Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouve un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture

Qui passe par ici?

Flag Counter

dimanche 28 avril 2019

J'ai vu mourir la Belgique - Jacques Hislaire

(A ne pas confondre avec Bernard Yslaire, Hilaire, etc... son compatriote auteur de BD)

Encore une trouvaille un peu au hasard, donc le sujet m'a amusée: J'ai vu mourir la Belgique sous-titré " lettres à la manière de la marquise de Sévigné"



Jacques Hislaire, auteur de théâtre imagine une uchronie surprenante et plutôt réjouissante, et plutôt réju.Madame de Sévigné est contemporaine, française, mais vit en Belgique: mariée en 1944 au militaire Belge Henri de Sévigné, elle retrace, avec son ton narquois, 50 ans ou presque d'histoire politique de la Belgique, de 1944 ( la libération et son mariage) à 1990 ( chute du bloc Est et réunification des deux Allemagnes), dans lequel elle se plaint auprès de son cousin et par la suite auprès de sa fille de voir son pays d'adoption se déliter au fil de politiques hasardeuses, qui voient les mêmes ministres affublés d'une numérotation se succéder sans fin.

Imaginez une marquise de Sévigné qui a quitté Paris pour (Knokke-)le-Zoute et chronique successivement la libération du pays, l'accession au trône du roi Baudouin, l'indépendance du Congo ( ex Belge), l'affaire des Fourons ( petite ville du Limbourg, auparavant rattachée à Liège, devenue Flamande par fantaisie administrative en 1963 et contre l'avis de la population), les francophones expulsé de l'université de Louvain par les flamands en 1968,la création des communes à facilités, la mort de Jacques Brel, les 150 ans du pays.. qui sont fêtés sur fond de morcellement contemporains en régions, communautés, etc.. pour finir par la disparition des frontières de ce qui s'appelait encore la CEE en 1990 .. l'Europe unie dirigée depuis un pays incapable de se réconcilier avec lui même.

avec des petites références toujours sympa: Madame de Sévigné aime toujours autant le théâtre et va assister aux spectacles de Maurice Béjart au théâtre de la Monnaie. elle aime aussi la bande dessinée et offre des tomes de Tintin à sa famille ( avec une nette préférence de sa part pour le professeur Tournesol.Cependant en 1960, elle estime qu'"Objectif Lune" est fondamentalement irréaliste car il y a fort  pareier que la conquête de la lune reste à tout jamais une chimère.. ahem.... 1969). Elle a aussi beaucoup aimé la première représentation de Hair ( oui oui, la joyeuse comédie musicale hippie qui chante les joies de la fumette et dela sexualité de groupe), vu à Londres dans les années 60

On y trouve bien sur les hommes politiques Les rois Leopold III et Baudouin, les ministres et autres pions politiques, Simenon, Brel, Magritte et folon qui y sont mentionnés, Béjart ( elle recommande d'ailleurs à Françoise qui habite très logiquement Grignan, d'aller voir le Sacre du Printemps au festival d'Avignon, même si ça n'est plus la même chose depuis la mort de Gérard Philipe, ce genre de mention fait évidemment mes délices !)
Pour les français comme moi: Béjart, le marseillais, à habité Bruxelles, rue de la fourche, une maison qui est maintenant un conservatoire de danse. Je l'ai découvert au fil de mes errances en ville. Il y est aussi question d'Eddy Merckx et des Diables rouges... entre diverses narration de banquets ( menus à l'appui) du plus pur style Grand Siècle. Un pastische littéraire donc tout à fait réussi, ce qui m'a bien faite sourire.. et informée au passage! Ce décalage entre l'écriture raffinée , bardée d'imparfaits du subjonctifs, et des mentions comme Eddie Merckx, Jean-claude Drouot dans Thierry la Fronde ( car oui, c'est un acteur belge qui boutait les angloys hors de France) ou Hair est très drôle.

Car le mieux, c'est que j'y ai retrouvé quelques points évoqués dans le cadre de mes études,lors du cours de droit Belge, matière qui n'entre absolument pas dans ma tête, mais qui, là,avec la béquille de ce récit me parle.
D'autres références plus obscures ( les Fourons par exemple), m'ont obligée à des recherches, ce qui n'est pas un mal. Et c'est plus sympa qu'un aride cours de droit qui me fait dire chaque semaine " quelle usine à gaz!" ( de fait, plus instruction civique que vrai droit, mais déjà que je trouvais ce genre de matière compliquée en France, l'organisation en communautés linguistiques du pays est loin de simplifier les choses. La France est aussi une usine à gaz, mais pas la même, et des notions de parlement ou Sénat ne recouvrent pas exactement les mêmes réalités, ce qui rend la chose encore plus difficile pour moi, qui vient de mon pays monolingue)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire