mercredi 25 octobre 2017

Cruel Thing tome 1 ( Leandra Martinez et Luciano Vecchio)

Attention, ovni.

Vingt dieux, que j'ai mis de temps à la trouver cette BD
Vingt dieux, ou plutôt vingt diables ça serait plus adapté.

Retour en arrière. Elle est sortie, après vérification en 2009 en France. Je l'avais vu en rayon, je l'avais feuilletée, j'avais été très attiré par son ambiance  sombre et violente et son choix graphique très spécial: trichromie  - blanc , noir et vermillon, rien d'autre.
Un mélange entre les angles de l'esthétique art déco, les motifs d'arabesques de l'art nouveau, et le comics underground.


Mais à ce moment là, chômage et tout ce qui s'ensuit, je n'avais pas vraiment les fonds nécessaires, et je l'ai reposée. Pour ne plus jamais la retrouver. Visiblement, même au rayon romans graphiques, le titre n'a pas été mis en avant, et a vite disparu. Au point que si je ne l'avais pas eu en main à ce moment là et s'il ne m'avait pas intriguée au point de garder le titre exact en main, je serais totalement passée à côté.

Il faut dire que non seulement, je l'ai dit, le graphisme est très spécial, mais en plus le scénario est très brumeux, voire opaque à la première lecture, et se découvre petit à petit, pour ne trouver d'explication qu'en toute fin, lorsqu'on se rend compte qu'en fait, tout ce qui précédait, une série de séquences qui paraissent sans lien, est un flashback.
réaction immédiate, il y 8 ans: putain, cette couverture claque!
Mais quelle est donc cette Chose Cruelle?

Un démon, tout de noir et de rouge vêtu. Ou dévêtu(e) assez souvent
Par convention, on va l'appeler un démon et utiliser le masculin, foutue langue française qui n' a pas de neutre,  bien que, et c'est là son problème, le personnage central n'a aucune idée de sa nature exacte. C'est cette quête d'identité, et d'autonomie, qui est retracée, dans le désordre.

On le découvre donc séquence après séquence, faisant ce que tout démon fait avec les humains: les attaquer et s'en repaître. Mais pas n'importe comment, c'est un démon incube, et donc, autant le dire de suite, cette BD est fortement teintée d'érotisme et de violence. Eros et Thanatos, le combo classique qui marche bien.

Car cette créature ambiguë, qui parait surpuissante au départ
ATTENTION SPOILER (mais je doute que vous arriviez à trouver le tome de toutes façons) est en fait un démon mineur désincarné, à la base, qui pour une raison quelconque s'est trouvé doté d'un corps et envoyé chez les humains par la "mère ombre" - avatar d'Hécate, ou de Nyx, ou de Kâli selon les lieux et les cultures - pour lui ramener cette énergie vitale.
Et pour lui aussi, cette collecte d'énergie est vitale, car c'est le seul moyen de garder la cohésion de cette multitude d'atomes agglomérés qui le composent.
En cas d'échec, game over et retour aux enfers parmi les autres sous-fifres sans corps.



Mais les bons éléments peuvent aussi parfois avoir des envies de rébellion ( et de déchiqueter sauvagement leur employeur, oui, c'est du vécu, ceci dit je n'ai encore démembré personne, dans la réalité je veux dire, dans ma tête par contre...)
aheum, donc

Revenons à la révolte, et pour la Chose Cruelle, qui s'est longtemps contentée de ressembler aux monstres des légendes, ça passera par le fait de se rendre compte de son potentiel individuel, cette capacité de "désagglomeration" lui permettant de changer d'apparence à son gré, homme, femme ou les deux à la fois, et le fait de ne pas être limité par la nuit ou les contingences du monde humain comme il l'a d'abord cru, et d'agir à sa guise.
D'abord prédateur sans distinction, qui répond juste à l'appel inconscient de ceux qui veulent le néant, il s'oriente peu à peu vers les humains les plus mesquins, peut-être que pour un démon, les gens les plus mauvais et les plus nocifs sont des mets de choix?

Victimes qu'il sélectionne en absorbant la mémoire ( par exemple une femme mourante qui vient de se jeter à l'eau en apprenant que son futur mari l'empoisonne peu à peu depuis des mois... quel tour particulièrement démoniaque, donc jouissif , que de prendre l'apparence de la suicidée pour aller cueillir l'énergie vitale du salaud).
Un démon... justicier malgré lui? Il y à la quelque chose de fort prometteur.

comme je ne trouve pas d'illustrations satisfaisantes du tome 1 et que j'ai la flemme de le photographier, mais malgré tout envie de partager cet univers graphique,voici une série d'image issues d'un jeu de tarot goodie à tirage très limité.Comme il est devenu introuvable, le dessinateur a mis l'intégralité des visuels des cartes en ligne sur la page Facebook dédié à la BD.

Un scénario très alambiqué et ambitieux donc, mais qui ne se laisse pas apprivoiser d'emblée, émaillé au départ d'une sorte de" voix off", car le personnage n'a pas d'intensité et donc pas encore de voix. Les dialogues apparaissent peu à peu, jusqu'à ce qu'il s'adresse directement au lecteur.
Et là, où on commence à se dire qu'on tient enfin le fil directeur, paf!Rideau.




Le gros souci  pour cette BD, est qu'elle a fait un flop (prévisible, vu le peu de mise en avant, et son ambition) en France, et que seul le tome un a été traduit.

Car beaucoup de questions restent encore en suspens, qui est la femme au dragon qui apparait de manière récurrente ? Pourquoi a t'elle un oeil rouge? Pourquoi semble-t-elle connaître cet anonyme " héros" qui ne se connaît pas lui même?
Qui est le type qui joue au billard et semble lui aussi avoir une nature démoniaque?
Est-ce que ces questions vont trouver une réponse par la suite?





Le lectorat français ne le saura probablement jamais.
Mais ... je ne l'avais pas dit, mais ce titre vient d'Argentine, où il a l'air d'avoir trouvé son public. Et il y a un tome 2 et même un tome 3. Apparemment il est sorti fin 2009 chez Norma, son éditeur espagnol, et je devine que je vais suer sang et eau pour me le procurer, il a l'air d'être épuisé partout, même en seconde main.

Et vous savez quoi?
J'ai appris l'espagnol. Et même s'il est fortement rouillé, avec un dictionnaire à portée demain, rien d'insurmontable.

Lorsque j'ai fait ma commande ( ne me demandez pas pourquoi, mais elle venait d'Allemagne) j'ai donc trouvé le tome 1en Français, et le tome 2 en espagnol. L'ensemble frais de port compris pour moins de 10€ ce qui était moins que le prix original de l'édition française. Je me dis que si je l'avais acheté à l'époque, c'est vrai, ça aurait fat une vente de plus. Mais quelque part une vente de plus n'aurais pas changé grand chose au niveau de l'éditeur et ne l'aurait pas convaincu de traduire le tome suivant.

celui là, vous l'avez déjà vu et vous le reverrez, parce que j'adore (avec en prime une ptite erreur sur l'orthographe en allemand, je viens juste de le remarquer)

Donc voilà, on aime ou on déteste, de mon côté j'ai beaucoup aimé. Comme souvent les choses qui sortent de l'ordinaire (dans un autre genre mais qui claque bien aussi, je kiffe Tank Girl).
et une petite ambiance musicale ( pas du tango, ça serait trop attendu..) parce que j'ai eu la surprise de voir cette chanson assez peu connue que j'aime beaucoup citée directement ( via un juke box qui la diffuse) et je trouve ce choix excellent, avec son ambiance rock un peu lancinant et son texte sensuel.

The Cult- Soul Asylum


D'ailleurs je me demande si l'apparence de.. la Chose, n'est pas un lointain clin d'oeil à Ian Astbury, chanteur de the Cult, qui arborait dans les années 80 de longs cheveux, un style androgyne, souvent des pantalons rayés, (et au passage, un beau gars avec des yeux magnifiques, vous connaissez maintenant mon genre! Quoique ses copains punks me plaisent bien aussi :D)

Et involontairement, voilà qui me permet d'ajouter un pays au challenge Amérique du Sud/ Amérique centrale: l'Argentine
Et de montrer que la bande dessinée argentine n'est pas circonscrite à Mafalda, même si j'adore ce strip faussement enfantin et totalement politique mais qu'il y a de la bande dessinée underground qui ne demande qu'à être connue.

4 commentaires:

  1. Mais mais mais... C'est pas gentil de nous tenter comme ça avec une BD qu'on ne lira jamais/dont on n'aura jamais la suite si on ne parle pas espagnol :O

    Parce que les dessins et l'histoire me tentent bien, moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est vraiment dommage, faudrait que quelqu'un se le procure en VO et fasse un fan trad.

      Ne me regardez pas comme ça :D ( faudrait d'abord que je trouve le tome 3)

      Supprimer
  2. Le graphisme est très chouette! J'aime l'utilisation exclusive de deux couleurs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est vraiment le point fort. Fallait l'oser.
      Si tu veux voir l'intégralité des cartes, elles sont en ligne sur une page facebook dédiée à la BD.

      Supprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture