mardi 20 octobre 2015

je mooque, tu mooques, il mooque...

attendez, je quoi?

En fait, je suis un MOOC ( du verbe suivre, hein, pas être). Mais comme j'ai vu via Facebook que plusieurs de mes contacts ne savent pas trop de quoi il s'agit je vais expliquer.
En fait les MOOCs, j'ai découvert ça tout à fait par hasard en début d'année en lisant le journal qui parlait de leur essort, mais vu le planning de ministre des 9 premiers mois de l'année, celui-là même qui m'a conduite à la limite de l'épuisement nerveux, je n'avais pas vraiment pu m'y pencher jusque là.
MOOC= Massive Open Online Course. Des cours de.. n'importe quel sujet en fait, ouvert à tous, en ligne
Et le plus souvent gratuit.
et la plupart du temps, ce n'est pas du pipeau, ce sont souvent des universités ou écoles sérieuses qui les proposent pour toucher une plus large audience.
Il y en a des gratuits, et d'autres payants.
L'avantage, le gros avantage: la possibilité de s'y pencher à son propre rythme, même la nuit si vous le voulez en cas d'insomnie.
L'inconvénient: il faut quand même avoir du goût pour le travail personnel et suffisamment de rigueur pour s'y tenir, comme pour un cours à distance ave le CNED.
L'autre inconvénient: il s'en ouvre régulièrement, l'inscription se fait via une plateforme et il y a le plus souvent des dates limites, donc à surveiller pour ne pas rater le coche.

Et donc pour une première approche, j'ai décider de tenter celui là, sur la plateforme FUN ( France Université Numérique) proposé par l'université Libre de Bruxelles:
Spice up your english, une remise à niveau en anglais qui s'adresse à des étudiants d'un niveau un peu inférieur à celui que j'ai acquis, mais revoir les bases est toujours utile.
s'il vous intéresse, vous avez jusqu'au 30 octobre pour vous y inscrire.

Sinon je vous conseille ces article de l'Etudiant: bien choisir son MOOC et comment trouver son MOOC.
L'avantage de la plateforme FUN, c'est qu'ils sont en français pour la plupart. Après pour l'instant ce sont beaucoup de cours axés sur l'informatique, la technologie et les sciences, mais au milieu on trouve des choses qui m'auraient passionnée si je les avaient vues à temps et si j'avais eu le temps à ce moment là:
Développer son association étudiante ( ce que j'ai fait en 2001, ça m'aurait été fort utile à ce moment là), le langage entre nature et culture, la fantasy de l'Angleterre Victorienne au trône de fer, Découper le temps, peser l'univers, les chansons de troubadours, à la découverte de l'univers..

Mais pour l'instant, je vais commencer celui sur l'anglais, tout en lorgnant du coin de l'oeil celui sur les enjeux de la francophonie ( pas encore commencé), celui sur le latin et celui sur le grec ( pas de limites d'incriptions donc je le garde pour après)
voilà...je vous dirais mon ressenti quand j'aurais mieux vu de quoi il s'agit, mais l'éternelle étudiante-geekette qui ne sommeille pas tellement en moi est déjà remontée à bloc par l'idée.

1 commentaire:

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture