lundi 17 avril 2017

La ménopause des fées tome 1 - Gudule

Je ne voulais quand même pas faire un zéro pointé pour le mois belge, alors, profitant d'un arrêt maladie qui m'a coincée quelques jours inopinément à la maison, j'ai un peu lu, vu quelques films,  pas mal fait le ménage et beaucoup procrastiné.

Il faut dire que cette année, je n'avais pas grand chose d'avance comme lectures belges, et je suis allée voir du côté des e-books que j'avais acheté l'an dernier lors d'une opé promotionnelle.
Bingo, j'avais ce tire ( que j'avais pris parce qu'il me faisait rire) de Gudule. J'avais déjà chroniqué un autre titre l'an dernier, va pour cette histoire de fée. Et je peux déjà vous dire qu'elle n'est pas franchement pour les enfants...




En effet, les temps sont durs pour les héros de la geste Arthurienne.

Après des siècles passés tranquillement dans sa forêt de Brocéliande, Merlin n'est plus le glorieux enchanteur qu'il a été. Lorsque la forêt est rasée, il part à Paris, pour squatter la station de métro Brocéliande ( baptisée ainsi pour calmer la fureur des écologistes après destruction de la vraie Brocéliande). Une station sordide, dans un coin assez mal famé, où Merlin, devenu SDF alcoolique et vaguement timbré, s'installe en compagnie de trois fées de 15 cms de haut qui n'ont rien à lui envier question déchéance: Vivi est devenue amatrice de calembours foireux depuis qu'elle a failli être assommée par un almanach Vermot. Ce qui est une lecture encore assez saine, en comparaison de celles de Morgane. Laquelle s'est auto rebaptisée Moorgën depuis qu'elle s'est pris de passion pour les thèses d'extrême droit. Et la dernière, Clochette, assume pleinement d'être une cochonne miniature, qui se fait passer pour une figurine dans le but d'être ramassée par gamin, qui la tripotera allègrement.
Un enchanteur alcoolique, une fée à l'humour douteu, une autre néo-nazie et une troisième perverse.  Avec en prime un chien galeux, que Merlin baptise " Excalibur". Ce petit monde vivote en paix, jusqu'au moment ou Merlin trouve la carte de transport d'une certaine " Linda Graal", coiffeuse dans un salon miteux de ce quartier pauvre. Ni une ni deux, le voila qui décide de partir non en quête du Graal, mais de "la" Graal. Qu'il découvre en train de manger un sandwich au bar le Celtic tenu par Geneviève Gloadec ( immédiatement intitulé Dame Guenièvre par Merlin de pochard), en compagnie d'Arthur Lancelot, chômeur et dealer de cannabis à ses heures, fournisseur attitré et amoureux pas très transi de ladite Linda.
Trop de coïncidence décide Merlin: c'est un signe, le signe que le destin veut revenir aux temps glorieux de la chevalerie, et qu'il va avoir, pour se réaliser, besoin d'un sérieux coup de pied au cul que se Merlin se charge de lui donner ( et par la même occasion, retrouver un peu de sa défunte gloire)
Sa solution: empêcher Arthur de conclure avec Linda - car la geste est très claire: ça n'est pas Arthur qui trouvera le graal - et dégotterle Perceval des temps nouveaux pour le conduire à faire un enfant à Linda. Et ça tombe bien, il y a pas loin un type à la retraite, délinquant pas juvénile du tout, tagueur sexagénaire, qui occupe ses journées à dessiner de poétiques forêts enchantées sur les murs. Connu dans le quartier comme  "le père Cheval", ancien facteur, comme on peut le deviner.

Et j'ai bien aimé cette histoire complètement foutraque, ce Merlin dérangé et ses fées vieillissantes qui ne valent pas mieux, cette population modeste, qui rejoue à son insu une histoire épique qu'elle ne soupçonne pas. Tout y est outré, caricaturé ( bien sûr, la shampooineuse Linda n'est pas très futée, bien sûr son patron est homosexuel, bien sûr Geneviève est à la fois femme d'affaire et indécrottable fleur bleue...) mais le mélange de dialogues populaires voire crus mélangés à une narration au contraire, volontiers grandiose par moments est bien drôle. Le propos est souvent cru, mais Gudule, c'est tout à son honneur, reste sur le fil de la familiarité sans sombrer dans la vulgarité facile, justement grâce à ce ton décalé.

Et j'apprécie énormément que le dessin de couverture soit de Jean Solé, comparse de feue Gudule à Fluide Glacial ( d'ailleurs, c'est là que j'ai lu son nom pour la première fois il y a des années, elle faisait souvent de petites chroniques dans le magasine). En fait tout au long de ma lecture, j'ai vraiment imaginé cette histoire en mode " BD trash". C'est très visuel et on sent bien que Gudule fréquentait régulièrement la bande de Fluide Glacial.

En tout cas, ça m'a bien plu, c'est tout sauf prise de tête, je lirai volontiers la suite quand j'aurais l'occasion.

Ah et oui, pour ceux qui se demandent la "ménopause " des fées, c'est la fin de leurs pouvoirs. Elles naissent avec un "stock" de magie, et plus elles l'utilisent, plus il s'amenuise, jusqu'à arriver à zéro au bout d'un moment. Et une fée sans pouvoir autant dire qu'elle perd sa fée-minité et qu'elle est bonne pour la retraite.


C'est trop tard pour le Challenge "lectures arthuriennes"qui a fini depuis au moins deux ans, et le blog qui l'organisait a disparu de la toile, dommage...

jeudi 6 avril 2017

Leonora Carrington ( 1917- 2011)

L'autre jour , comme je parlais des Gymnopédies de Satie pour le film Paris pieds nus, j'ai voulu vérifier l titre, et en cherchant sur Youtube, je suis tombée sur un enregistement illustré de peintures surréaliste de Leonora Carrington.

Je ne connaissais pas du tout cette dame, mais, en voyant qu'elle était née le 6 avril 1917, j'ai eu envie de vous la faire découvrir pour le centenaire de sa naissance.

Leonora Carrington est donc une peintre et écrivaine anglo-mexicaine, née en Angleterre, qui a vécu en Angleterre, en France, en Espagne, avant de partir pour le Mexique.
Sa peinture me parlait pourtant, pas en elle-même, je suis sûre de ne l'avaoir jamais vue auparavant, mais parce qu'elle me rappelait en particulier Max Ernst et bingo, Leonora  a vécu et travaillé un temps avec lui, l'influence est assez marquée..

J'aurais pu garder ce billet pour Halloween, vu le côté un peu monstrueux de sa peinture ( c'est peu dire que c'est un coup de coeur immédiat pour moi) mais autant marquer le coup du centenaire!

Reina de los mandriles
baño de pajaros

La maja del tarot
La danza de los espectros
une tentation de Saint Antoine qui évoque un peu Jérôme Bosch



operation wednesday ( là encore un petit côté Bosch, sur l'extraction de la pierre de folie)
Brujas juegan al cubilete

the ancestor

the cockrow

Pour les suivants, je n'ai pas trouvé le titre..

le personnage rappelle un peu les gravures aztèques

sur celui-ci, ce sont tout à fait les couleurs qu'on trouve souvent chez Max Ernst
un autre Saint Antoine, là encore il y a du Jérôme Bosch..
qui n'aurait pas renié ce petit monstre musicien
Je vous le dis, coup de coeur immédiat pour cette sarabande de fantômes et de monstres qui doivent autant à l'Europe qu'au folklore mexicain.
La plupart des images que j'ai sélectionnées datent des années 50 à 70, mais pour voir une évolution de son style par époques, c'est ici

samedi 1 avril 2017

Paris Pieds Nus ( film 2017)

Mois Japonais sur l'autre blog, mois belge sur celui-ci. et si j'avais pas mal de billets d'avance pour le mois japonais, en revanche, ce sera plus compliqué pour le mois belge.
et comme avec mon changement de travail, je n'ai ni vraiment le temps, ni vraiment le goût de lire pour le moment ( je lis beaucoup de dossiers et j'écris beaucoup de mails, dans le cadre de ce nouveau job, donc, le temps que ça se décante, je préfère.. faire autre chose de mon temps libre) et j'ai décidé que les prochaines semaines seraient plutôt axées cinéma.

Comme parfois, les choses se goupillent bien, c'est justement le moment où le cinéma d'à côté a décidé de programmer "Paris pieds nus", nouvelle comédie burlesque du duo fanataisiste belgo-canadien Dominique Abel et Fiona Gordon. Je les avais découverts il y a quelques années avec le délirant " l'Iceberg" où une femme coincée toute une nuit dans la chambre froide du restaurant où elle travaille. Le choc thermique lui causant un choc psychologique et une véritable obsession pour la neige, la glace et le pôle Nord.
Je n'ai pas vu les films suivants, qui n'ont pas été diffusés ici à ma connaissance, mais j'ai donc sauté sur l'occasion de voir un peu d'humour absurde en ce jour pluvieux.

l'affiche annonce la couleur, ou plutôt les couleurs, très présentes, très pimpantes

Un film donc belge, avec une actrice principale canadienne et qui se passe à Paris.

Fiona, rousse canadienne à lunettes vit au fin fond d'un coin paumé et couvert de neige du Canada. Une quarantaine d'années plus tôt, sa tante Martha, danseuse,  a tout plaqué pour aller faire carrière en France.

un coin paumé , neigeux.. et venteux!

Mais voilà, Martha a maintenant 88 ans, elle pète la forme, mais perd un peu la mémoire, et lance un SOS à sa nièce pour qu'elle viennent à sa rescousse: les assistants sociaux ont décidé qu'il était grand temps pour elle d'aller en maison de retraite, et Martha refuse absolument.

Ni une ni deux, voilà Fiona, qui n'a jamais quitté son coin, partie avec un sac à dos aussi grand qu'elle, surmonté d'un cocasse drapeau canadien, partie pour un périple parisien à la recherche de tante Martha qui, manque de chance, a décidé justement ce jour là de prendre la poudre d'escampette pour échapper à l'assistante sociale.
Sitôt arrivée, la malchanceuse Fiona se retrouve à l'eau en voulant se faire photographier au bord de la Seine - elle s'y retrouvera un certain nombre de fois!

deux secondes avant la catastrophe

Alors qu'elle est repêchée parun bateau mouche, son sac à dos coulé avec elle sera retrouvé par Dom, SDF un peu philosophe qui campe dans le coin, et fouille les poubelles des bateaux restaurants en fonction du menu qu'ils proposent. Aubaine: le sac contient quelques vêtements et de l'argent. Ni une ni deux, Dom vêtu d'un seyant pull moulant jaune canari trouvé dans les affaires de Fiona s'offre un repas de luxe sur l'un des bateaux, où , justement, Fiona crevée et dépitée après une première journée passée à chercher sa tante et à déclarer la perte de ses papiers, tentait d'oublier qu'elle se retrouve elle aussi à la rue, sans le sous, avec seulement un ticket restaurant donné par l'ambassade. Parce qu'elle ne comprend pas le français, elle ne refuse pas une danse à l'envahissant Dom, qui par conséquent, tombe raide dingue amoureux de la pauvre canadienne paumée, et va lui filer le train toute la journée , en version seau de glu ( c'est comme un pot de colle mais en XXL)
en parallèle, on va assister à la journée de Marthe et voir comment tout ce petit monde passe des heures durant séparé seulement de quelques rues, sans jamais le savoir.

Dit comme ça ça n'a l'air de rien, mais ce film est une pépite de bonne humeur. Par son sens du timing et des gags burlesques, que ce soit la manière ridicule dont Fiona se retrouve à l'eau plusieurs fois, le tango totalement décalé sur une musique électro dont les basses font trembler les murs et les gens, un éloge funèbre tout sauf conventionnel, Bob le Canadien de la Police montée,  tante MArtha malade après s'entre envoyé un pot entierde beurre de cacahuettes, la savoureuse référence à la Ruée vers l'or et à la danse des pains faite par Emmanuelle Riva et Pierre Richard ( un acteur que j'aime énormément et dont la carrière est bien plus intéressante maintenant que dans les années 70.Même si son rôle est très court, même en pyjama, il a une classe rare. Quand à feue Emmanuelle Riva, c'est un plaisir pour moi de voir que sa carrière ne s'est pas finie sur le très déprimant " Amour", mais sur ce film burlesque où elle incarne une mamie pétulante.)

Paris pieds nus, et Paris en chaussettes aussi

Les médias insistent sur une parenté de ce cinéma avec Pierre Etaix , Tati, ou Chaplin ( et pour le coup, la référence est même voulue) mais de mon côté c'est plutôt à Buster Keaton et Harold Lloyd que j'ai pensé. L'ascension nocturne de la tour Eiffel autant que les lunettes de Fiona m'ont vraiment fait penser à "Monte là dessus" Et ce n'est pas un mince compliment. En tout cas c'est un chouette hommage au cinéma burlesque et muet, avec ses gags très visuels. Je ne sais pas si les acteurs-metteurs en scène ont commencé par la danse, mais tout est chorégraphié minutieusement, et pas seulement les passages de danse. vu qu'un de leurs film précédents s'intitule rumba, ce n'est pas impossible.

Et quel plaisir, à la fois visuel et sonore que ce plan de l'aube parisienne vue depuis la Tour Eiffel, sur fond de Gymnopédie de Satie, un pur moment contemplatif comme j'aime ( d'où le "Pieds nus" du titre, pas seulement lié aux fait que Dom et Fiona se retrouvent régulièrement sans chaussures)

Donc tout ça pour dire que je conseille chaudement ce film atypique à tous les amateurs de spectacle visuel et d'humour absurde.
Car non le cinéma belge ne se limite pas au cinéma social des frères Dardenne pour ne citer que les réalisateurs les plus connus. C'est malheureusement trop rare que la programmation s'aventure hors des chemins battus et des noms les plus célèbres.

La bande annonce:



Et une interview de Fiona Gordon et Dominique Abel qui expliquent leur travail..


quoi de mieux pour commencer un mois belge un 1° avril qu'un film comique?


mardi 21 mars 2017

re-re-re changement de programme

Car définitivement, rien ne se passe jamais comme prévu.
je dois bien en être à J ou K maintenant. J'éviterai quand même le Q.


Il y a quelques temps, je parlais ici de mon ras-le-bol professionnel, dans mon travail peu intéressant, où j'avais en gros 5 phrases à dire.
Et de mon envie de reprendre des études dans le domaine qui me plaît.
Sauf que...

Non je n'ai pas abandonné cette idée, mais une fois de plus un concours de circonstances m'amène à la retarder.
Car, pour me sortir de cette situation, j'avais aussi entrepris en parallèle, de chercher une mutation , au minimum, de changer de service à défaut de quitter la région.
Et , après des semaines , des mois, des concours, un entretien de mutation sans résultat l'an dernier, le coup de pouce est arrivé d'un certificat médical , attestant que je craignais la moisissure et que je devais changer de poste.
Début février, me voilà au service des mutations, il n'y a rien pour moi, blablabla.. 2semaines après on m'a appelée pour me proposer quelque chose.. et moins d'un mois plus tard, me voilà à un nouveau poste depuis 1 semaine.
Et pour vous dire à quel point les choses se sont précipitées, nous sommes mardi. J'ai passé l'entretien il y a pile 2 semaines. Le jeudi suivant on m'annonçait que c'était ok, et j'ai commencé lundi de la semaine dernière. Une seule fois dans ma vie, pour un petit boulot, ça avait été plus rapide: entretien le jeudi soir, ok , c'est bon, tu commences demain matin.

Mais et c'est un peu le problème, après 7 ans et 3 mois à faire quasiment la plante verte avec une gamme d'environ 8 phrases à dire ayant pour sujet les photos, les sacs à dos, les toilettes et ne pas téléphoner... Je passe d'un poste où je n'avais rien à faire à part lire et compter mes doigts, les dalles du sol, mes cheveux, à un poste où j'ai tout absolument tout à apprendre.Niveau flexibilité, ce n'est plus le grand écart, c'est carrément la compétition olympique de gymnastique. Autant dire le changement absolu, et je dois apprendre en même temps non pas un métier ( assistante d'administration) mais deux ( tenir l'agence de poste en prime). J'ai été engagée sur mes nombreuses expériences de tenue de caisse et le fait que je sache allumer un ordinateur...mais j'ai zéro expérience de secrétariat. Et même pas arrivée à la fin de la première semaine, j'apprends en sus que je suis bombardée secrétaire de mairie. J'ai trois mois pour faire mes preuves dans un secteur où je ne connais absolument RIEN.
Autant dire que les semaines à venir vont être fortement dosées en formation.
Et que je n'ai pas ouvert un livre depuis quasiment 10 jours, pas le temps, et j'ai tellement à mémoriser que mon cerveau dit stop.
Vendredi soir, après 6 jours (parce que j'ai enchaîné les deux postes, samedi repos, dimanche musée, lundi à vendredi mairie), il m'aurait été impossible d'engranger la moindre donnée en plus.




Surchauffe, à la limite de l'écran bleu, défragmentation urgente.

et après ça, le WE dernier, le cerveau a travaillé en arrière plan. Ce n'est pas une vaine comparaison, sinon comment expliquer que j'ai passé la nuit du samedi au dimanche à rêver de colis en instance? Et celle du dimanche au lundi à me réveiller et à penser " heu...attends, j'ai rêvé un truc lié au boulot? Mais.. ça me paraît bizarre, l'histoire du code couleur, là,c'est un truc qu'on m'a réellement dit, ou bien est-ce que c'était seulement un rêve?".

Pas que ce nouveau travail soit passionnant, mais après 7 ans presque et demis dans la position du ficus ( même le yoga ne connaît pas!), même le fait de passer  le matin à vendre des timbres et à envoyer des mails et l'après midi à détruire des archives devenues inutiles dans un broyeur à papier paraît hautement intéressant: je FAIS quelque chose. et arrivée à 16h30, je constante qu'il ne me reste plus que 30 minutes et je rentre chez moi.. sans avoir senti passer péniblement chaque minute.

Du coup avec 3 mois de période d'essai, je peux difficilement reprendre mes études cette années, et , une fois arrivée à la fin de la période, dire " bon ben, c'était cool, merci, mais maintenant je pars en disponibilité pendant au moins 3 ans". Ca ne serait pas cool d'une part, et ça serait aussi le meilleur moyen pour qu'on me le refuse.
Mais, suite logique de cette nouvelle situation: je suis à 3 arrêts de bus de mon nouveau travail. Pas assez de temps pour lire.Pas de temps à la pause déjeuner. Et après avoir passé la journée à essayer de mémoriser des choses, à lire des modes d'emploi ou des mails, à en écrire et à en envoyer.. je n'ai pas franchement le courage de lire tout court.

Regarder des films, oui. Jouer à des jeux vidéo, aussi. Mais là, je n'ai pas le réflexe de lire, même pour finir ce qui est entamé.

Conséquence: Le mois Ecossais ne comptera probablement pas de deuxième lecture. LaSF aura été très réduite aussi. J'ai de l'avance pour le Japon, ce qui devrait me permettre de caler une ou deux participations belges en avril.
Mis pendant quelques temps, suffisamment pour m'adapter à ce nouvel environnement, je suis un peu au ralenti. Promis je reviens bientôt, quand j'aurais un peu plus intégré d'automatismes, ce qui me permettra  de..
Eeeeeet mirde, on change d'heure le Week-end prochain, il va encore me falloir un bon mois pour m'acclimater au décalage horaire.

samedi 4 mars 2017

L'étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde - R.L Stevenson

Comment concilier les deux projets du mois à savoir le mois écossais avec celui le la SFFF? Bingo.
Merci Stevenson.



Ce sera donc pour inaugurer le mois écossais, une relecture de ma part, car je l'avais déjà lu il y a.. pfiouuuu oui au moins!
Mais alors pourquoi lire quelque chose que je connaissais déjà, qui plus est une histoire tellement multi adaptée qu'elle est connue même de ceux qui ne l'ont jamais lue?
Justement pour cette raison. C'est le même cas qu'avec Frankenstein, le roman a été dépassé par sa célébrité, par les adaptations, qui ont élagué d'un côté, rajouté de l'autre, ce qui fait qu'au fial, l'histoire telle qu'on la connaît ou croit la connaître est parfois assez éloignée du roman original. et c'est toujours bon de revenir aux classique, justement pour voir à quel point ils ont muté.

Par exemple Mr.Utterson qui est le principal personnage de l'histoire, l'enquêteur, est souvent relégué au second plan, pour ne pas dire purement et simplement supprimé.
Et pourtant, c'est lui qui va découvrir peu à peu toute l'histoire.
A contrario, les adaptations donnent souvent un rôle plus important au dr Lannyon, le médecin aux principes diamétralement opposés à eux de Jekyll, le "raisonnable" de l'histoire. Qui finalement n'apparait que peu, et quasiment uniquement pour témoigner post mortem par testament de ce qu'il a vu.

Tout commence un jour lorsque Mr Utterson notaire routinier emmène un cousin , Mr Enfield, avec lui en promenade. En passant devant une maison d'aspect délabré le cousin lui explique qu'il a une nuit été témoin d'une curieuse scène ici même: un homme très petit et  très antipathique a renversé et piétiné sans état d'âme une petite fille, et pour éviter les ennuis alors que les badauds commencent à arriver attirés par le tapage, est rentré dans cette maison pour récupérer de l'argent, payer une amende et en rester là. Mr Enfield a eu le temps d'apprendre cependant que le petit bonhomme antipathique se nomme Mr Hyde.
Ce qui surprend le notaire, il connait quand à lui très bien la maison qui est celle du Dr Jekyll à la fois un de ses amis et son client. Jekyll lui a d'ailleurs laissé récemment un testament dans lequel il fait de ce Mr Hyde son seul héritier.
Pour Utterson, la solution est simple, mais épineuse: Jekyll a du se mettre involontairement dans une situation compliquée, c'est un homme considéré dans la bonne société, il a une réputation à garder. Le dénommé Hyde ne peut être qu'un malfrat, maître chanteur qui a découvert un secret quelconque de Jekyll et le tient à sa merci au point de l'obliger à le coucher sur son testament.
Quelques temps après, un député est sauvagement tué dans la rue, et un témoin a bien vu le meurtrier. La description ne laisse pas de doute, il s'agit de Hyde. Utterson va alors tenter tout ce qu'il peut pour convaincre Jekyll , lequel ne se montre plsu guère, d'abandonner son " protégé" qui est un criminel convaincu.

La raison on la connait, mais au cas ou..





Ca va vous êtes préparés?
Jeyll et hyde ne sont qu'une seule personne (révélation de dingue!!) Le gentil Dr Jekyll ayant décidé que sa personnalité enjouée était décidément un défaut, que dis-je une tare pour un homme de la haute société, qu'elle allait l'entrainer dans le vice et le crime, et qu'il fallait absolument qu'il se débarrasse de ce naturel encombrant. Ce qu'il obtient grace à l'usage de drogues qui séparent ainsi le bon du mauvais chez lui, faisant de Jekyll un être 100% bon et de Hyde un être 100% mauvais.
Cen'était pas la meilleur idée, car dorénavant, les deux esprits partagent un même corps. enfin même, façon de parler, Hyde est aussi petit que Jekyll est grand, ce qu'il fait que lors de la transformation leur différence physique suffit à les faire passer pour deux personnes différentes.
L'explication vient du fait que le personnage d'origine est plus bon que mauvais, et donc, sa version mauvaise est bien plus chétive que sa version bonne.
Ne cherchez pas, c'est de la SFFF.
Mais lorsqu'on lâche la bride à ses mauvais penchants, avec en plus le couvert du "déguisement", ils prennent de plus en plus de place, et Mr Hyde devient de jour en jour moins chétif, et accepte de moins en moins de laisser la place à cette partie bonne qui l'encombre, lui, le mauvais.

Oui moi aussi je trouve quand même un peu abusive l'idée que être d'un caractère joyeux est une tare qui risque de vous conduire au crime.
Mais au delà de l'invraisemblance de la transformation physique ( encore que l'abus de drogue peut avoir cet effet ravageur, mais sur le long terme), ce thème de la dualité, il y a du bon et du mauvais en chacun et vouloir gommer une partie de sa personnalité, c'est avoir l'assurance qu'elle reviendra au moment où on s'y attend le moins- justement comme un drogué qui replonge.
Si Jekyll avait dès le départ accepté de n'être pas parfait , il ne se serait pas dédoublé.
Ce qui au final fait de ce court roman presque un récit clinique sur la maladie mentale et les personnalités multiples.

Narrativement parlant , j'aime bien ce type d'ouvrages qui donnent la parole à divers personnage, chacun n'ayant la connaissance qu'une d'une partie de l'histoire, certains éléments se complétant .. ou se contredisant selon qui parle ( le propre des témoignages!) ce qui au final donne plusieurs possibilités de lectures, tout en laissant en suspens certaines choses. L'auteur laisse à son lecteur la possibilité d'imaginer des choses et ça, ça me plait.

J'avais bien aimé la nouvelle "les voleurs de corps".. maintenant il va falloir quand même que je lise un jour son Voyage avec un âne dans les Cévennes ( ça ira bien pour la thématique voyage de l'année par exemple). Les Cévennes ça n'est pas loin de chez moi, j'ai même du passer à plusieurs reprises pas loin des endroits qu'il a visités.
Et bien évidemment L'île au trésor qui était mon premier choix pour ce mois écossais, mais que je n'ai pas réussi à retrouver dans les cartons de déménagement, si tant est que je l'ai effectivement eu un jour.

Pour Dr Jekyll et Mr Hyde, c'est assez facile de le trouver gratuitement en e-book  il est court, donc le format se prête pas mal à une lecture en quelques trajets de bus.
Puis profitons en, plusieurs titres de Stevenson sont en version numérique, et gratuits ici.
Et un sujet à carreau, un!

vendredi 3 mars 2017

Hero corp saison 2 (série TV)

Je sais j'avais dit " Mars, mois de la SF" mais je classe les histoires de super-héros en SF, faute de mieux. On est à mi chemin entre la SF et le fantastique, la ligne est mince parfois entre les deux, donc j'élargis à Mars mois de la SFFF ( SF, Fantasy et Fantastique) comme ça ça englobe tout.

Et, après Lermina, on continue d'ailleurs sur un point de vue bien français, aussi français que l'était Super-Dupont en son temps.

Tout vient à point à qui sait attendre, puisque j'avais vu les deux premières saison de cette série il y a longtemps (la saison 1 date de 2008 et la seconde de 2010). Et je n'avais revu et chroniqué la premier qu'en 2014.
Mais voilà, je n'ai plus la TV,  alors je suis allée faire un tour vers Netflix, depuis le temps que j'en entendais parler et hooo cool, je vais pouvoir voir la suite!enfin, d'abord revoir les 2 première saisons et voir la suite.

Car cette série a eu une histoire plutôt mouvementée: 3°saison en 2013, et 4° en 2014/2015. Plus une déclinaison en websérie. Pourquoi?
L'éternelle raison: les thunes.Et surtout leur manque.
La seconde saison ayant moins eu de succès que la première, La chaine comédie! qui la diffusait à la Tv à lâché l'affaire, laissant scénaristes, acteurs, metteur en scène.. bref toute l'équipe, en plein suspens.

Cependant, les fans se sont mobilisés sur la toile, une rediffusion pourtant nocturne a fait de meilleurs scores, le financement participatif a fonctionné à plein régime, ce qui fait que cahin, caha, la 5°et dernière saison est dans les starting blocks.

Donc reprenons où nous en étions, pour rappel, lors de la saison 1, John, un homme tout ce qu'il y a de plus normal, déboulait dans un village du fin fond de la Lozère pour assister aux funérailles de sa Tante Mary. Laquelle n'était pas tout à fait morte. Même pas du tout en fait mais avait trouvé se subterfuge pour faire venir son neveu avec qui elle n'avait pas eu de contact depuis 10 ans. Or Mary et les autres villageois eux, ne sont pas tout a fait normaux: ils sont, enfin, ils étaient des super héros. Mais, mis au rencard après des années de bons et loyaux services, ou partis de leur plein gré se mettre au vert, ils sont maintenant la branche "Lozère" de l'agence internationale de super héros " Hero Corp" dont le siège est à Montréal, Québec. Or justement ils ont un gros problème, du genre attaque de super-vilain, et leurs pouvoir étant amoindris, pour en pas dire carrément moisis, ils ne sont pas de taille à faire face. Or le medium de l'agence a eu une vision, c'est John qui va les sortir de la mouise en les fédérant à nouveau pour se battre contre " Ze Lord" (oui toujours bien prononcer les noms à la française, Steve = stèèève, Allen = allant, Burt = burte, Mick = Mique...)
Le tout se concluait par une virée à Montréal le temps de rencontrer "capitaine Canada" ( Michel Courtemanche), super héros prétentieux bien que nullissime et poltron, et pourtant célèbre, flanqué de son assistant "captain trois-rivières", tout aussi snob... qui flippe à la vue des animaux de la ferme. Mais, c'est la règle dans toute histoire de super-héros: une fois un super-vilain vaincu, il va forcément y en avoir un autre, encore plus super, encore plus méchant.



Car évidemment, je peux difficilement entrer dans les détails sans éventer un peu la 1° saison.




Cette fois, le super méchant c'est Matthew Hoodwink ( prononcer correctement à l'anglaise), et pas de chance pour John, c'est surtout l'irascible père de sa petite amie Jennifer, laquelle ignore tout de la nature de son petit copain, de la tante et des amis de celui-ci.

Or pendant l'escapade québécoise d'une partie de ceux ci, Hoodwink fait raser le village de Lozère. Tous n'en réchapperont pas, mais une poignée de survivants refont surface, vite rejoints par ceux qui rentrent du Québec et vont devoir tailler la route en pleine forêt, direction le bunker secret de Hero Corp,pour se mettre à l'abri de Hoodwink qui a décidé de les trucider purement et simplement.
Mais John a toujours Jennifer avec lui, otage plus ou moins coopérative, et toujours ignorante de la situation, ce qui leur évite un canardage pur et simple. Et d'ailleurs ignorante tout court, puisqu'elle a perdu la mémoire en lorsqu'une roquette lancée par le maladroit Capitaine Canada a percuté de plein fouet sa voiture. Ce qui ne va pas arranger son mauvais caractère et son côté boulet.

Cette seconde saison est plus sérieuse, ou plutôt plus aboutie, plus suivie en fait que la première où les épisodes étaient plus ou moins indépendants. Là il y a un vrai fil directeur: la fuite des super héros survivants, l'arrivée d'autres survivants venus de régions diverses car les autres branches mondiales d'Hero corp ont aussi été détruites.

On voit donc arriver Valur, un islandais qui sait manier la foudre ( et dont l'accent fait beaucoup d'effet sur tante Mary), Jean Micheng, vietnamien au pouvoir.. déconcertant ( pour ne pas dire complètement n'importe nawak: il déconcerte les ennemis en leur parlant vietnamien, et quand ils sont déconcertés, un ballon de handball surgi de nulle part les assomme. Quand je vous disais que c'était n'imp! Mais force est de reconnaître que c'est efficace même en étant complètement ridicule. et Eshana, brune hippie au pouvoir de dédoublement (sachant que son doppelganger ne lui ressemble absolument pas, c'est loin d'être évident)

Ceci dit, les autres, replongés dans le bain, et obligés de s'y remettre vraiment pour survivre vont dérouiller leurs pouvoirs. Surtout le pauvre Burt, qui fait beaucoup d'efforts pour peu de résultats, mais arrivera quand même à s'extirper de sa condition de Captain Shampooing ( qui lance du shampoing doux qui ne pique même pas les yeux) pour redevenir un peu l'Acid Man qu'il était au temps de sa gloire.
Quand à John, il développe aussi des pouvoirs, disons, paradoxaux: fils d'un super héros et d'une super méchante, ce qu'il ignore encore, il peut à tout moment pencher du bon ou du mauvais côté.
Donc un scénario qui fait toujours la part belle aux moments humoristiques et pinaillages entre super héros, il faut bien le dire, toujours un peu concons et péquenauds indécrottables, mais développe un peu plus son sujet et ça, ça fait plaisir.

Avec en prime une brochette de second rôles assez croquignolets ( le retour de captain sports-extrêmes, déjà aperçu dans la saison 1: le genre de mec à faire du parapente sans parachute, ou du saut à l'élastique, sinon c'est trop facile et bon pour les chochottes. Evidemment, il se ramasse beaucoup et passe plus de temps à remettre en place ce qu'il s'est déboîté plutôt qu'a faire des actions d'éclat. On retrouve aussi le prétentieux Captain Canada, toujours à côté de la plaque et vite dépassé. Et parmi les invités, il y a " atraignée man" ( Alexandre Astier, venu faire un passage dans la série de son frangin). Il n'a aucun pouvoir particulier, sinon celui d'être relou et gratuitement méchant " parce que les araignées c'est méchant". Dans la première saison c'était " chauve-souris Man", le super héros qui ne sert à rien: comme les chauves souris, il vivait la nuit, mais en fait il avait choisi de vivre de nuit le jour parce que c'est moins fatiguant!
Manière évidente de tailler un short aux deux super-héros les plus célèbres..

On va encore trouver ici un homme des bois philosophe aux lectures étranges ( Pierre Palmade): son livre favori est "comment servir l'homme" (oui, oui,l'ambigüité du titre est tout à fait voulue) et, plus tard, un groupe de vampires qui a comme un souci d'image et de crédibilité: En tant que " vampires de jour", personne ne les prend au sérieux et ils passent aux yeux de tous pour des petits malfrats, ce qui est mauvais pour leur égo. Je vous rassure ils n'ont pas le mauvais goût de briller au soleil ( et non je ne me lasse pas de tailler Twilight en biseau)

Donc comme pour la première saison du très très bon, et par moments, du moins bon, des gags qui tombent à plat. Mais un peu moins que dans la saison 1,  voilà, la saison 2  semble plus écrite, et fait moins de part à l'improvisation ont sont issus plusieurs des acteurs. L'impro, c'est bien, c'est réactif.. mais c'est aussi plus casse gueule.


Les nouvelles tenues sont un peu plus homogènes...disons que c'est un peu moins pire pour l'image de Tante Mary d'avoir laissé tomber le tablier à fleurs. Là ils font un peu moins pécores et un peu plus.. euh.. éboueurs? :D


Alors oui, je continuerai, après cette deuxième saison plus aboutie, à suivre les aventures des super héros les moins compétents de la planète. Parce qu'elle a mine de rien l'ambition de mélanger deux choses très différentes: l'univers très sérieux des super héros et l'humour potache, avec en plus de vraies trouvailles scénaristiques par moments, qui en font un ovni au milieu de séries françaises assez convenues.

Mon seul regret: ouiiiin , il n'y a pas Captain Cold dans cette deuxième saison. Je ne sais pas si c'est un choix professionnel de Maurice Lamy qui n'a pas pu revenir pour la saison 2 pour cause de planning, vu qu'il joue surtout au théâtre, ou si c'était prévu dès le départ dans le scénario, mais il me manque.

Autre qualité de la série, je crois que je l'avais dit pour la première saison: les tournages en extérieurs, la campagne de Lozère pour la saison 1 ( Le Causse de Sauveterre et le village des Palhers de Bramonas,  près de Mende et Balsièges, argument touristique qui figure maintenant sur le site de l'OT local), les Alpes Maritimes pour la saison 2 ( Menton, le fort du Barbonnet près de Sospel), les suivantes en Bourgogne ou du côté de la Rochelle. Et cet emploi des décors naturels est un des points forts de la série, la limite financière qui empêche les gros effets spéciaux devient une force ( car franchement arriver à refaire en studio un endroit aussi authentiquement décrépi que l'est réellement le fort du Barbonnet, ç'aurait été difficile. Et les forêts ont l'air de vraies forêts... dimension qui manque paradoxalement dans les productions de plus grand budget où le fond vert est la solution de facilité la plus souvent retenue  )

Rendez vous dans quelques temps pour la suite.

mercredi 1 mars 2017

L'effrayante aventure - Jules Lermina

J'ai déjà parlé ici de cet auteur assez oublié pour les nouvelles "La deux fois morte" et "L'élixir de vie", que j'avais bien appréciées l'une comme l'autre. Qui toutes deux avaient un fond scientifique bien que farfelu, et tentaient d'expliquer le fantastique d'un point de vue rationnel.

Donc quelle peut être cette effrayant aventure? Cette fois, elle est plus Sf, ou plutôt commence un peu Sf et se termine plutôt dans le fantastique.
oui, il y a des monstres! Edition des moutons électriques, mais je l'ai trouvé libre de droit en e-book ici

Tout commence à Paris  dans les années 1910, par la découverte d'un cadavre qui est assez vite identifié comme étant celui de feu Mr Coxward, un anglais un peu boxeur, un peu arnaqueur et beaucoup voleur. Chose curieuse le cadavre semble avoir été jeté d'une importante hauteur.. au milieu d'une place, ce qui est impossible.  Une canaille qui ne manquera à personne, sauf que, autre bizarrerie l'heure de sa mort est estimée à 3h00 du matin, alors que la veille au soir elle était à Londres, recherchée par la police pour un vol. Impossible d'avoir traversé la manche en si peu de temps. Or, Mr Bobby, policier anglais qui a identifié la victime n'en démord pas: il s'agit bien du même, qui a trouvé un moyen inconnu de filer .. à l'anglaise . Evidemment , Mr Bobby n'est pris au sérieux par personne et surtout pas les journaux, qui se font un plaisir de moquer son patronyme si adapté. Mr Bobby va donc devoir laver son honneur terni par la presse française, et prouver ses dires. Son enquête va le mener par bien des détours chez Sir Athel Random, gentleman à l'apparence aussi banale que son nom le laisse supposer ( Lermina s'est bien amusé..), mais qui cache un savant farfelu, inventeur d'une machine volant,ressemblant à une cabane à outils dotée d'hélices: le vriliogire, propulsée au vrilium, l'invention de Sir Random. Alors qu'il escomptait mettre la dernière main à sa machine avant de l'essayer, elle lui a été dérobée justement par le dénommé Coxward qui pour échapper à ses poursuivants est entré dans le jardin pour se cacher dans la cabane à outil... mal lui en a pris, puisqu'il a mis en marche la machine qu'il ne savait pas manoeuvrer qui l'a donc propulséplein est jusqu'àce qu'il en tombe. Le bête accident, mais Mr Bobby avait raison.

Problème: il faut retrouver la machine, quelque part du côté de Paris, encore chargée d'une bonne dose de vrilium dont les effets peuvent être dévastateurs ( le Radium a été découvert en 1898, nombre de personnages réels sont mentionnés: le président Poincaré et le savant Poincaré, le savant Arago, le préfet Lépine, les écrits de Darwin ou les études de Richard Owen.. l'histoire fait donc appel aux connaissances et au cadre de son époque).
Random et Bobby partent donc à la recherche de la précieuse machine, flanqué du journaliste français Labergère, particulièrement gaffeur. Leur quête va involontairement les mener dans les sous-sols Parisiens, pas encore transformés en fromage à trous par les couloirs du métro, mais déjà bien instables et recélant d'étranges choses. Et je paierai cher pour voir la scène finale de mes yeux, en dépit de l'énorme erreur de .. quelques centaines de millions d'années qu'elle implique, ce qui m'a bien faite rire. Erreur involontaire de l'auteur ou assumée pour renforcer le côté cocasse, en tout cas ça marche.

Et j'ai bien aimé cette histoire complètement absurde, qui joue sur le choc des cultures: un policier au nom prédestiné, raide comme la justice, qui se retrouve confronté à un journaleux parisien qui ne prend rien au sérieux et ramène tout, absolument tout à une seule notion: les apéros. Cafés , bars et brasseries sont son obsession. A côté d'eux, le digne sir Random, très flegmatique comme tout anglais de roman qui se respecte... mais devient absolument impossible à maîtriser lorsqu'il s'embarque sur la science, capable alors qu'il est coincé dans un souterrain de s'embarquer sur l'analyse des roches qui l'entourent au lieu de se concentrer à chercher la sortie.
Le tout avec une bonne dose d'humour absurde et décalé, qui trouve toujours le moyen de se frayer un chemin même dans les situations épineuses.
Le livre est sorti en 1914, à la toute fin de la carrière de Lermina, déjà âgé lors de sa publication. Avec une étonnante prémonition:  2 ans plus tard , français et anglais allaient aussi se retrouver à vivre d'effrayantes , bien plus effrayantes aventures, coincés dans des souterrains, dans une situation catastrophique, avec des matières dangereuses susceptibles d'exploser à tout moment. Et cette fois ce ne serait plus pour rire.

Ce qui explique peut-être que cette histoire légère d'un auteur probablement classé vieillot déjà à l'époque ait été oubliée, les années qui ont suivi immédiatement n'étaient plus à la rigolade. Mais, au delà de la fantaisie,  il brosse surtout un savoureux portrait de la presse qui n'hésite pas à inventer des scoops pour faire un plus gros tirage que le journal du voisin, à attirer le chaland avec des manchettes racoleuses du genre " demain à 10h00 nous vous révèlerons toute l'affaire", à diffamer, à broder .. Labergère est un bon exemple du journaliste sans scrupule qui n'hésite pas à aller du jour au lendemain travailler pour la concurrence et démonter ce que lui-même écrivait la veille, ne vérifie jamais ses sources,  pour peut que ça soit lucratif.
C'est d'actualité, n'est-ce pas?

Donc je le classe SF pour l'emploi de la science, et l'invention avant l'heure d'un monoplace à propulsion atomique - ça n'est jamais clairement dit, mais, on comprend vite qu'une puissance colossale concentrée dans ce qui à la taille d'une pointe de crayon est forcément radioactive.
Mais on est tout autant dans le policer et le roman d'aventure. A lire pour rire, sans chercher non plus une énorme profondeur, mais c'est une lecture rafraîchissante et divertissante, avec en plus quelques vannes cyniques sur la police, les autorités et les journaleux.

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture