoir failli être amputé d'une jambe, et s'en être sorti vivant ET entier par un hasard monumental. De quoi mettre les nerfs de n'importe qui à rude épreuve.

En 2004, lors d'une tournée en France, le danseur qui a alors une trentaine d'années (donc un âge qui peut vite devenir un handicap dans une profession où d'autres plus jeunes arrivent et attendent de pied ferme la retraite des aînés...) est victime d'un accident lors d'une répétition: rupture des ligaments d'un genou. Aïe. Déjà en soi, c'est la vraie grosse tuile bien douloureuse. Sauf que... opérations, re-opérations, infection nosocomiale et début de gangrène.
Et maintenant, imaginez-vous dans cette situation, avec un métier, qui est aussi une passion, et qui impose de pouvoir se mouvoir sur deux jambes en bon état. Et que les médecins vous disent, " va falloir songer à vous couper la jambe si on veut vous sauver" Une partie de moi arrive à imaginer l'horreur de la situation, une autre se dit que le choc psychologique a du être bien pire que tout ce que je peux imaginer. Pauvre homme.

Il pris sa décision, probablement insensée pour la plupart des gens, mais que je comprends, et qui demande du courage car il faut envisager sereinement une issue fatale: laisser faire la nature, en comptant sur la chance, la médecine et une forme physique exceptionnelle.

ET...
décidément, l'étoile a une bonne étoile (et, merci les sources en VO c'est aussi à peu près le sens de son nom de famille en géorgien, "première étoile". En plus d'être un nom au sens super classe, ça paraît trop beau pour être vrai, mais pourtant, si. Et je ne vois pas comment on pourrait avoir un aptonyme plus adapté, c'est le destin!). 

Il s'en est sorti. On lui a dit "vous aurez de la chance si vous arrivez un jour à remarcher normalement sans canne, faites une croix sur votre carrière". On parie?
Deux ans de rééducation et d'entraînement pour revenir au plus haut niveau - sans même avoir la certitude d'y parvenir - et il l'a fait. En utilisant sa convalescence pour parfaire son français et passer des diplômes.

J'ai d'ailleurs trouvé son blog personnel où un article explique son ressenti. Il y raconte qu'en fin de compte, cette expérience dramatique a eu des conséquences positives, sur sa manière de voir la vie, sur son rapport à sa propre santé, aux gens en général et en particulier à ceux qui lui font des compliments ( lui qui n'aimait pas ça avant, s'est rendu compte que " les compliments sincères sont plus que de simples mots"), ou sur la chance en général, qui est surtout une question de point de vue et de savoir tirer parti des situations même défavorables. 

Mais rassurez-vous, l'histoire n'est pas terminée... Nikolaï a 46 ans, est en pleine forme, avec ses deux jambes. Il ne danse plus professionnellement, mais est directeur d'une des plus importantes académies de danse de Russie, et forme d'autres gens à être aussi bons que lui. Toujours grand, mais moins brun. Il a pris de l'âge, des cheveux gris, quelques pattes d'oie, mais a toujours une énergie communicative et un sourire magnifique, en plus d'une culture phénoménale. Que lui souhaiter de mieux qu'une longue vie en pleine santé et sans autres tuiles?

A la question " quelle vedette voudriez-vous rencontrer?", ma réponse est toute trouvée.
La première fois que j'ai vu ce monsieur dans un extrait de spectacle, je me suis dit "wow, charmant et talentueux, mais il y a autre chose, ce n'est pas n'importe qui"... et en effet, "pas n'importe qui" c'est un doux euphémisme, j'étais loin du compte. Je respecte immensément les gens qui ont une telle force de caractère, une telle détermination et une personnalité aussi haute en couleurs. Le coup de foudre artistique du début se justifie totalement. Je pense que vous comprenez mieux maintenant pourquoi je vous bassine avec cet interprète en particulier. Son atypicité saute aux yeux en quelques secondes. Et "atypique" est un énorme compliment pour moi.