jeudi 3 avril 2014

Western - J Van Hamme & G Rosinski

Figurez-vous qu'il y a quelques semaines, Babelio organisait une nouvelle opération masse critique, avec la collection "signé" de l'éditeur Le Lombard. Je ne connaissais pas cette collection bien qu'elle fête ses 20 ans d'existence, j'ai sauté sur l'occasion et bien m'en a pris, j'ai été retenue et vais donc recevoir non pas un mais 5 albums tout au long de l'année.
Le premier que j'ai choisi est donc Western de Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski dont, outre le thème far west qui est assez peu présent dans ma bédéthèque, alors que j'aime beaucoup en films,  la superbe couverture sépia très "ancienne photo d'un as de la gâchette" me plaisait énormément Et je n'avais pas encore lu de Van Hamme ( scénariste entre autres de XIII, Largo winch, mais aussi Thorgal en compagnie du même dessinateur.. toutes séries que je ne connais pour le moment que de nom)

En 1868 au Wyoming, le riche Ambrosius Van Deer,  venu du Kansas,  voyage avec sa file Cathy. Il est à la recherche de son neveu Eddie, porté disparu depuis dix ans, ce que Cathy ignore. Les parents d'Eddie et ses deux frères ont été retrouvé morts , tués par des indiens, mais nulle trace du plus jeune, qui avait 5 ans à l'époque. Ambrosius a donc lancé un avis de recherche assorti d'une prime de 1000 dollars à qui retrouverait le légitime héritier de l'immense propriété qu'il gère. Un petit arnaqueur de nom de James Chisum, entré par hasard en possession d'une montre ornée de portraits de la famille défunte, a donc l'idée de monter un coup  avec son petit frère Nate, qui a à peu près l'âge d'Eddie, afin de palper la prime, voire de placer le petit frère chez la riche famille. On prétendra qu'"Eddie" est un sauvageon, qui a complètement oublié son passé après 10 passé dans une tribu indienne. Mauvaise idée, car ce que Jess et Nate ignorent, c'est qu'Ambrosius n'est pas venu récupérer son neveu, mais le tuer, afin de devenir le seul légitime propriétaire de l'immense propriété du Kansas. Peu lui importe d'ailleurs qu'il s'agisse ou non de son vrai neveu, du moment qu'il a un cadavre a présenter pour appuyer ses dires. La combien est éventée, bagarre, coups de feu.. Jess, Ambrosius et son homme de main restent sur le carreau, tandis que Nate, blessé prend la fuite avec l'argent et la montre.. et tombe nez à nez avec Cathy, qui avait suivi son père en douce. Fin de la première partie.

On retrouve ensuite Nate dix ans plus tard, amputé du bras gauche suite à sa blessure. Recherché après la fusillade, il n'a du la vie sauve qu'à un trappeur qui l'a caché pendant tout un hiver et chez qui il a appris à tirer de son unique main restante, jusqu'à ce que le chasseur disparaisse un jour avec l'argent. Depuis il vagabonde en vivant comme il peut des petits boulots sous-payés qu'on veut bien donner à un manchot. avec toujours derrière la tête la vague idée d'aller au Kansas, essayer de retrouver sa "fausse" famille, afin de se présenter à nouveau comme le providentiel neveu reparu par miracle. Après tout, Cathy n'avait pas entendu la discussion, et n'avait aperçu Nate que quelques secondes, sous les traits d'un enfant grimé en indien, dix ans on passé depuis, il a perdu un bras,du coup il mise tout sur le fait qu'elle ne reconnaitra pas le meurtrier de son père.

Western porte très bien son titre. En effet, on y retrouve non seulement les péripéties habituelles des westerns de cinéma, avec ranches immenses, cow-boys, voleurs de bétails, saloons, attaques de banques, shérif louche, bandits patibulaires, morts qui ne le son pas vraiment...mais aussi les codes graphiques : grandes cases horizontales de style cinémascope, plans larges de paysages, plans rapprochés quand l'action se précise. Le scénario est assez classique, mais efficace, autour d'un type banal qui n'est ni méchant, ni idiot,  et même plutôt pacifiste, mais qui traîne une poisse tenace, même lorsque les choses semblent s'arranger pour lui. Ce qui ne semble pas d'ailleurs entamer sa naïveté (peinte sur sa figure, il garde l'apparence d'un grand gamin même à 25 ans), et malgré le sort, il semble continuer à penser que les gens sont par défaut plutôt honnêtes... ce qui n'est évidemment pas le cas dans un monde ou le chacun pour soi règne en maître.

Alors voilà, j'ai beaucoup apprécié cette BD réaliste d'un seul tome, avec son antihéros à la fois candide et fataliste, son scénario classique,- qui finit quand même de manière très cynique-  mais qui rend hommage de belle façon à tout un genre. Je n'ai pas encore parlé des graphismes: ils sont superbes, tout en aquarelle et en nuances de bruns, a l'exception des doubles pages somptueuses ( des toiles à l'origine, on voit bien la texture) qui séparent les différentes parties de l'histoire.

des doubles pages comme ça

ou comme ça... superbe effet de lumière sur la neige!
J'ai aussi bien apprécié l'extrait de synopsis en fin de volume, qui détaille sa vision à l'intention du dessinateur de manière très cinématographique. La notice biographique nous indique d'ailleurs que M. Van Hamme travaille également comme scénariste au cinéma, ça ne m'étonne pas du tout.


Une très bonne première découverte donc.

bien que le sujet soit américain, le scénariste est Bruxellois.. 

3 commentaires:

  1. Oh que ça a l'air bien ! Il est dans le récap et dans mon petit carnet ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Je dois avouer que je ne parviens toujours pas à me mettre à la BD, mais je trouve la couverture et les planches de celle-ci magnifiques ! Et l'histoire a l'air pas mal aussi... Qui sait ?

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas lu cet album, mais ces deux auteurs sont des valeurs sûres. N'hésite pas à te lancer dans la série Thorgal, c'est un régal !

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture