samedi 30 août 2014

Le conte de la princesse Kaguya ( film d'animation)

Enfin, Mon cinéma d'art et d'essai qui avait toujours de bonnes programmations jusqu'à il y a quelques années a décidé de le programmer en VO, je n'attendais que ça. Mais j'ai confirmation que la personne qui programme a changé:  Comme pour" le  Vent se lève", il n'est resté que 15 jours à l'affiche, à des horaires improbables. Et plusieurs semaines après la sortie officielle. J'ai failli le louper.  Je décerne un Grand Condor à la personne qui a pris cette décision! ( C'est mérité, ils ont diffusé Lettre à Momo, exclusivement en VF)

Et vraiment ça aurait été dommage de le rater. Car si j'ai émis des réserves sur le dernier des derniers films de Miyazaki, force est de constater, qu'Isao Takahata, qui n'est plus tout jeune non plus, et dont ce sera probablement le dernier long métrage, tire sa révérence de belle manière, avec cette adaptation d'un conte traditionnel, tout en effet crayonné qui lui a pris des années à réaliser.

Adapté d'une histoire très très célèbre au Japon, que l'on peut trouver éditée sous le titre " le conte du coupeur de bambous" en France chez les POF , et qui compte parmi les textes japonais les plus anciens connus (on en trouve trace dès le X° siècle)

L'histoire nous raconte, comment, dans le Japon médiéval, un coupeur de bambou trouve  dans sa bambouseraie ce qui a première vue ressemble à une jolie poupée.
Il s'agit en fait d'une créature fantastique, une sorte de fée si on veut, qui sitôt ramenée à la maison, se transforme en nourrisson semblable en tout point à une petite paysane des plus normales, hormis sa rapidité de croissance proprement incroyable: elle grandit véritablement à vue d'oeil.

Ce qui lui vaut le surnom de "Takenoko" ( pousse de bambou) par les enfants du village. Le paysan lui la nomme " Hime" ( princesse), étant persuadé qu'il s'agit d'une princesse venue d'on ne sait où. Lorsqu'il découvre successivement au milieu de ses bambou des pépites d'or et des tissus précieux il n'a plus de doute: c'est un mesage des dieux qui lui donnent les moyens d'assurer à Hime une éducation royale. La femme du coupeur de bambou préfèrerait quand à elle continuer à vivre tranquillement  dans la campagne avec sa fille adoptive qui a atteint la taille d'une gamine de douze ans en quelques mois...
Je trouve que son chat a un air de famille avec celui du pacte des Yôkai


Mais donc, la volonté du père adoptif est inflexible: la famille va donc déménager à la capitale, faire donner à Hime qui n'en demandait pas temps une éducation digne d'une grande dame, lui préparer un mariage somptueux... et lui faire donner un nom par un vieux sage, chose qui lui permettra d'entrer officiellement dans le grand monde. Takenoko, alias Hime, se retrouve donc dotée d'un troisième nom " Kaguya hime " (princesse lumineuse).
la mode chez les grandes dames de l'ère Heian: on se rase les sourcils pour en dessiner d'autres plus hauts et son se peint les dents en noir. Je suis d'accord, la mode, c'est n'importe quoi!

 Lorsque la nouvelle se répand qu'elle est particulièrement jolie, une foule de prétendants plus ou moins ridicules se presse à sa porte, faisant soudainement fi de ses origines modestes. Auxquels elle oppose refus sur refus, en leur faisant des demandes toujours plus farfelues ( un peu comme peau d'âne et ses robes couleurs de temps)

Mais le temps passe pour Kaguya hime qui n'a révélé à personne son secret: elle vient en fait de la lune, et commence à regretter son pays d'origine. Son peuple devinant sa tristesse et son angoisse va venir tôt ou tard, la chercher pour la ramener sur la lune.

L'intérêt de la version de Takahata, c'est de prendre le point de vue de Kaguya. Au delà de l'histoire fantastique, avec des passages très drôles lorsque il est question des ministres qui la courtisent, c'est surtout l'histoire triste d'une femme qui n'est jamais maîtresse de sa vie qui nous est racontée. Kaguya ne peut jamais faire ses propres choix et se voit sans cesse imposer ceux des autres, " pour son bien". Son père adoptif lui impose une éducation de grande dame parce que c'est ce qu'il estime être le mieux pour elle. Elle se retrouve privée de liberté, contrainte à apprendre les codes d'une vie de cour dont elle ne veut pas, car le bonheur pour elle c'est simplement manger une poelée de champignons avec ses amis.
Privée d'identité avec son nom qui change en fonction des désidérata des autres, cachée aux yeux de tous ( car c'est ce que doit faire une grande dame: ne jamais se montrer.. ou alors seulement maquillée de manière à être méconnaissable), l'humiliation et l'injustice pour elle culmine lors de la fête donnée en son honneur pour célébrer sa nouvelle identité et son entrée officielle dans le monde: elle doit rester cachée dans un palanquin avec la seule compagnie d'une suivante.: " si cette fête est donnée pour moi, pourquoi est-ce que je ne peux pas aller m'amuser avec les autres?". Et tout ne cesse de le lui rappeler: elle apparait derrière des stores, ou enfermée dans un palanquin, on lui offre une cage à oiseau pour son anniversaire, impossible d'être spontanée ou simplement elle même, il faut toujours correspondre à ce qu'on attend d'elle.
Même le jardin dans lequel elle a reconstitué sa campagne en miniature finit par lui apparaître comme une supercherie
Même pour son retour sur la lune, elle n'aura aucune marge de manoeuvre, aucun choix, aucune échappatoire, ce sont les sélénites qui décideront encore une fois pour elle.
Dans l'absolu, il y a des passages très drôles, mais le fond est très sombre, avec cette réflexion sur la liberté, le libre arbitre, le bonheur qu'on veut vous imposer...

Je dirais même que , dans un style très différent, je l'ai trouvé au moins aussi triste que le tombeau des lucioles du même Takahata, qui est pourtant ma référence en terme de dessin animé triste. Et pourtant c'est souvent drôle. Il sont forts quand même au studio ghibli.

Donc je l'ai dit: graphiquement c'est splendide, dans un style d'estampe classique,  et bien adapté à une légende ( qui a été elle adaptée déjà de trouzmille  façons dans son pays, d'où peut être le succès mitigé qu'il a eu au Japon? comme si on adaptait pour la énième fois "le petit chaperon rouge" chez nous.. ho non, encore?) et je finirais par signaler , quand même, la bande son de Joe Hisaishi, l'éternel compère de Miyazaki.
Un extrait ici

Une très jolie réussite qui va, je pense, prendre place dans mon top 5 des films Ghibli.
Car Takahata compte aussi dans le challenge Miyazaki
oui.. aussi!

mardi 26 août 2014

voyager aux confins du système solaire (7) - vers l'infini et au delà!

Bon, après le tour d'horizon des rocheuses, " t'as voulu voir Vénus et on a vu Vénus, t'as voulu voir Pluton et on a vu Plutooooon"  nous voilà en direction des planètes extérieure, des énormes, des gazeuses, des boss planétaires!

Je viens de me rendre compte que ce mois ci, le 29 août très exactement, ça fait 25 ans, oui, 25 ANS qu'un événement s'est produit qui m'a marquée durablement. J'en avais déjà parlé un peu, mais .. la vache! 25 ans!

Il y a donc 25 ans, Voyager 2 survolait Neptune. Et du jour au lendemain, mon livre d'initiation à l'astronomie est devenu totalement obsolète: le petit point pris en photo au télescope terrestre était devenu une magnifique planète géante bleue.

Et de fait, à ce jour, les principales données que l'on détient sur les planètes gazeuses sont le résultat des  programmes Pioneer,  Voyager et plus récemment New Horizons.
Jupiter par Voyager 1

Après Pioneer 10 et 11 ( j'en ai déjà parlé, donc je n'y reviens pas) et Voyager 1 Jupiter a également reçu la visite de Cassini Huygens en partance vers Saturne, et surtout de l'orbiteur Galileo entre 1995 et 2003. Une mission Juno est actuellement en cours et doit atteindre Jupiter en 2016.
A ce sujet, j'ai une mauvaise nouvelle: la grande tâche rouge est en train de disparaître!

 Mais actuellement plus que la planète elle même, ce sont ses lunes qui attirent l'attention.
aurores polaires sur Jupiter
Avec 67 lunes, répertoriées à ce jour, qui lui gravitent autour, il y a de quoi faire! C'est Europe qui pour le moment concentre l'attention: Europe a de fortes chances d'abriter sous sa couche de glace un immense océan. Et un océan sous-glaciaire, bien qu'étant froid, peut héberger des formes de vies simples, comme les lacs sous-glaciaires terrestres. C'est peut être aussi le cas de Ganymède et Callisto. Europe est donc l'un des meilleurs candidats dans notre système qui puisse héberger une vie extraterrestre, enfin, du même type que celles connues. C'est toujours ce qui m'ennuie d'ailleurs, la recherche dune vie extra-terrestre reste basée sur la chimie du carbone et la présence d'eau liquide. Quid de formes de vie absolument, totalement différentes, à peine imaginables.
Enfin ça avait de la gueule, ce qu'imaginait Carl Sagan au sujet d'une forme de vie sur une géante gazeuse





Bon en tout cas, il y a quand même très peu de chance de trouver une quelconque forme de vie sur Io, l'endroit le plus volcanique du système solaire à ce jour.


Eruption sur Io vue par New Horizons

Malheureusement , une mission Jupiter Europa Orbiter, initialement prévue en 2020 a été repoussée sine die, faute de fonds. Il faudra donc attendre encore avant d'en savoir plus. J'aimerais quand même bien que ça se fasse de mon vivant!

Le scénario est à peu près le même pour Saturne. Les planètes étant gazeuses, il est illusoire de vouloir un jour les explorer à cause des pressions gigantesques qui y règnent. Pioneer 10 et 11 l'ont survolée, Voyager 1 et 2 aussi et la mission Cassini s'intéresse plutôt à Titan.

juste pour le plaisir: Saturne par voyager 2
 Comme beaucoup de gens je pense, j'ai un gros faible pour Saturne.
Saturne vue par Cassini
Beauuuuuuu!

Et d'ailleurs, je ne peux pas passer sous silence ça:
Des vues de la surface de Titan par la sonde Huygens en 2005. Car oui, on a posé un module sur la lune de Saturne, ce qui fait donc de Hyugens, l'objet le plus lointain a avoir atterri quelque part.
Je suis plus qu'étonnée de la ressemblance entre cette deuxième image et les photos de surface de Vénus par Venera 13 et 14. Dans deux environnement pourtant très différents. Par contre, là, on ne va pas y couper, vu la teneur en hydrocarbures de la surface de titan ( lacs de méthane par exemple) il va falloir imaginer une vie qui dépend plus des hydrocarbures que de l'eau ( on est sauvés, on reste dans les molécules carbonées!)
Comme Europe pour Jupiter c'est Encelade, petite lune géologiquement active, qui est la plus potentiellement intéressante, et pour la même raison: de l'eau liquide sous la surface, attestée par des geysers photographiés par Cassini.




Uranus n'a été survolée que par Voyager 2, et semble dans une région trop froide pour que ses lunes n'hébergent une quelconque vie, puisue c'est ce qu'on recherche le plus actuellement.
par voyager 2
Uranus, la dissidente qui tourne sur le côté!
Pareil pour Neptune, mon deuxième chouchou mais là je l'avais dit, c'est presque sentimental. Les années passent et le choc de cette image reste. 1989. Nom de  Zeus, que cette image est belle!

triton, son principal satellite possède une atmosphère et une activité géologique, il y a peut être quelque chose d'intéressant à explorer aussi par là. ais



En définitive pour le moment, les prochaines missions lointaines les plus prometteuses sont Philaé ( en Novembre prochain) New horizons ( arrivée prévue en juillet 2015 au niveau de Pluton), et Juno en 2016.

Et bien sûr, les deux sondes voyager, toujours vaillantes et qui continuent à envoyer des données régulièrement: Voyager 1 a quitté le système solaire depuis 2013, enfin, ça n'est pas non plus une limite précise! En tout cas il a enregistré le "son" de la densité de plasmas qu'il traverse. c'est.. curieux! Disons qu'il est en train de quitter le système solaire et que ça prend du temps.

Plus exactement Voyager 1 a quitté le choc terminal en 2005 et Voyager 2 en 2007. Les deux sont maintenant dans la zone de l'héliogaine, et se dirigent tranquillement - enfin on espère - vers l'héliopause.Mais la vraie sortie n'est pas pour tout de suite, et d'ici là, les batteries seront vraiment vides.



samedi 23 août 2014

expo "14/18, c'est notre histoire" à Bruxelles

L'autre exposition dont je voulais parler, c'est celle-ci, j'ai découvert son existence par hasard en arrivant, bien que, ça m'aurait vraiment étonnée qu'il n'y ait pas eu quelque chose à ce sujet  à l'occasion du centenaire de la première guerre mondiale. J'ai donc modifié mon planning pour aller la voir!

Il m'a été demandé sur la page Facebook du mois belge de parler de mon ressenti à ce sujet, en tant que non -belge.

Déjà sur l'exposition en tant que telle, je l'ai trouvée intéressante et très complète, adaptée à tous les publics, avec non seulement des objets ayant appartenu au roi Albert I°, au kaiser Guillaume II, des objets de la vie courante dans les tranchées ou hors zone de combat. Des cartes, des plans,d es extraits vidéos pour mieux situer les événements. Très intéressant aussi de commencer par un topo ( que la plupart des visiteurs ne regardaient même pas) sur l'état politique de l'Europe avant la première guerre mondiale, en rappelant que déjà le choses commençaient à bouger socialement: les femmes qui commencent à réclamer le droit de vote, le colonialisme de plus en plus critiqué, l'instabilité politique générale: l'assassinat de l'Archiduc d'Autriche n'est finalement qu'un assassinat politique parmi tant d'autre, qui n'aurait pas du avoir autant d'impact, ou au moins un impact limité entre l'Autrice et la Serbie qui revendiquant son indépendance depuis des années. Seulement, la Russie s'en est mêlée en apportant son soutien aux serbes dans un souci de se poser en champions du panslavisme, et le jeu des alliances politiques à fait le reste, dans un climat de bellicisme généralisé.

Tu attaques mon allié, donc je t'attaque et ainsi de suite.. l'exposition éclaircit ben les choses sur la triple entente et la triple alliance, j'avoue que les cours d'histoire du collège sont tellement loin que j'avais totalement oublié qui soutenait qui. Donc triple entente: France- Angleterre et Russie, et Triple Alliance ( aussi nommée Triplice): Autriche-Hongrie, empire Allemand, et Italie... déjà ce qu'on retrouvera  30 ans plus tard.
L'intérêt de l'expo est de souligner également à quel point ces ententes dérivaient d'oppositions familiales, puisque la plupart des pays étaient dirigés par des gens apparentés (si Guillaume II n'avait pas eu d'inimitié personnelle avec sa grand mère Victoria, on n'en serait peut être pas arrivés là.. je schématise, mais c'est vraiment ce qui ressort de ma visite: un effroyable gâchis causé par quelques égos surdimensionnés).

Après pour répondre précisément à la question d'Anne: en tant que française, les cours de collège mettaient l'accent non pas sur l'assassinat de l'archiduc, mais surtout sur celui de Jean Jaurès, qui était l'un des plus féroces opposants à l'entrée du pays en Guerre.
C'est donc pour moi très intéressant de voir la même guerre d'un autre point de vue. Mes cours ne mentionnaient qu'anecdotiquement le roi des Belges, donc j'avais à peu près oublié l'opposition au kaiser. Ça a donc été non seulement une remise en mémoire, mais aussi un complément d'information jamais eue, chaque pays ayant bien sur tendance à orienter politiquement ses programmes scolaires pour ne voir les choque que par le petit bout de la lorgnette qui va dans son sens. Je me souviens qu'on nous présentait chaque fois Guillaume II presque comme un monstre assoiffé de sang, alors qu'il en ressort plutôt un personnage effacé, inconséquent et qui vivait dans son propre monde mental.
photo de presse trouvée en ligne

Autre point très intéressant de l'exposition: les reconstitutions. On passe dans une tranchée reconstituée, un café, une kommandantur, une prison reconstitués.. c'est bien, ça évite l'ennui d'une simple mise bout à bout d'objets exposés. Et chose importante, les colonies ne sont pas oubliées.

Alors là aussi, de mon point de vue de française, et plus précisément, de française qui vit tout au sud du pays j'ai appris des choses très intéressantes.  Comme la première guerre mondiale s'est surtout déroulée au nord, pour nous, ça se résumait un peu  à " on se battait là haut, vers la Somme, les Ardennes, la frontière Belge, les régions en question ont été dévastées. Le reste du pays vivait à peu près en paix, c'était l'arrière, on ne s'y battait pas, le seul effet visible de la guerre était de devoir envoyer des gens au front" - bon là aussi, c'était des cours de collège, donc qui n'entraient pas trop dans le détail de l'inflation, du manque de matière première, des pénuries...
Mais à part ça, c'est tout à fait vrai. en PACA, la première GM n'a eu quasiment aucune retentissement, au contraire de la seconde ( tiens lundi on fête les 70 ans de la libération de ma ville), où la zone libre s'est réduite finalement à rien du tout et où des impacts de balles sont encore visibles ici ou là en ville.

Et bien sûr quand un programme scolaire doit traiter en 9 mois l'histoire depuis la révolution industrielle jusqu'à la seconde GM, on n'entre pas dans le détail. J'ignorais donc totalement que la Belgique avait été littéralement occupée, avec réquisitions de logement, tickets de rationnements, kommandantur et tout ce que la France a connu à son tour 30 ans plus tard.

Passionnant donc, pour peu qu'on s'intéresse à l'histoire. Mais l'expo est bien faite avec des petites attentions multimédia destinée au public jeune ( et à moi aussi, hein, je suis allée cliquer sur les cartes,  et me suis étonnée sur l'existence de charrettes à chiens - des charrettes tirées par de gros chiens qui amenaient les réserves de munitions au plus près des combattants)
(encore une photo trouvée sur le net, je n'ai pas de photo de l'expo, comme une truffe j'avais oublié de recharger la batterie de mon appareil!)

après, le sujet m'intéresse particulièrement car ma famille a eu une chance incroyable: personne dans mes ancêtres n'a été mobilisé! Mes grand-parents étaient trop jeunes, mes arrières grand-parents n'ont pas été mobilisés, je ne sais pour quelle raison..parce qu'ils étaient agriculteurs et donc plus utiles à la production? ou soutiens de famille? Mes grand-mères étaient soit trop jeunes soit pas encore nées, une partie de la famille paternelle était composée d' acteurs itinérants et des mères célibataires,  donc déjà en marge de la société et peu concernés par les questions de frontières... et il n'y a pas eu à ma connaissance de mobilisation de grands-oncles non plus.

Et puis, comme je l'ai dit, je suis de là, en bas, tout au sud, la guerre était vraiment quelque chose de très lointain. Il n'y a pas d'histoire familiale à ce sujet, on n'en parlait pas simplement parce qu'on avait pas spécialement de raison d'en parler (ou je suppose que puisqu'ils n'avaient pas été concernés directement, disons les choses comme elles sont, ils s'en foutaient un peu) c'est donc quelque chose de totalement, vraiment étranger pour moi. J'ai bien conscience d'être un cas rare quand je vois les listes de noms sur les monuments aux morts (contrairement à la 2° GM, là, oui, il y a une histoire familiale, ou même pour une ancêtre qui a quitté l'Alsace lors de l'invasion prussienne), de fait ça m'intéresse encore plus, peut être du fait que n'ayant pas eu de drame familial, je peux m'y intéresser de manière dépassionnée, puisque je n'ai pas de raison personnelle de le faire?
(nota, je viens d'aller chercher sur une base de donnée officielle en ligne, et je vois une seule occurrence de mon nom de famille, rare certes, mais quand même, un lointain cousin de mon arrière grand père paternel probablement.. vite je télécharge le document, ça peut s'avérer précieux en généalogie!)

Enfin, toujours est- il que j'ai énormément apprécié cette visite qui m'a appris une foule de choses.
et la aussi, le temps indiqué par le musée est " environ 1h30 à 2h00 " et j'ai dépassé allègrement les 3h00 de temps de visite.

exposition "Sax 200" à Bruxelles

Pour tout vous dire,dès 2013,  j'avais décidé de retourner à Bruxelles cette année, en premier lieu, rien que pour cette expo ( oui, je suis du genre à faire 800 kilomètres pour ça). Je ne savais pas encore exactement quand, et quand j'ai vu que mes disponibilités allaient être très serrées, tant pis, j'y vais, même si ça n'est que pour 4 jours, si je repousse, je risque de ne plus pouvoir me libérer.

Donc, "Sax 200" est une exposition autour de la vie et surtout des inventions , dans le domaine musical, mais pas seulement, d'Adolphe Sax, musicien, inventeur, et facteur d'instruments... Je m'excuse d'avance pur la mauvaise qualité des photos, à cause des reflets sur les vitres.

Car l'année 2014 est le bicentenaire de la naissance d'Adolphe Sax.
En effet,  l'inventeur de l'instrument type du jazz est en fait belge, originaire de Dinant, et issu d'une famille de musicens et facteurs d'instruments de père en fils. On y apprend qu'avant tout, il était clarinettiste et que c'est en cherchant à améliorer la clarinette qu'il a fini par développer de tous nouveaux instruments, le saxophone et le saxhorn

Bon si je vous dis saxophone, il est fort probable que vous voyiez de quoi je veux parler...
quelque chose comme ça, en priorité plutôt l'alto ou le ténor qui sont plus courants.
Le saxhorn, déjà, ça devrait déjà être moins clair:
Un truc qui ressemble au croisement improbable d'une trompette et d'un tuba qui aurait été compressé pour prendre moins de place... et c'est à peu près ça...Sur cette page on voit que le saxhorn est plus compact que l'euphonium ou le tuba ( voir photos) et puis c'est l'occasion d'entendre des gens jouer le thème musical de Mario bros au saxhorn. Mais si vous préférez de la musique orchestrale contemporaine, c'est aussi possible!

collection de saxhorns

Petit aparté: le saxophone est un bois, le saxhorn est un cuivre. La raison vient de la partie dans laquelle on souffle: bien qu'étant essentiellement en métal, le saxophone se joue avec une anche, une lamelle de roseau ( donc de bois) maintenue sous le bec. Le saxhorn se joue avec une embouchure en métal semblable à celle de la trompette, du trombone , du tuba.. L'exception étant la flûte traversière, aujourd'hui entièrement en métal mais considérée comme un bois ( ce qu'elle était à la base, voir tableau représentant Devienne dans mon précédent post: il joue d'une flute traversière en bois)

Il y a encore le " tuba Wagnérien" ou les trompettes  d'Aida ( pour la création de l'opéra du même titre)
la trompette d'Aida: une trompette toute en longueur, munie de deux pistons..
une cloche symphonique
la famille n'est pas en reste: ce liseron est une trompette inventée par Adolphe-Edouard Sax, le fils d'Adolphe, pour "Sigurd" opéra d'Ernest Reyer

 Au fil de l'exposition on découvre donc, non seulement les inventions et améliorations musicales du monsieur
un fac simile de dépôt de brevet pour amélioration sur les bassons, oui, je n'ai pas fini de parler de bassons!
Ses "expérimentations" improbables..
trompette à 6 pistons

trompette à 6 pistons et7 pavillons

trompette à 13 pavillons.. probablement une record du monde. Dommage il n'y avait pas d'enregistrement sonore, je suis trèèèès curieuse de l'entendre!

Mais aussi ses propositions dans d'autres domaines plus.. curieux: la "goudronnière Sax", un inhalateur pour soigner les maladies respiratoires par vaporisation de goudron .Ca parait extrêmement bizarre et absurde de nos jours, de vouloir soigner les bronches avec du goudron, mais bon, l'invention a eu du succès et a même gagné des prix prestigieux

ou ce livre au titre des plus étranges " Gymnastique des poumons, la musique instrumentale au point de vue de l'hygiène et  la création des orchestres féminins".

Ca parait curieux, mais c'était déjà une très grosse avancée: on autorise, et même on encourage les femmes à jouer d'un instrument à vent. N'oublions pas que depuis la Grèce antique, il est mal vu pour une femme de jouer d'un instrument à vent, mais pas pour les raisons que pourraient invoquer les psychanalistes, simplement  car ça déforme le visage et ça rend... laide! ( voir la légende de la création de l'aulos:  l'aulos -une flûte- est inventée par Athéna , mais elle refuse d'en jouer , car en gonflant les joues , une femme n'est plus du tout à son avantage! Ce qui lui est confirmé par Alcibiade, c'est donc le satyre Marsyas qui récupère l'instrument et en joue. C'était le point mythologie!). Soit belle et tais-toi, et ne joue pas d'instrument à vent! De la lyre ou des percussions, tant que tu veux, mais pas de l'aulos. Et on s'est coltiné ce cliché depuis l'antiquité sans même plus savoir d'où il venait.

Enfin, si on rassemble les instrument inventés ou améliorés par le monsieur, il y a quasiment de quoi faire une harmonie complète!
Toute une partie est églament consacrée aux déboires d'Adolphe Sax, car le succès du nouvel instrument a fait beaucoup de jaloux qui ont tenté de faire couler l'entreprise Sax. Vol de brevets, contrefaçons, procès.. certains même intentés par des contrefacteurs à l'inventeur lui-même! - qui l'ont quasiment laissé sur la paille, car le dépôt de brevet au XIX° siècle n'est pas l'assurance de ne pas se faire voler ses idées

Etape suivante: les variations postérieures sur le saxophone, du plus petit
"soprillo", saxophone en si bémol aigu.. cliquer pour entendre le son!
..au plus gros
saxophone sous-contrebasse.. cliquer pour entendre le son,suivi également du soprillo
ou d'autres encore plus étonnants:
un saxophone à piston, ça ne sonne pas trop mal en fait...

un swanee-sax, là,  le son est vraiment atroce, ça me rappelle les sucettes à piston des années 80, ou le kazoo.


Dans la dernière partie, il est possible d'écouter des morceaux entiers qui font la part belle au saxophone, en particulier dans le domaine qui a utilisé le plus l'instrument: le Jazz. Imaginez vous seulement du jazz sans l'instrument qui en est devenu le symbole?
Des disques de jazz: Sidney Bechet, John Coltrane, Sonny Rollins, Dexter Gordon, Cannonball Adderley,
Et le plus connu: Charlie Parker, ici avec Coleman Hawkins

Mais aussi, tout ce qui a été de près ou de loin influencé par le jazz: soul, pop, rock, disco...
On trouve par exemple Birdland ( Weather report) et son solo de "carotte" - le sax soprano

et je suis sure que Baker street ( Gerry Rafferty) n'aurait pas eu autant de succès sans cette intro bien balancée au saxo alto!


  Je peux encore citer "Never tear us apart" par INXS, ou encore "born to run" de Bruce Springsteen

un peu de progressif? Moneyyyyy

Et je ne peux pas passer sous silence la fin de Take a walk on the Wild Side ( Lou Reed)
ou Domino ( Van Morrison), il en a fait d'autres plus connues, mais celle-ci me donne bien la patate!


 Et que dire du reggae, du funk, de la world music..


On y croise aussi bien un instrument issu de la collection de Bill Clinton,

que Lisa Simpson..

ou la panthère rose. hé oui! si ça n'est pas  un des plus célèbre tubes au saxo...

Et je vous laisse sur " Sax and Violence", du Muppet Show... la partition de saxophone la plus frustrante du monde!


Bref, amateurs de musique en général ou d'instruments à vent en particulier, je vous invite chaudement à aller voir cette exposition très complète, histoire de voir à quel point le monsieur était un authentique génie dans sa partie.
Elle dure jusqu'en janvier 2015, le MIM préconise de compter 1h 00  pour la visite..comme je suis du genre à bien prendre mon temps, je me connais, je prévois toujours large, et il m'a bien fallu dans les 2h30 pour tout voir en profitant des séquences sonores de l'audioguide.

mercredi 20 août 2014

mini vacances en Belgique, le retour

Comme cette année, ma chef à dit " des vacances, ok, mais pas plus que quelques jours", j'ai donc pu royalement prendre 5 jours en août. Mon projet de vacances en Ecosse étant tombé à l'eau ( car pour 5 jours, ça aurait été trop compliqué d'aller prendre l'avion à plus de 100 kilomètres de chez moi et pareil au retour), j'ai donc suivi mon autre projet, plus facile à mettre en place: retourner à Bruxelles pour voir ce que je n'avais pas fini de voir l'an dernier, et quelques expos que je ne voulais vraiment pas rater.. et puis il me restait encore des murs BD à photographier.

Au final: une balade " murs BD " dans le quartier des Marolles le dimanche soir, en profitant d'une éclaircie, 2 autres à Laeken ( rien n'y a fait, j'en ai loupé 3, impossible de les trouver même en ayant l'adresse exacte) le lundi matin, visite du parlement européen et du parlementarium le lundi après-midi, mardi matin: expo Sax au MIM, mardi après midi: Musée Magritte en vitesse ( non décidément, je ne suis pas fan de ce peintre) et fin du musée "old masters" que j'avais du raccourcir l'an dernier, et shopping de speculoos, cramique et bières.. " tu vas en Belgique? coool tu veux pas me ramener blabla?"Et mercredi dernier jour, expo "14/18" et fin de la section archéologie du musée du cinquantenaire avant de finir par enfin, une bière et un restau avec une copine". Si j'avais eu un peu plus de temps, j'aurais essayé de faire connaissance en vrai de mes camarades de blog du mois belge, mais manque de chance, c'était vraiment trop court, et en pleine semaine - je suis consciente que mes jours de repos décalés n'aident pas à voir du monde!

Quartier des Marolles, on croise Quick et Flupke, Blondin et Cirage ( avec ce qui ressemble à un marsupilami), Odilon Verjus ( Bd que je ne connais pas du tout, mais apparemment ce moine du format "frère Tuck" rencontre Joséphine Baker!), la patrouille des castors en train de repeindre un mur, et Jojo.. Ce sont toutes des Bds que je connais moins, voire pas du tout, ou alors seulement de nom ( j'ai du lire quelques Castors étant très jeune)
Mais par contre, si, ceux là, je les connais bien, quand même!
Lui aussi, qui a eu les honneurs du CBBD juste un an plus tôt ;)
Passe moi le ciel, une BD que là encore je ne connais pas, mais ce panneau est génial: un diable qui fait rôtir un pied, saint Pierre qui arrose le barbecue en même temps que ses plantes, un ange la clope au bec..
et un rasta joint au bec, un slip kangourou, un bagnard, unE ange au milieu qui ne laisse aucun doute sur son genre en pratiquant la bronzette topless

Vraiment un panneau qui satisfait la mécréante que je suis :D
quartier Laeken, je n'en ai trouvé que 2: une Martine géante, et King kong!


J'ai été incapable de trouver Natacha l'hôtesse de l'air, et Lincoln, même en ayant l'exacte adresse.. Bon, ben.. je sais ce que ça signifie..
D'autant qu'il y avait d'autres murs du côté du parc du centenaire, et que je n'ai pas pu aller les chercher, la faute à la pluie qui s'est invitée dans ma balade!

Donc, après casse croûte, direction le quartier européen: l'hémicycle du parlement est visible à heure fixe, et il vaut mieux arriver en avance pour disposer d'un audio guide et savoir comment marche le parlement européen.
Dans le hall, on trouve une sculpture d'Olivier Strebelle ( oui, j'ai cherché son nom sur le net, j'avais déjà oublié) nommée confluence, dont les entrelacs sont censés représenter l'interdépendance des pays européens et leurs racines communes.. bon...
et voilà l'hémicycle, merci la fonction "panorama" de l'appareil photo!

Juste à côté,il y a le parlementarium, qui explique avec de nombreuses photos l''origine de la CEE devenue l'UE, en faisant un rappel des étapes importantes et des événements mondiaux de grande ampleur ( le tsunami de 2011 par exemple), et l'es tenants et aboutissants du parlement européen. C'est très très complet, presque trop en fait. Le problème est que le photos sont éclairées individuellement, tout au long de salles assez sombres ce qui fatigue vite mes yeux, et qu'il y a une ambiance sonore omniprésente ( des phrases de différents personnages importants, dans leurs langues d'origine.. ce qui perturbe beaucoup, lorsqu'on entend dans l'audioguide un texte en français, et juste à côté la phrase qui correspond à la photo voisine, en grec, finnois, italien, enfin, dans la langue de celui qui l'a dite.. en boucle. Et les grand panneaux avec les titres des photos dans toutes les langues.. mais qui se chevauchent, donc pas évidents à lire non plus. Je vous assure, je suis sortie avec un mal de crâne et une impression d'ivresse collée par cette obligation d'attention constante pour ne pas perdre le fil.. que j'ai malgré tout perdu. Franchement, l'idéal serait de supprimer le fond sonore, puisque tout le monde a droit à son audioguide dans sa propre langue! C'est vraiment saoûlant au sens propre!

Mardi: expo Sax 200: le musée des instruments de musique rend hommage à l'inventeur du saxophone et du saxhorn.. entre autres, un véritable génie, sans qui le jazz ne serait pas ce qu'il est! Mais j'y reviendrais, j'ai tant de photos que l'expo aura droit à son sujet séparé, de même pour celle sur 14/18.
Et après midi peinture:
puisque décidément la météo n'est pas avec moi, et puisque j'ai une carte permettant d'accèder à plusieurs musée, direction le musée Magritte

Des phrases sur les murs, celle là sur la cuisine "non alimentaire", m'a bien plu. Beaucoup de photos et paradoxalement assez peu de tableaux. En fait, j'ai du mal a accrocher à Magritte dans l'absolu, je vais apprécier quelques oeuvres mais ça va en rester là.
Surtout sur le début de sa production dans la mouvance surréaliste. Véridique, 2 tableaux m'ont plu.. et en regardant les titres, l'un était de Tanguy et l'autre.. de Max Ernst.  Non décidément Magritte surréaliste ne m'interpelle pas, je vais préférer Paul Delvaux (donc on peut aussi voir "Pygmalion" exposé au même endroit), ou l'humour noir de James Ensor ( section " fin de siècle" du musée, ouin, je n'ai pas eu le temps d'y aller, j'ai préféré finir la section "old masters" quitte à retourner à l'avenir oir le reste)
"le retour"

"les compagnons de la peur" spécial clin d'oeil à Serge qui collectionne les hiboux
Magritte me pose un vrai problème au niveau des titres en fait. Je comprends sa démarche de ne pas donner un titre comme " ciel et oiseaux" ou "hiboux-feuilles" qui serait descriptif, mais si pour ces deux là, le titre n'est pas encore trop n'importe quoi, parfois c'est vraiment du "gnuuu?". En fait, je marcherais plus si le tableau avait un tire comme " composition n° XYZ" par exemple. Là j'ai juste l'impression qu'il a tiré au maximum sur la corde pour trouver le titre qui soit le plus éloigné possible de toute compréhension..et ça sonne vraiment très artificiel pour moi, ce procédé. J'ai fini par ne même plus les regarder, car, ça me gâche tout le plaisir. Je sais je pinaille!

Hop, direction les vieux maîtres, je passe en vitesse faire un petit détour par Jérôme Bosch et ses monstres.
LE saint Sebastien de Hans Memling me fait toujours autant rire, il donne surtout l'impression de s'ennuyer au dernier degré!



 Encore un tableau qui m'a bien plu: Ça s'appelle la visite de Jésus chez Marthe... Parce que Jésus, ben , c'est comme Charlie, faut le chercher longtemps pour le trouver.. cherchez bien..
oui, là bas, tout au fond, en gris...Comme si le peintre n'en avait absolument rien à cirer et s'intéressait visiblement plus au repas qui se prépare... C'est tout à fait ça que j'adore chez les peintres flamands, ça me change des tableaux italiens , tout à la gloire de la divinité... Là, non, on s'en fiche, on relègue les personnages, hop, j'ai mis Jésus, j'ai fait mon boulot, mais, dans le fond le menu est plus important! :D
Par contre il ne manque pas une plume au canard, et les carottes n'attendent que d'être pelées...Ah, oui, notons au passage que chez Marthe, la cheminée est soutenue par des femmes à poil.. pardon de très peu chrétiennes cariatides!
Pas pu cadrer les Rembrandt ( trop grands!), mais allez, va pour un tableau de David, qui représente François Devienne, un Flûtiste du XVIII° siècle
Je dois bien être la seule à l'avoir pris en photo, mais il y a une raison à celà. Non seulement une représentation de musicien, ça m'intrigue, forcément, mais le nom me parle énormément. François Devienne a également composé pour basson, et il se trouve que ça fait des mois que je travaille sa sonate en Fa majeur, qui est un peu un tube incontournable chez les bassonistes, donc , oui, un intérêt personnel, par rapport à ce morceau que j'aime énormément.
Coucou, Anne  du challenge " des notes et des mots" et du "mois belge", c'est un clin d'oeil pour toi!

Je n'ai pas de photos de l'expo sur la première guerre mondiale ni de l'archéologie au musée du cinquantenaire ( batterie à plat!), mais j'ai quand même fini ma cure d'expos et de culture par l'incontournable!
LA bière avec Céline... et sur la grand place, au" Roy d'Espagne", comme une vraie touriste, faut ce qu'il faut.
Bon, j'ai encore des tas de choses à voir.. j'avais prévu à l'origine d'aller au musée de Tervueren, mais il est en travaux jusqu'en 2017... c'est un mal pour un bien, ça m'a permis de consacrer plus de temps aux autres expos ( faut dire que rien que celle sur Sax, j'ai mis près de 3h00 pour la visiter, quand on annonce " durée de visite environ une heure", je me connais!)


Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture