dimanche 30 juin 2013

Rock Progressif ( 4) -(H)ELP

Et j'ai gardé le meilleur, enfin, le plus progressif pour la fin. car pour le coup, le groupe n'a vraiment fait que du progressif, en tout cas lors de sa pleine gloire.
ELP, comme Emerson, Lake and Palmer. Keith Emerson aux claviers, Greg Lake au chant - dans le précédent sujet, je disais qu'on allait retrouver la voix de King Crimson, et le voilà - et aux guitares et basse, et Carl Palmer à la batterie et aux percussions. Ce qui est une formation très réduite pour un groupe de rock, on est plus près du trio jazz, et c'est ça qui fait toute la différence.

Et quand je dis Emerson aux claviers.. oui, c'était ça, les début de la musique électro!
Et là pour le coup, on s'oriente vraiment dans le progressif bizarre, qui part dans tous les sens. Tellement bizarre qu'en général, ça passe ou ça casse. et moi j'aime bien, justement parce que c'est le genre de musique qui ose aller au bout de son sujet, quitte à se ramasser par moments, mais je préfère voir quelqu'un se ramasser en tentant quelque chose ( l'albul " Picture at an Exihibition, d'après Moussorgky n'est pas une super réussite à mon sens, mais c'était original de tenter une réinterprétation).
Le groupe a d'ailleurs été plus ou moins enterré par ses membres en 1978 , à la fin du progressif, chacun partant suivre son bout de chemin, sentant qu'ils étaient arrivés au bout de ce qu'ils avaient à tester.
Mais ça a donné des pépites comme Take a Pebble ( un peu d'impro contemporaine, un peu de jazz, une touche de folk...et dans cette version, Emerson qui s'amuse à citer la Marseillaise ou Pop goes the Weasel

Et à choisir un album, un seul , bien que j'apprécie énormément Tarkus et sa construction en miroir ( au niveau de l'album entier, ici, juste un extrait instrumental.. "juste" un extrait, ricanai-je, mais qui montre une facette très contemporaine du groupe)
 Ici, une page qui explique bien les tenants et aboutissants de l'abum, avec les images de la pochette en prime. Je suis assez d'accord avec ce que dit le webmaster, je ne vais donc pas plus développer.

Je m'attarderais plutôt sur " Brain Salad surgery" (oui, je sais, c'est du titre de la mort qui tue)
- parce que la pochette de l'album est signée  HR Giger, l'artiste suisse qui a  entre autre conçu l'Alien, du film du même nom, et que j'aime bien les images cauchemardesques de ce type un peu perché
Couverture de l'album, extérieur, et intérieur.

- parce que l'album contient Karn Evil 9, un morceau de presque 30 minutes qui résume bien pour moi ce qu'est  le progressif: de l'expérimentation encore et toujours, et un thème qui sort de l'ordinaire: la lutte de l'humanité contre les ordinateurs (et quand on voit la machinerie énorme que se trimballait le groupe...), les dangers du tout informatique) l'intelligence artificielle qui réduit peu à peu les humains et la nature au rang de phénomènes de foire, et la révolte de l'Homme pour reprendre sa vraie place. Oui, Rien que ça. De la Sci-fi en musique!
Pompeux, oui certes, mais terriblement ambitieux et c'est ça que j'aime. surtout dans une époque où tout est lisse et calibré pour plaire ua plus grand nombre et où personne ne semble vouloir sortir des sentiers battus que ce soit en musique ou au niveau des thèmes abordés)

Le groupe jouait souvent  l'intégralité du morceau en concert, mais impossible de trouver le début en version live ( ce qui est toujours plus agréable, rien que pour voir la machinerie des claviers etla batterie également plus que complète)
premiere impression ( le morceau compte 3 "impressions", partie 1, audio seulement, apparemment la partie 1 n'a pas été mise en ligne, sinon enregistrée,  en version live) qui raconte la prise de pouvoir des machines et la réduction en esclavage de l'humanité
Impression 1 partie 2: l'humanité est présentée comme un show de phénomènes de foire
Pas trouvé la 2° impression..

Et 3° impression, en entier ( la révolte non pas des machines contre les humains, mais des humains contre les machines pour reprendre leur vie en main)
et juste pour le plaisir, extrait d'un autre album et d'un autre live: Hoedown, une variation sur un thème du compositeur contemporain Aaron Copland, si je ne me trompe pas. Mais surtout, ça m'amuse énormément, jetez un oeil au premier plan: Damned, c'était donc ça  le secret de cette inépuisable énergie, le jus de raisin made in Burgundy!
Pas sure qu'on puisse voir encore ce genre de détail de nos jours, à tout le moins il aurait été flouté!

Et voilà, c'est la fin de ce petit tour d'horiszon progressif. Comme c'était le mois anglais, je me suis volontairement limitée aux groupes birtanniques, mais il y a des choses très sympa du coté de l'Allemagne (Popol Vuh, qui a créé des méusiques de films pour Werner Herzog dans les années 70, ou Tangerine Dream, pionniers de la musique electro, par exemple, en France : Ange, un groupe d'inspiration médiévale, ou le très très bizarre Magma qui a inventé de toute pièce le "kobaïen", faux langage extraterrestre dans laquelle les morceaux étaient chantés..)
Et c'est ainsi que s'achève le mois anglais!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture