samedi 31 juillet 2010

festival d'Avignon (3) - bilan de la chasse aux spectacles

Avignon
et on continue..
- Utopie : un spectacle musical ( encore!? et oui encore! on se refait pas), sur le thème de la commune de Paris. J'y suis allée un peu au hasard, parce que le thème m'intéressait, et que l'affiche, inspirée d'Escher me plaisait beaucoup. Vous vous demandiez si j'étais particulièrement bon public à tout avoir aimé? C'est juste que je choisis bien !
Donc, voila un spectacle que je n'ai pas 100% adoré, je l'ai trouvé un peu trop long par moment, des longueurs surtout dans les passages musicaux. A côté de ça, un travail multi facettes sympathique (musique, marionnettes, théâtre, etc..) sur un sujet pas évident, quelques caricatures "contemporaines bien senties - c'est fou ce qu'Adolphe Thiers, surnommé foutriquet déjà à l'époque, ressemble à un politicard du XXI° siècle, fascination pour l'argent, tics, épouse minaudante, complexe sur sa petite taille.. je vous laisse deviner de qui il s'agit..donc, au delà du sujet historique, il ne faut pas s'attendre à un spectacle neutre politiquement.. et rien que ça, ça fait du bien, à l'époque ou le In semble penser que programmer une pièce palestinienne est le summum de l'engagement politique. http://www.voxinternationaltheatre.fr/vox/U-topie.htmlaffiche_UTOPIE Et on ressort fredonnant la rengaine authentique de l'époque " non Nicolas la commune n'est pas morte"

- Vite rien ne presse de Vincent Roca. Roca, il vient depuis des années au festival, et j'avais toujours trouvé le moyen de le manquer. Sur les conseils plus que pressants d'un copain, j'y suis allée cette année.. faut dire que vu l'affiche qui promet un humour plutôt noir , il n'a pas fallu me pousse beaucoup. Et donc j'y suis allée, et je ne regrette pas. Jeux de mots.. et humour noir, tout ce que j'aime. Petit Bémol cependant: ça va tellement vite, c'est tellement dense qu'une seule représentation ne suffit pas pour tout saisir. J'y retournerais volontiers l'an prochain que le spectacle soit le même, ou pas, d'ailleurs..en voila un que je vais suivre sérieusementroca_page
(chose marrante, ma voisine de fauteuil n'a pas vraiment apprécié, je la voyait grimacer à chaque remarque sur la mort, la maladie, le temps qui passe.. autant dire qu'elle a été mal à l'aise pendant 1h25, puisque ce sont les sujets essentiels du spectacle.. hé oui, peut pas plaire à tout le monde!)
http://www.productionsillimitees.com/roca.htm

- Jean-claude Duquesnoit cherche la petite Bête et Duquesnoit persifle et signe: deux d'un coup. Le chansonnier Duquesnoit, voila quelqu'un que je suis depuis plusieurs années maintenant, un autre habitué du off. J'aime bien ce qu'il fait, dans l'esprit du cabaret des deux ânes, avec son personnage de barbu râleur mais bon vivant. De l'humour jamais vulgaire, toujours dans le jeu de mot et le calembour vaseux, pince sans rire..Après la politique et la cuisine, il a choisi de présenter, toujours très digne, une fausse conférence sur la classification des espèces par Linné.. faut le faire. Autant dire que la conférence part assez vite dans le grand n'importe quoi - souvent à base de bonne bouffe d'ailleurs. Le second spectacle est plus attendu, puisqu'il reprend des passage des précédents spectacles, donc pour peu qu'on les ai vus, on sait à quoi s'attendre, mais toujours savoureux niveau bon mots. Et le petit plus sympa qui fait plaisir, la tournée de bière du chti gracieusement offerte à la fin du spectacle. :) c'est ÇA qui fait toute la différence du festival off
http://jeanclaude.duquesnoit.pagesperso-orange.fr/

Voila 9 spectacles en tout, je regrette d'avoir raté entre autres les percus Taiwanaises ( je n'avais que le chéquier sur moi, loupé, ils ne prennent pas les chèques) et 20 000 lieues sous les mers pour des questions d'incompatibilité d'horaires, de jours de repos déplacés, d'oubli de réservation et de souci de santé...mais vu le succès il y a fort à parier que 20 000 lieues reviendra l'an prochain.
C'est toujours un peu triste la fin du festival,bien que les Avignonnais bougonnent généralement, que ça les dérange, que c'est bruyant, sale, etc.. C'est vrai.. Mais c'est aussi tellement vivant, que ça fait toujours un gros vide pendant les quelques jours qui suivent. La ville se vide littéralement en un jour, les affiches disparaissent en 2 nuits...et il n'y a plus qu'à attendre l'année suivante pour espérer voir un peu de culture y refleurir. Non que le reste de l'année ça soit le désert total, mais pas loin.

festival d'Avignon (2) - bilan de la chasse aux spectacles

Avignon
Et donc, profitant honteusement de résider à l'année sur Avignon, et donc de ne pas avoir à courir comme une folle pour voir des spectacles, j'ai étalé.. étalé.. pour finir par ne voir qu'une petite dizaine de pièces.. Manque de prévoyance, oubli de réserver, "j'aurais le temps plus tard.. ho, zut, ça finit demain".. etc.. Ce qui est quand même une bonne année, faut dire que avoir un nouveau travail laisse moins de temps libre, mais plus de fonds, l'un dans l'autre, c'est à peu près le nombre que je vois à chaque édition du festival.
Il y a fort, fort fort longtemps, j'ai souvenir d'une année ou j'en avais vu plus de 30.. à l'époque, un journal quotidien qui coûtait alors 5 francs offrait chaque jours 5 entrées gratuites . 1 Franc la pièce, c'était vite vu. J'avais vu de très bonnes choses, c'est vrai, mais aussi beaucoup de mauvaises cette année là, les spectacles partenaires n'étaient pas choisis par le journal, mais sélectionnés au petit bonheur. autant dire que ces jours là, les spectacles "du jour" étaient assurés de faire le plein.. de spectateurs gratuits. Pas rentables pour eux, mais éventuellement bénéfiques avec le bouche à oreille.
Puis le journal a changé de formule: toujours 5 francs, toujours 5 pièces par jour, mais au tarif réduit " carte off", ce qui était déjà moins intéressant, mais toujours bon a prendre pour économiser le prix de la carte, avec la limitation ne pas pouvoir voir ce qu'on voulait, mais seulement les pièces " du jour", en espérant que ce que vous vouliez voir soit sélectionné, et d'être libre éventuellement ce jour là.. et puis le journal a disparu..
Donc Cette année:
- ayant reçu une invitation " 2 places à 10€ au lieu de 15", par la compagnie les bons becs, j'en ai profité. Je les avais déjà vus il y a presque 10 ans je crois, 5 musiciens ( 4 clarinettes +1 percussionniste), j'y suis retournée volontiers. C'est drôle, c'est sympathique et d'une haute volée musicale.
pour se faire une idée, en son et images, c'est par là: http://www.arts-spectacles-prod.com/bonbecs/index.htm

- Les premiers jours, c'est un bon plan, on a facilement quelques invitations, c'est comme ça que j'ai pu en récupérer une pour les baladins du miroir que je ne serai sûrement pas allée voir autrement ( joli nom pourtant). et ç'aurait été dommage. une troupe belge qui a vraiment la pêche, leur spectacle " le chant de la source" sous chapiteau dans un champ est un vrai bon moment: danse, chants, burlesque, contes .. inventif et original..
http://www.lesbaladins.be/b_fr.html baladins

- Le Poste, par la cie Théâtre de la mouvance: une comédie grinçante sur les délocalisations en entreprise. Bon, ok, je ne suis pas tout à fait impartiale, l'auteur est un copain, je suis de très près ce qu'ils font. Si je vous dit que c'est très bien, vous n'êtes pas obligés de me croire, mais, il n'empêche que, toute camaraderie mise à part, c'est très bien.
A voir aussi leur Vide clos (festival 2008/2009, mais toujours en tournée, sous le nom alternatif de l'envers du décor. Une farce macabre qui parodie Huis clos, si vous aimez l'humour noir , courez les voir, c'est à mourir.. de rire bien sur) - Rhaaa ils n'ont pas de site Web!

Edit: Haaa si, il y a un site web sur vide clos, pour vous donner une idée .. attention, hein on m'a dit et répété, humour noir!

- Le baroque à la carte - Duo Faenza: très bonne surprise, merci à Myriam de me l'avoir signalé. Un concert de musique baroque, de la musique de chambre, amené de manière originale: a chaque représentation, le public est invité à tirer des cartes de tarots, auxquelles correspondent un texte/ et ou un morceau de musique baroque. 22 en tous, seules 11 cartes sont tirées chaque soir, et donc, le programme et l'ordre des morceaux varie d'un jour à l'autre. en plus, il est déjà rare de pouvoir entendre un théorbe, alors deux théorbes, et en duo.. et  même du théorbe à 4 mains, oui oui. a voir absolument si on aime la musique baroque. Gros coup de coeur par là: http://www.faenza.fr/
Affichefaenza
- Nuit blanche chez Francis: un délire autour de Francis Blanche ( et j'adore Francis Blanche) par des bons musiciens qui s'amusent beaucoup, ça ne se refuse pas. Et bien sur, les incontournables "pince à linge", "la truite" "le parti d'en rire", bref que du bon. Et ça tombe bien, eux ont directement des extraits vidéo sur le net ( captation pas terrible qui ne rend pas justice à leur talent)02_nuit_blanche
http://www.dailymotion.com/video/x81f6w_nuit-blanche-chez-francis_creation

festival d'Avignon (1) - parade Off

Avignon
Et voila, le festival d'Avignon est sur le point de se terminer, il est temps de faire un petit résumé de l'édition de cette année.
Tout d'abord, il faut que je précise une petite chose: par Festival d'Avignon j'entends systématiquement "festival off". Pour les gens qui ne connaîtraient pas, ma ville organise tous les ans en juillet un très gros festival de théâtre, dans de nombreux lieux de la ville et sur 3 semaines. Il y a en fait deux festivals, le "In" ( festival officiel) se tiens dans les lieux prestigieux de la ville - palais des papes, théâtre municipal etc.. et le "off" (festival officieux), dans les rues, les "petits théâtres" permanents ou non.. les principales différences étant bien sur le prix des entrées (entre 8 et 15€ pour le off, sans catégories, mais avec carte d'abonnement, 30 à 40€ pour le In), mais aussi le nombre de spectacles (un millier pour le off, une trentaine pour le In), et donc la variété des spectacles proposés.. et depuis quelques années il faut quand même dire que le In tourne vraiment en rond: création contemporaine plus ou moins provoc' toc et frime, presque plus du tout de théâtre classique ou alors dans une mise en scène "novatrice" (comprendre "à la diable, avec direction d'acteurs hystérique).. Bref, pas très intéressant en rapport du prix.
Dans le off, par contre, avec un tel nombre de spectacles, il est facile de trouver ce qui vous correspond, dans le programme presque aussi épais qu'un petit annuaire. Du très mauvais au très bon...
Depuis quelques années, la mairie a  mis le holà sur les parades du off , jugées trop bruyantes par les commerçants, tout ça s'est bien calmé, ce n'est plus la pagaille joyeuse d'il y a quelques années, et c'est dommage, mais malgré tout, la Grande Parade qui ouvre chaque année le festival est sympa à voir. C'est l'occasion pour les compagnies de marquer un peu les esprits avec parfois des chars et défilés dignes d'un carnaval ( ne me dites pas que les photos sont surexposées, je sais, soleil trop fort dans le sud, que voulez vous, et grosse flemme de les retoucher)
off2010_2 off2010_1 off2010_3
respectivement, un spectacle dont je n'ai pas su le nom, malgré leur parade impressionnante, et une version de 20 000 lieues sous les mers qui fait un tel carton que je n'ai pu aller la voir, plus de places pour les jours ou j'étais libre, j'ai manqué de précaution j'aurais du réserver  4 ou 5 jours à l'avance, ce qui est très rare pour un off ( pourtant ç'aurait été pile dans le cadre de mon challenge ABC), plus de place.
kid_manoir_1 le_coffre_du_pirate
spectacles pour jeune public, les sorcières de Kid Manoir et les Pirates du Coffre du Pirate
Riz_au_lait Volpone l_ecole_des_maris
Curieux: une femme " sens interdits" pour les Taiwanais de "Riz au lait", des heu.. je ne sais pas pour Volpone, et une femme en cage pour l'Ecole des Maris..
Bref, si vous ne deviez passer qu'une journée au festival d'Avignon, je vous conseille quand même de venir le jour de l'ouverture, tout le monde est encore frais, dispos et de bonne humeur, ça vaut le coup d'oeil

vendredi 30 juillet 2010

Défi crazy SF - 1° bilan

Et voila première mission remplie, le défi Crazy SF de Geishanellie. Le but était de lire 3 livres de SF, dans 3 sous genres différents.

Et donc on été lus
- Catégorie "Dystopie" (ou Uchronie si vous préférez, les deux sont très proches): 1984 de Georges Orwell
- Catégorie "Planet Opera": Les chroniques Martiennes de Ray Bradbury
- Catégorie " Space Opera" (pourrait aussi être classé " parodie"): Le guide du Voyageur Galactique de Douglas Adams

Bon et maintenant, on fait quoi? on continue? Un peu mon neveu!

Déjà, 20 00 lieues sous les mers est en attente pour le challenge ABC, et puis La planète des singes (je ne peux pas passer à côté, l'un des romans phares de la SF a été écrit par un type de chez moi, il serait temps que je le lise!).

J'ai aussi envie de lire/ relire les classiques de la proto-SF, à savoir les contes et nouvelles philosophiques du XVII° et XVIII° siècle. ( Micromégas, certes, c'est une réflexion philosophique et humoristique, mais quand même il est question de voyage dans l'espace. Les voyages de Gulliver, j'hésite à le placer en fantastique ou proto-SF..)

et puis, il y a encore un Fredric Brown qui attend sur mon étagère, des auteurs français en pagaille ( Claude Ecken , Pierre Pelot, Boulle et Verne encore et toujours). Je freine des 4 fers face à La nuit des temps dont on ne cesse de me répéter que c'est une superbe histoire d'amour ( l'argument qui me fait fuir très loin), ça pourrait être un occasion de me pousser malgré tout à le lire.

Et puis.. et puis, il y a la BD, sur et certain que je vais parler du Vagabond des limbes , et Les naufragés du temps lorsque je me serai procuré quelques volumes de plus..

Et aussi.. et encore.. quelques raretés, trouvées en E books libres de droits, bien que l'idée de lire sur écran m'ennuie, je vais probablement me les imprimer ceux là...

Vous l'aurez compris, j'ai encore de quoi tenir un ou deux ans en reconduisant le défi!

1984- George Orwell

1984_george_orwell_L_1
Et on continue avec un monument de la science fiction et de la littérature tout court, j’ai nommé 1984 d’Orwell, qui trouve donc sa place à la fois dans le challenge ABC et le défi SF.
SF
D’ailleurs, je pourrais également envisager de le faire rendre dans une catégorie «  seconde chance », j’avais déjà essayé de le lire il y a quelques années sans arriver à le finir. Et, je dois avouer que j’ai cette fois encore calé à peu près au même endroit, je n’arrivais plus a avancer, à peu près au début de la seconde partie à partir du moment ou Winston le héros entame sa liaison à hauts risques avec Julia. Les deux fois, j’ai eu du mal à avancer, mais cette fois, je me suis obligée à continuer et grand bien m’en a pris.

En effet, je comprends mieux pourquoi je coince à cet endroit :la première partie, qui présente le héros, sa société, l’impasse dans laquelle il se trouve est un peu lente, mais intéressante, puisqu’il s’agit de mettre en place le cadre. La seconde partie me parait longue justement parce que le lecteur se retrouve exactement dans la situation du héros : dans l’expectative d’une chose ( en l’occurrence l’arrestation), qui doit venir, dont on sait pertinemment qu’elle doit venir , mais qui tarde, qui tarde. Et on se prend en pleine figure cet univers poisseux où aucune échappatoire n’est possible. D’où rejet, et tentation d’échapper en reposant le livre. En tout cas, c’est l’impression que j’ai eu. D’autre part, je lui reproche un côté un peu daté, on voit très très clairement à quoi il est fait allusion, Big Brother et sa grosse moustache, la délation les camps de petits espions, le marché noir – tout ça est trop précis, pas assez général à mon goût pour être toujours vraiment d’actualité, enfin, en Europe du moins. Là, j’ai quand même envie d’ajouter «  et c’est tant mieux ! ». Mais sur ce point là, je trouve que, de mémoire, « Le meilleur des mondes », son éternel rival en matière de dystopie, a beaucoup mieux passé le cap des ans, avec sa société consumériste, ses loisirs calibrés et ses pilules euphorisantes, on en est pas loin actuellement.
Arrivée là, à mi chemin, je me demandais encore pourquoi un livre somme toute assez daté, lent et où il ne se passe pas grand-chose avait acquis ce statut de culte, en me disant que sans doute la fin devait être énorme.

ET LA, CEUX QUI VEULENT LE LIRE SONT PRIES DE REGARDER AILLEURS OU ALORS A VOS RISQUES ET PÉRILS, VOUS AVEZ ÉTÉS PRÉVENUS !
Impossible d’éviter le spoil, même en tournant autour du pot et en essayent d’en dire le moins possible.

Et bon dieu, quelle fin ! Mais quelle fin ! Il y a longtemps que je n’avais pas lu une fin aussi terrible. Bien amenée, logique, mais, sans trop parler de l’intrigue, la plus épouvantable et désespérante possible. Et pourtant, en effet, une telle fin justifie amplement le statut de culte du livre. L’action décolle vraiment dans cette 3° partie – sans bouger pourtant- on ne peut plus lâcher le livre avant de savoir comment les choses vont tourner, entre Winston et son euh.. bourreau ? instructeur ? en tout cas les répliques de ce dernier sont glaçantes au possible, à tel point que les passages de violence réelle sont presque un soulagement (ça m’a un peu rappelé, bien que je ne l’ai pas vu depuis longtemps, Orange Mécanique, pour le côté humiliations érigées en moyen de pression et violence encadrée par l’état pour maintenir les déviants à l’état de moutons bien dociles)

C’EST FINI, VOUS POUVEZ REVENIR !

Après, il y a une chose en particulier que je trouve très très très intéressante, en tant que passionnée de linguistique, c’est la réflexion sur l’utilisation du langage comme instrument de la pensée politique ( avec l’addendum sur le Novlangue)
snoopycontent

Donc, bref, au final, un avis positif, bien que je rame toujours au même endroit, je mets un 10/10 à la fin, malgré le côté daté qui me gêne un peu aux entournures ( maintenant, après être tombée par hasard sur le website francophone du syndicat d’initiatives de Corée du nord* –jamais je n’aurais cru possible qu’il y en ait un , et en français en plus -, j’en suis restée baba : c’est vraiment le même blabla que celui des télécrans d’Orwell, quasiment à la virgule près ! Daté, donc, sauf dans certaines parties du monde)

* Le site de la Corée du nord, édifiant, et qu’on ne peut pas voir :
sans frémir après avoir lu 1984 ( et sûrement avant de l’avoir lu  aussi, remarquez !)

  •  pour les curieux on y trouve de charmants gifs animés, un poing qui écrase la maison blanche, un drapeau US que l’on fait brûler, des petits chars et lance roquette à mettre sur son téléphone portable,
  • Des Phrases que ne je ne peux m’empêcher de citer pour exemple :« Sous  la sage direction de Kim Jong Il l’art Juche de Corée est en plein      épanouissement suscitant ainsi une grande répercussion chez les peuples du monde. »
  •  Ou encore :« Notre bonheur d’aujourd’hui, nous le devons au Président Kim Il Sung qui a libéré le pays et a mené une politique tout à fait      populaire, et au Dirigeant Kim Jong Il,continuateur de l’œuvre de Kim Il Sung,qui pratique à son tour une politique pour le peuple. Nous vivons sous un régime authentiquement bienfaisant. »
Je vous jure que je n’invente rien, c’est du pur copié-collé, pour les curieux qui voudraient vérifier, c’est par là : http://www.kcckp.net/fr/index.php
donc finalement quand même encore un peu d'actualité.

Tout ça me donne une furieuse envie de relire Le meilleur des mondes, pour faire une petite analyse comparée, comme au bon vieux temps de la fac

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture