mercredi 12 juin 2013

rock progressif (2) - When the pigs begin to fly

Un billet au titre ésotérique qui a pour but de prouver que, définitivement oui, il y a au moins un groupe vraiment classé progressif dont tout le monde ou presque a entendu parler ( et si ce n'est pas le cas, je vous cause plus!), au moins parce qu'après avoir exploré  le rock psychédélique, le progressif, il a pris un tournant plus rock généraliste

voyons, on a dit que pour faire du progressif, il faut
-  des albums concept, avec des morceaux très longs qui occupent facilement une face entière du vinyl: c'est bon
- des textes et des sujets originaux: parler du pognon, de la folie, de la vieillesse et de l'aliénation sociale, par exemple, c'est bon
- des instrument originaux/ inédits:  la caisse enregistreuse peut être considérée comme un instrument inhabituel en musique, effectivement, c'est bon.
- des pochettes travaillées: C'est bon aussi

Vous avez deviné de qui je parle?


Albums concepts, cochon volant, je pourrais rajouter concerts démesurés où on s'autorise tout ce qu'on a envie de s'autoriser..
Après, on aime ou pas cette démesure, mais c'est un groupe qui a fait date, et certains albums sont de vraies perles ( j'ai une préférence pour the Piper at the Gates  of Dawn, fin années 60, encore très marqué par le psychédélisme, et celle bien seventies: Dark side of the moon, Whish you where here et animals. Mais malgré tout, je garde une sympathie toute personnelle pour le dernier vrai album : Division bell en 94, car c'est celui qui m'a ouvert les portes, non de l'aube, mais de l'univers un peu dingue de Pink Floyd.

Et c'est aussi l'occasion de parler un peu de Storm Thogerson, le graphiste qui a signé la plupart des pochettes du groupe est qui est mort en avril dernier. Le primse de Dark side of the moon, c'est lui. µla vache de Atom heart Mother, c'est encore lui. Et bien sur le cochon volant à la station életricque de Battersea, c'est toujours lui
En fait énormément de pochettes de cette époque sont signées Storm Thogerson ou Hipgnosis, le collectif qu'il a co-fondé ( Black Sabbath, Genesis, Led zep, ELP, Wishbone Ash, ACDC et bien d'autres ont eu recours à cette équipe)
Allez, pour ME faire plaisir, quelques morceaux assez progressifs:

Money, peut-être le morceau le plus connu des floyd avec The Wall

L'intégrale des 9 parties de Shine on You crazy diamond, tirés de Whish You Were Here, l'album dédié à Syd Barrett, premier chanteur du groupe alors en proie à des troubles mentaux

et animals, peut-être l'un des derniers albums de progressif pur, en tout cas, clairement mon favori du groupe, On est en 77, et le punk qui démarre juste va vite prendre le devant de la scène. The Wall, l'album suivant, sans renier ce qui précédait, va prendre un ton plus rock généraliste ( je ne sais pas si je me fais comprendre là)

1 commentaire:

  1. J'adore !
    J'ai découvert Pink Floyd avec the wall, mais la découverte de dark side of the moon fut une révélation.
    Je l'ai écouté en boucle l'été dernier, notamment lors de mon séjour londonien...
    Shine on you crazy diamond est aussi un morceau incroyable ! Ces quatre petites notes, cette ambiance... Ma journée commence bien avec ça !

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture