samedi 30 octobre 2010

Fées, sorcières et diablesses - Collectif

Dans la droite ligne des recueils " dimension fantastique", 4 volumes depuis 1996 chez Librio, Barbara Sadoul propose un autre recueil de nouvelles dans la même collection, centré cette fois sur le thème de la magie au féminin.
Dix nouvelles mettant en scène fées, enchanteresses, sorcières, lamies, en commençant par l'épisode de Circé dans l'Odyssée d'Homère.Malheureusement, sorti de son contexte, ça ne mène pas loin, l'extrait est vraiment court. Ceci dit, ça m'a donné envie de relire l'Odyssée que j'avais lu en 6°, sans y comprendre grand chose.

Le texte suivant, la belle et la Bête de Mme Leprince de Beaumont, n'est pas tout à fait
à sa place, je trouve. En effet, la fée n'a qu'un rôle très mineur. Et la Belle est quand même d'une nunucherie exaspérante, à toujours tout pardonner, à se laisser faire par ses soeurs, bref, la femme idéale des temps anciens qui la ferme bien comme il faut, mais c'est bien sur un avis qui n'engage que moi, je suis certaine que les inconditionnelles me maudiront pour avoir dit ça! ( et j'ajouterais pour compléter le tableau que le dessin animé sorti il y a 20 ans ne m'avais pas emballée plus que ça). Donc, bon, je l'ai enfin lu, une bonne chose de faite, vite, on pase à autre chose

L'enchanteresse de Sylaire m'a au moins donné l'occasion de découvrir un auteur que je ne connaissais pas, Clark Ashton Smith. L'ambiance est originale, et la conclusion de cette rencontre entre un doux rêveur devenu ermite après avoir été éconduit par une jolie capricieuse, et une enchanteresse flanquée d'un loup garou, est d'une joyeuse amoralité qui fait plaisir à lire.

La sorcière du mois d'Avril, de Ray Bradbury, joli moment poétique, où Cecy, entité immatérielle prend possession pour une soirée du corps de la jeune Ann, afin de pouvoir enfin prendre part aux joies humaines et participer à un soir de bal. Nouvelle fort sympathique où on retrouve l'humour décalé de l'auteur Des Chroniques Martiennes 

La sorcière du placard à balais de Pierre Gripari, est apparemment devenu un classique de la littérature jeunesse.. que l'on ne m'a pas fait lire dans ma jeunesse, mes instits ne devaient pas apprécier. Quoi qu'il en soit, ce conte absurde de sorcière revêche, de petite souris maline et de poissons magicien est drôle, c'est idiot, mais j'aime beaucoup l'idée de l'arbre à macaronis! Une bonne découverte qui m'a faite sourire.

Les farfafouilles de Fredric Brown. Extrait de " fantômes et farfafouilles", j'en parlerais plus longuement quand je publirai un sujet sur cet ouvrage. Pour l'instant, il suffit de savoir que je suis une inconditionnelle de Fredric Brown, de ses chutes, et de ses ambiances qui me rappellent tellement " la 4° dimension".

Vassilisa , un conte russe réécrit par Clarissa Pinkola Estès, rien de bien folichon à signaler, on est en terrain connu: la gentille Vassilisa , esclave de sa belle mère et ses deux méchantes belles soeurs, est envoyée quérir du feu chez la sorcière Baba Yaga, dont elle sort bien sûr sans dommage, avec à la clef la punition des méchants. Bref, du conte habituel, mais qui ne m'enthousiasme pas plus que ça, peut être à cause du passage du Russe à l'anglais, puis de l'anglais au français, qui du coup laisse le folklore slave à la porte.

La fée aux gros yeux, dans une fantaisie anglophile de George Sand, est une gouvernante irlandaise à grosses lunettes qui se passionne pour les petits insectes. Mignon, mais pas inoubliable.

Le poil d'Olivier Ka. Très court, et très drôle, avec sa fée monomaniaque de l'apparence et de la bonne présentation, qui se mêle de ce qui ne la regarde pas.. et se ridiculise.

Un bonbon pour une bonne petite de Robert Bloch. Là encore, comme chez Fredric Brown, on sort des sentiers tous tracés avec une petite fille, si mignonne.. et si démoniaque. Dommage cependant que le même texte apparaisse déjà dans le 4° volume de la dimension fantastique. Il doit être plus difficile de trouver des textes au sujet des femmes démons, mais il est dommage d'avoir exactement le même dans deux volumes de la même collection, ce qui gâche le plaisir quand on l'a déjà lu ailleurs.

Le couloir de Virginie Greiner, est très très original. Pas d'humains ici, on est dans un cadre entièrement démoniaque: une créature extrêmement subalterne va mettre, pas hasard, fin au règne d'un maître diabolique. Mais assez complexe, il faut bien deux lectures pour comprendre de quoi il retourne, même si au final, on ne sait pas exactement ce qu' est la petite créature noire à l'allure de hérisson, ni pourquoi elle a été chargée de pousser de mystérieuses boîtes dans un couloir ( j'imagine une noiraude de Totoro, moi!)

Les feux follets sont dans la ville:; Andersen, probablement en manque d'inspiration, raconte l'histoire d'un conteur en manque d'inspiration, qui rencontre la sorcière des marais laquelle le charge d'avertir tout le monde que les feux follets se sont enfuis, à la recherche d'âmes ) détourner du droit chemin. Une allégorie de l'imagination finalement peu originale, mais l'intérêt est dans le règlement de co(n)mptes d'Andersen avec la littérature de son époque: la sorcière possède de la poésie en fioles prète à être servie, des bouteilles de soupe philosophique allemande, du bouillon pédagogique anglais, de la soupe aux ragots française..et de ce point de vue là, c'est assez réjouissant.

En conclusion, un volume très inégal, ce qui était déjà le point faible du 4° Dimension fantastique, on sent que le filon commence à s'épuiser, d'autant que le sujet semble avoir moins inspiré les écrivains que les fantômes ou les vampires. Je retiens donc surtout les nouvelles de Clark Ashton Smith, de Ray Bradbury, d'Olivier Ka et de Virginie Greiner, le reste étant soit déjà connu de moi, soit déjà paru dans la même collection, soit moins intéressant.


Halloween, J-1, je vais essayer de lire un dernier livre sur le thème d'ici demain! Et une lecture supplémentaire au passage pour le challenge 2 € par la même occasion.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture