mercredi 25 octobre 2017

Suspiria ( film1977)

Concilier semaine italienne et challenge Halloween, c'est possible.

En piochant dans la filmographie de Dario Argento, connu pour ses films fantastiques sur fond de sorcellerie

Et figurez vous que Suspiria est le plus connu, je ne l'avais pas encore vu. J'ai un vague souvenir d'avoir vu Inferno, mais je les confondais.

D'ailleurs à ce dyptique ( 1977 pour Suspiria et 1980 pour Inferno, est venu s'ajouter " la troisième mère" en 2007.. que je n'ai pas vu non plus).
Trois histoires de sorcières donc.

Bon, honnêtement pour Suspiria, le scénario ne casse pas trois pattes à un canard. Ou a un cygne, en l'occurrence, puisqu'il est question de danseuses témoins de manifestions surnaturelles dans leur école de danse.

Suzy, apprentie danseuse américaine , vient donc se perfectionner à la Tanz Akademie de Fribourg, en Allemagne.
et dès son arrivée, tout va de travers, il pleut à verse et bien qu'elle soit attendue, on lui refuse l'entrée.
Avant de repartir, elle croise brièvement Pat, une autre élève, visiblement morte de peur.
Et Pat ne tarde pas à être morte tout court, sauvagement poignardée.
Lorsque Suzy revient le lendemain, on lui apprend ce décès brutal, imputé à des voyous.
Mais très vite suzy se rend compte que tout est suspect dans cette école: professeurs rigides et même sadiques qui semblent cacher des choses, directrice invisible alors même qu'une élève vient d'être tuée ( et même une autre, donc il ne sera bizarrement plus jamais question) personnages inquiétants qui rodent dans les couloirs, hostilité ouverte de la plupart des autres élèves. Et Suzy elle-même qui est victime d'un malaise inexplicable alors qu'elle est en excellente santé.
De plus sa nouvelle copine Sara qui lui apprend qu'avant sa mort, Pat avait découvert des choses et qu'on l'a faite taire.
C'est décidé, Sara et Suzy vont mener leur petite enquête, qui les mène sur les traces d'Elena, fondatrice de l'école quelque 100 ans plus tôt, auréolée d'une réputation de sorcière à la tête d'une sorte de société secrète.
Mais les sorcières ne meurent jamais vraiment, n'est ce-pas?

Donc bon, un scénario.. j'ai du mal à le saisir en fait. A la fois parfaitement banal dans l'absolu, mais surtout très décousu.

Argento amis le paquet sur l'aspect visuel, l'ambiance.. mais après recherche, je comprend ce qui me dérange un peu: le film était prévu pour des personnages âgés de 12 ans. Pour des raisons évidentes (va faire jouer des enfants dans un film où dès le départ,une petite fille doit être poignardée et pendue, et arrange toi avec la censure!), les personnages sont joués par des acteurs adultes..mais sans modification des dialogues, ce qui fait que la plupart ont l'air parfaitement nunuches. Puisque si tu es adulte et que tu te sens menacé, tu prends tes cliques et tes claques et au revoir tout le monde, ce qu'une gamine de12 ans peut difficilement faire.
Et ce décalage est parfois assez gênant.

A côté de ça, la narration est assez relâchée, limite dilettante. C'est la faiblesse, mais aussi le moteur du film, aidé en ça par des effets de décors et de lumières oniriques. La logique est celle du rêve, et on ne demande pas un cauchemar de suivre un fil narratif solide.
Une fois compris ça, on peut oublier le côté WTF de certaines situations: comment une fille qui vient de se prendre un coup de couteau dans la carotide peut-elle s'enfermer dans un grenier, empiler des valises ouvrir un fenestron, escalader et s'enfuir, pour tomber droit dans un piège où elle va se débattre pendant un moment, alors qu'elle aurait du logiquement se vider de son sang en quelques secondes, ce n'est pas moi qui le dit, c'est la biologie.
Réponse: le cauchemar. Lorsqu'on rêve qu'on est attaqué et blessé, l'organisme lui est peinard, intact sous la couverture, et donc envoie le signal que tout va bien.. donc ok, on peut continuer le rêve d'horreur sans y mourir ( la nuit passée, j'ai rêvé que j'étais coincée dans une écluse après avoir dévalé une chute d'eau et ça paraissait terriblement long, et je me suis réveillée même pas mouillée ni noyée v'voyez?)
Je vois ça comme ça.

A ce moment on peut savourer les inventions horrifiques parfois réussies ( autant le meurtre du début est assez cartoonesque, et donc plus rigolo que flippant autant la pluie d'asticots qui tombe du plafond est une idée génialement dégoûtante).

Après il faut aimer l'esthétique too much des seventies: lumières violentes, cadrages originaux, distortions de l'image. C'est sûr, Suspiria ne fait pas dans la sobriété, mais au final le côté n'imp' des situations ajouté à celui parfaitement artificiel du traitement visuel marche plutôt bien.
Et rien que par un cadrage et un montage intelligent, Argento parvient à rendre angoissant une séquence où un homme est seul la nuit, sur une place déserte avec son chien. Il n'y a rien, il ne se passe rien, seul un vol de pigeons est là, mais ce rien est justement angoissant.
alors qu'importe au final si le sang est trop rouge est trop épais, si les victimes survivent quand elles ne devraient pas, si le chien qui attaque est clairement une marionnette, si les couteaux s'enfoncent visiblement dans leur manche...parce que ce qui compte c'est plutôt le côté plastique de la chose.

Soit on aime, soit on déteste. Bon, je fais partie de ceux qui ont aimé, et c'est assez rare que les faiblesses d'un film soit exactement ses qualités.

Sinon deux choses pour conclure: Suzy est jouée par la trop rare Jessica Harper, actrice d'une poignée de film de genre, mais surtout Phoenix dans Phantom of the Paradise. Ici son rôle est moins intéressant et on n'entendra pas sa jolie voix d'alto, mais c'est un plaisir de la revoir.

Et plus que tout j'adore la musique du générique, que personnellement je mets en tête de mon top 3 des musiques de films d'horreur. Elle est signée du groupe de rock progressif ( on ne se refait pas) italien Goblin. Plus généralement ils ont signé la plupart des musiques de films d'Argento et souvent très réussies.


Et décidément, je viens par curiosité de chercher la bande son d'Inferno.. et de me marrer en me disant " bon sang, j'avais oublié ça. Je ne sais pas qui l'a faite mais on jurerait du Emerson,Lake and Palmer".
Vérification faite, musique de Keith Emerson. Bingo!

3 commentaires:

  1. Bravo pour le mix des 2 challenges !! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, Je découvre ta participation au moment de faire le bilan de la semaine italienne et je t'en remercie! Félicitations! Il fallait arriver à conjuguer les deux challenges et tu l'as fait! Bravo! Par contre pas sûr de regarder ce film. Pas trop mon genre. Tu m'en veux pas?!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas de souci, je connaissais moi-même assez peu le genre et je pense que soit on aime, soit pas du tout. Donc mieux vaut ne passe forcer s'il l'on a pas d'affinités avec, à la base.

      Supprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture