dimanche 10 octobre 2010

Don't Panic!

oyez oyez mes bons amis, aujourd'hui , c'est le jour du 42!
pour ceux qui se demandent de quoi il s'agit, vous êtes invités à lire/relire mon billet sur Le guide du voyageur Galactique de Douglas Adams , vous y trouverez la grande réponse

Oui, car si j'en crois le Grand Ordre de la Serviette, qui sait de quoi il parle, quand même, 10.10.10 = 42 en binaire..
Pauvre de moi, n'étant pas à Paris, me voilà contrainte de célébrer cette journée, toute seule.. mais, je l'ai dit en titre: Don't Panic! Je vais pouvoir réaliser le souhait qui anime Arthur Dent tout au long de son aventure cosmique, en buvant une tasse d'Earl Grey pile at five o' clock - oui, je sais, mais c'est tout ce qui me reste en thé anglais.

Puis tiens, une fois que le match Toulouse-Wasps sera terminé ( mais sans aller jusqu'à soutenir les wasps, malgré tout), j'irai préparer un crumble pour le dessert , ce soir, avec un peu de custard.
Et pourquoi ne pas finir la soirée avec une programmation spéciale humour British, le film H2G2 qui attend depuis longtemps que je me décide à le regarder, ou encore une petite piqure de rappel " Monty python".. oui, je vais faire ça, tiens!
_______________________________

alors, en marge du défi SF, après le livre, le film



Que je n'avais pas vu à sa sortie, déjà, je préférais attendre d'avoir lu le livre, mais aussi manque de temps, manque de motivation à l'époque, les critiques étaient presque unanimement mauvaises... mais j'avais souri devant "le film à côté duquel Armaggedon  fait documentaire", qui forcément laisse prévoir quelque chose de totalement pas sérieux. Et puis la tronche de Marvin le robot dépressif, quand même...

Et donc, voila, en parallèle de la lecture du volume un il y a quelques semaines pour le défi SF, le film.
Que je n'ai pas trouvé si mauvais que ça. Et en l'occurrence, je pense que d'avoir lu le livre avant m'a permit d'avoir un avis plus positif.

D'abord les critiques que j'aie vues pointent en priorité l'utilisation de la voix off. Ca ne me gêne pas, c'est déjà l'idée du bouquin, avec les explications du guide qui apparaissent de ci, de là, en général pour entraîner le lecteur sur une digression bien absurde ( malheureusement, je l'ai vu en français, je n'ai donc pas pu profiter de la voix off du britishissime et talentueux Stephen Fry, ce qui aurait été un énorme plus). De même, j'ai vu pas mal de critiques sur les animations du Guide en flash.. Moi j'aime bien ce côté décalé, ces couleurs qui font penser à un générique de film des années 70, les trouvailles visuelles du générateur d'improbabilité ( les personnages en laine, allez savoir pourquoi, mais ça m'a rappelé la série "Thunderbirds" dont j'ai du voir quelques épisodes il y a des années et des années)
Sinon, j'aime beaucoup les vogons, surtout le chef vogon, muni d'une perruque de juge anglais, car j'aime ce genre de clin d'oeil, et qu'apparemment beaucoup de gens ont détesté. Peut-être à force de voir des trucages et des ET en images de synthèse.
Mais la patte du Jim Henson's Creature Shop, que voulez vous, c'est irremplaçable, j'aurais été très déçue qu'il aient été modélisés par ordinateur, pareil pour Marvin, je préfère largement la solution choisie d'un acteur déguisé en robot (contente de retrouver Warwick Davies, de Willow, ). Non au contraire, j'adhère à ce côté bricolo, qui rappelle la première série de Star Wars ( qui dis-je la seule! parce que maître Yoda en images de synthèse, je peux pas, mais vraiment pas!)


Et donc Marvin, le robot dépressif, que je n'aurais pas imaginé autrement, surement le personnage le plus réussi. Décidément, je ne me lasse pas de sa tronche.

Après, au niveau de l'interprétation, le casting n'est pas mal, Arthur est moyen à souhait, pour Ford ce n'est pas l'interprétation qui me gêne, mais, pourquoi en avoir fait un personnage qui semble avoir des tendances homosexuelles, et passe pas mal de temps à vouloir câliner Arthur?. Certes il n'est pas de notre planète, mais en 20 ans ou presque de présence sur Terre, il aurait eu le temps d'apprendre les usages en société.

Zaphod.. ha, Zaphod, mon personnage préféré du bouquin. Je suis plus sceptique là aussi.Là non plus, c'est plus une question de contexte que d'interprétation, l'acteur n'est pas mauvais, Visuellement, il correspond à peu près à ce qu'on pouvait espérer du "type le plus mal habillé de la galaxie", mais je regrette terriblement la solution choisie, puisqu'il est censé avoir constamment deux têtes contenant chacune une moitié de cerveau, de lui faire apparaître aléatoirement une tête sous le menton. Là, pour l'occasion un petit coup d'image de synthèse aurait été profitable. Et d'autant plus regrettable la liberté prise avec le scénario, pour le débarrasser de sa tête surnuméraire ( même si le résultat nous donne la joie de visualiser sa 2° tête contrainte d'attendre le retour de son corps fichée sur une poupée " danseuse de Hula" munie du panneau " stupid", un grand moment).
Trillian, pas grand chose à en dire, elle est assez décorative, c'est dommage. Bill Nighy est très bon en Slartibartfast, dommage, il n'est pas assez exploité à mon goût.

Par contre le gros problème, c'est vraiment lorsque le scénario, après avoir concentré tout le début jusqu'à l'expulsion du vaisseau vogon en 20 minutes à peu près, se retrouve à devoir rajouter des éléments absents du bouquin : apparition d'un rival politique de Zaphod - malgré John Malokvich méconnaissable, le personnage est réussi, visuellement original, mais on se demande bien ce qu'il fait là, et à quoi il sert, hormis à supprimer une des têtes de Zaphod... dommage pour nous, il garde la plus tarée des deux!. et aussi, beaucoup plus contestable, l'enlèvement de Trillian, et une visite sur la planète Vogon assez inutile, là, le temps parait un chouillat long ( bon ok, j'ai bien ri quand même avec les tapettes à mouches sorties de nulle part)
 Et la fin est ratée, hop, on remet tout comme au début, ni vu ni connu, en rajoutant une histoire d'amour au passage.un peu bâclé. Quand je pense à ce que ça aurait pu donner, mis dans les mains de au pif, quelqu'un comme Terry Gilliam - comme par hasard, un Monty Python, je sais je radote, mais vraiment, ç'aurait pu être un festival d'absurde de haut niveau. La, c'est juste un peu raté. Pas trop.Ca ne se prend pas au sérieux, heureusement, mais un peu plus de rigueur et un peu plus de délire auraient été bienvenus.

Mais malgré les défauts scénaristiques, plutôt un bon moment de film qui ne se prend pas la tête, pas inoubliable Il faudra que je le revoie quand même un jour en vost, parce que là en vf, pas de chance, ils ont eu la mauvaise idée de donner aux personnages les noms de la contestable traduction française - et Arthur Accroc, ça ne le fait pas du tout!

1 commentaire:

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture