dimanche 2 juin 2013

Rock progressif (1) C'est quoi ce truc?

Voilà une idée qui me trottait depuis quelques temps, et comme c'est le mois anglais, et qu'il y a plein de groupes anglais dans ce domaine.. ben pourquoi pas?

En fait, une chose que vous savez peut-être, c'est que je suis fan de rock anglais, particulièrement des années 70. Et une que vous ne savez pas encore, c'est qu'en particulier j'adore le progressif.
Mais quand je dis ça, au mieux j'ai un " quoi, c'est quoi ce truc" au pire un " mais.. pas possible, c'est chiant!"
Donc pour vous aider à y voir plus clair, et peut-être à apprécier.. une petite série de billets sur le sujet ne sera pas de trop. Promis je me modère et je fais simple.

Donc le rock, tout le monde connait, apparu dans les années 50/60, je ne vous ferai pas l'affront de résumer. Mais voilà, la la toute fin des années 60, le courant a commencé à se scinder en une foule de choses différentes, dont le rock psychédélique (plutôt aux USA: Jimi Hendrix, les Doors, Jefferson Airplane,Frank Zappa, tout ça, Woodstock ...), Et en Europe, pas très éloigné du psychédélique, le progressif ( je schématise, hein, des fois il est très difficile de déterminer si un morceau est plutôt psyché ou plutôt prog)

Le progressif, en fait, c'est un laps de temps très court ( en gros on peut le considérer comme mort et enterré au début des années 80, à l'arrivée de la mouvance punk),et évidemment, ça n'est pas sorti d'un chapeau de magicien. Retour aux années 60: des morceaux de rock encore fortement teintés de blues, une durée calibrée à 2 minutes 30/ 3 minutes ( format radio); une batterie, une guitare/ une basse/ un chanteur/ parfois un clavier
Et là des musiciens se sont dit " pourquoi limiter les durées à 3 minutes, quand une face de disque en fait facilement 20 et que j'ai des choses à dire? pourquoi je ne pourrais pas faire du rock alors que je joue de la flûte? Moi, j'ai fait du classique/ du jazz, et je n'ai pas envie de m'enfermer dans du binaire bien régulier, pourquoi je ne mettrais pas des triolets ou des rythmes irréguliers dans ma musique? Je n''ai pas envie de chanter une histoire d'amour, mais plutôt de raconter une histoire avec l'humanité qui lutte contre la technologie et les robots, je peux?

Ben oui pourquoi pas?

Des producteurs un peu aventureux ont tenté le coup, l'époque était ouverte à ce genre d'expériences ( et à bien d'autres qui se fument ou se mangent , on ne va pas se leurrer), et bingo, ça a marché! Puis le public est passé à autre chose est les groupes ont suivi ( ami lecteur, si tu ne connais de Genesis qu' Abacab ou de Yes que Owner of a lonely heart, ce sujet est pour toi!)

Bon  je vais y aller gentiment, et ne pas attaquer d'entrée les morceaux de 25 minutes sur des thèmes futuristes , mais plutôt par des choses qui ne sont PAS du progressif, mais en comprennent à mon sens des éléments.

Les précurseurs:
Procol Harum - Whiter shade of pale ( 1967) Les plus de 50 ans ont presque tous dansé le slow sur une chanson aux paroles surréalistes et basée sur une suite de Bach. Oui je sais, le clip est kitsch, dans le genre balade à Trafalgar square période swinging London :)

En quoi c'est progressif (ou en quoi ça l'annonce): l'emploi de l'orgue Hammond, l'utilisation d'un thème classique

The moody blues - Nights in white satin (1967).  Là aussi, la génération de mes parents à emballé là dessus! et clip encore plus kitsch que le précédent dans le genre balade sur le pont Alexandre III dans le Swinging Paris. avec un flûtiste qui fait semblant de jouer pour la vidéo, et la guitare électrique non branchée de Justin Hayward :D
En quoi c'est progressif: L'emploi du mellotron, de la flûte...

The Beatles - Strawberry Fields forever ( 1967 encore!)
progressif: le mellotron encore, la contrebasse, les changements de rythme, quelques accords "inhabituels"

les "cousins": en gros, ça ressemble à du progressif, mais ça n'en est pas vraiment ou plutôt, ce sont tous ces groupes qui ont intégré des éléments progressifs.. avant de passer à autre chose

Deep purple - child in time (1970): en fait, là, c'est plutôt l'inverse, Deep Purple a commencé en tant que groupe plutôt orienté progressif, mais a changé d'orientation faute de succès pour devenir les précurseurs du hard rock qu'on connait, mais sans vraiment renoncer à ses origines


 Ce qui sonne progressif: l'intro, entre clavier et cymbales, les changements d'ambiance, et j'ai envie de dire: Jon Lord au clavier
preuve avec Burn en live en 74, qui part en impro dans des arpèges très classiques en plein morceau rock devant des dizaines de milliers de personnes ( rien à fiche, je fais ce que je veux, si ça ne leur plaît pas c'est leur problème




Led Zeppelin - the battle of Evermore ( 1971) j'aurais pu en choisir d'autres plus connues, car Led Zepp a plusieurs chansons qui intègrent des éléments progressifs, mais justement celle là est moins connue et je l'aime beaucoup. en fait tout le IV° album est assez marqué progressif
Ce qui sonne progressif: les changements de rythme entre les passages chantés par Rober Plant et ceux chantés par Sandy Dennis , la mélodie lancinante, l'emploi de la mandoline, le thème ( une bataille inspirée de JRR Tolkien)

The who - Baba O'Riley ( 1971 encore!)
 Pour l'intro hypnotique, l'influence du folk irlandais... J'aurais pu prendre l'Opera Rock "Tommy" qui n'est pas éloigné des albums concepts qu'on trouve dans le progressif, c'est vrai


Queen- The prophet song ( 1974) là encore j'aurais pu prendre l'album  A night at the Opera presque en entier tellement il est varié, mais ce morceau est assez parlant, mais Queen est resté assez marqué par ce mouvement dans ses premiers albums ( ceux garantis " sans sythéthiseurs" comme indiqué sur la pochette.. et sans moustache!)
Des harmonies bizarres à plusieurs voix, les rythmes, l'emploi du koto dans l'introduction, les effets d'échos, le thème ( la prophétie de l'apocalypse!)
et pour mon plaisir: The fairy feller's master stroke - nevermore (1973)
 parce que j'adore quand ça part dans tous les sens avec des effets sonores un peu dingues, du piano, que ça change d'ambiance sans même prendre la peine de couper le morceau pour passer au suivant

 Je le répète ce n'est PAS du progressif stricto sensu ( encore que l'appellation est plus tardive, les groupes de l'époque devaient moins faire de distinguo), mais c'est une bonne porte d'entrée vers cet univers. C'est sur que ceux qui ont déjà du mal avec le côté planant d'un Deep Purple des débuts ou les délires de Queen auront peut être plus de mal à apprécier

Et d'ailleurs les choses n'étant jamais étanches, dans la mouvance des Who ou de Queen, est apparu le Hard rock ou métal progressif ( voire symphonique) après je m'y connais moins donc je ne vais pas épiloguer, et je suis sure, archi sure que les spécialistes me contrediront, mais tant pis, un seul exemple:

Iron maiden - Fear of the dark ( 1992) me paraît contenir beaucoup d'éléments influencés par le progressif: changements de rhytme, les arpèges hypnotiques, tout ça...

Ca va, vous avez survécu? Je passe aux choses sérieuses la prochaine fois!

Et j'ai réussi à illustrer mon propos avec SEULEMENT des groupes anglais ;)

Et pour les curieux qui voudraient approfondir un peu en attendant la suite, le site progarchives est une vraie mine d'or (et là je n'ai pioché que dans leurs catégories proto prog et prog related )

5 commentaires:

  1. Super intéressant ton article... en fait j'écoute énormément de rock de type progressif sans le savoir ! J'écoute surtout du rock et j'ai tout plein d'albums (dont plein de classiques comme un live avec la première et excellente de Deep Purple que tu as choisie, Led Zep, les Beatles, les premiers Queen...) mais je ne connais rien aux différentes branches et me contente de savourer en amatrice. Je n'avais jamais vu les Who en concert, le début de leur célèbre chanson est excellent, ça donne envie d'y être !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon plus gros regret: n'avoir pas pu assister a des concerts comme woodstock, l'ile de wight, et le live aid 85...

      Bon le prochain billet sera plus directement dans le vif du sujet, avec ZE groupe connu du grand public, pour aller "progressivement", vers des choses moins connues en France, ou plus oubliées, mais sans aller chercher non plus le machin complètement obscur sorti d'un chapeau de magicien.

      Supprimer
  2. Je dois dire que j'ai du mal avec Deep Purple, Led Zep ou Iron Maiden. j'adore le rock mais je suis plutôt Clash !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha à l'occasion, il y aura peut-être des billets "punk" ou" glam rock" ( parce que le Bowie des années 70, ou T. rex....) voire Newwave/cold wave, stay tuned!

      Supprimer
  3. Bonjour.
    Quel billet instructif et pétillant ! J'aime énormément ta sélection, plusieurs de ces morceaux figurent dans mes playlists Yout*** mais j'ignorais qu'ils appartenaient à ce genre-là : j'y vois plus clair maintenant ! :-) Bonne suite de mois anglais !

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture