lundi 4 octobre 2010

Fabliaux et contes du moyen âge - collectif






Première lecture pour honorer cette rentrée littéraire 1220, on attaque doucement par une "presque" relecture d'un recueil de fabliaux et Contes du XIII° siècle pour la majorité d'entre eux. "Presque" relecture, car l'ouvrage traînait sur mon étagère depuis mes années fac, on nous en avait fait étudier une partie seulement, et le reste était resté en attente.. Voila qui est corrigé

Le livre de poche ISBN 2-253-04012-6


 Le recueil contient donc une vingtaine de fabliaux, 2 contes complets, un partiel, et des extraits rimés, le tout transposé en français moderne. Un bon début pour aborder la littérature médiévale de manière ludique. Pour les contes, je ne vous fais pas de longues explications. Mais un fabliau, quoi qu'est-ce exactement?

Quelque chose de très précis: une petite fable, un récit court, rédigé en gros entre 1150 et 1350, en Picardie, Artois et alentours. Contrairement au roman courtois ou à la chanson de Geste qui vise un public socialement élevé, le fabliau s'adresse plus facilement à la classe bourgeoise citadine, et de fait, son apogée correspond au développement de la bourgeoise dans le nord de la France. Bien sur c'est un résumé réducteur, mais... il faut donc s'imaginer un public de gens peu versés dans l'écriture et la lecture, travaillant pour gagner sa vie, et qui cherchaient dans la représentation de fabliaux, comme de farces, détente, défoulement et rire, si possible aux frais des classes privilégiées: d'où une profusion de personnages stéréotypés, immédiatement reconnaissables: le paysan riche et stupide, la vieille acariâtre et rouée, le clergé ridicule qui n'hésite pas à s'enrichir sur le dos du peuple... Et des situations tout aussi attendues: les avares, les menteurs, les ingrats seront punis à la fin, MAIS, plus étonnant, la morale est assez souvent élastique. En gros, la tromperie, le vol, c'est mal. Enfin, sauf lorsqu'elles s'exercent aux dépends d'un avare, ingrat, riche, borné.. etc...

Par exemple, les deux voleurs pauvres de "Estula" repartent avec un vêtement neuf volé au curé, un mouton et des choux volés à leurs riches voisins. Mais ils sont tout pardonnés, puisque c'est aux dépend d'un riche voisin qui aurait du les aider par charité chrétienne...

La sélection proposée par Le livre de poche est plutôt bonne: des thèmes variés, ce qui n'est pas évident à trouver dans ce genre de littérature, parfois macabre ( Les trois bossus, le prêtre: des pépites d'humour noir comportant un ou des cadavres récalcitrants, du comique de situation) parfois absurdes ( l'application littérale d'une expression qui donne un résultat cocasse: Telle que "la vieille qui graissa la patte au chevalier" au sens littéral pour obtenir un avantage, le "pauvre mercier" qui perdant son cheval qu'il avait recommandé à Dieu, espère se le faire rembourser directement par le couvent le plus proche.

On y trouvé déjà en germe un sujet qui va devenir célèbre, 5 siècles plus tard: "Le vilain devenu médecin", ou comment un paysan caractériel se trouve au coeur d'un imbroglio, pris pour un médecin, et trouve des solutions originales pour guérir les malades. Le prototype du "Médecin malgré lui" donc, Molière n'est qu'un vil copieur!
psautier de Saint Louis - vers 1260

l'ouvrage contient:
Fabliaux:  le cupide et l'envieux - le prévôt à l'aumusse - la couverture partagée - le prudhomme qui sauva son compère de la noyade -Le prêtre qui eût une mère malgré lui - le testament de l'âne - le vilain de Farbus - la vieille qui graissa la patte au chevalier - Brunain -  - Le pauvre mercier - Brifaut -les deux chevaux - Le prêtre et les deux coquins-  Estula - Les trois aveugles de Compiègne - Les perdrix - Le vilain devenu médecin - le tailleur du roi et son apprenti - les trois bossus - le prêtre
Contes: Les enfants cygnes - le chevalier au barisel - la fille du comte de Ponthieu ( extraits)
Appendice: Le repas de Villon - le festin gratuit de l'écolier démuni ( XV° siècle)

(pour les curieux, vous pouvez trouver ici : Estula, Brifaut, Le vilain de Farbus, Brunain la vache du prêtre, le testament de l'âne
ici encore: Brunain, les perdrix et la vieille qui graisse la patte au chevalier

Je ne vous cacherai pas que l'Exemplum ( les fabliaux "moraux"c'est à dire l'exemple à suivre, ou plus souvent, la mise en avant de l'exemple à ne pas suivre, sur fond religieux) est un genre assez pénible, car très très chrétien ( Idem pour le conte" Le chevalier au Barisel": il faut souffrir pour obtenir la rédemption, tant pis si tu meurs de faim pauvre et miséreux, ton âme et sauvée, plutôt que de vivre riche et bien portant mais comme un mécréant). Là, j'avoue, j'ai du mal avec ce genre de concept. Ca et le fait que systématiquement la femme est fourbe, c'est son destin depuis qu'Eve a mangé la pomme, donc, pas de problème à la martyriser fut-ce votre mère ( le conte des enfant cygnes, qu'on retrouve à peine modifié dans "les enfants cygnes" d'Andersen - ou encore "la fille du comte de Ponthieu", abusée par des voleurs, qui doit entre autre expier sa faute: l'infidélité à son mari!). Voila qui va faire plaisir aux participantes à ce "tournoi", puisque nous sommes une majorité écrasante de garces à relever le défi ( et celle qui proteste  à cette appellation est priée de retourner potasser son vocabulaire médiéval, cornebleu!)


Je préfère les roueries, comme "le festin gratuit de l'écolier démuni" ou "le repas de Villon", qui narrent les meilleure manières pour manger à l'oeil. Oui, je suis une mécréante je sais.

12 commentaires:

  1. Ce site est génial, continuez comme ca !

    RépondreSupprimer
  2. Desolé de ne pas m'etre présenté. Je suis Jean Furet, spécialiste du Moyen Age. A bientot!

    RépondreSupprimer
  3. Donc merci beaucoup...je suis très flattée et contente que quelques personnes apprécient ma prose ( qui me sert surtout à ne pas perdre l'habitude d'écrire ne vue de reprendre des études)
    Il va donc falloir que je fasse attention à ne pas trop dire d'âneries alors :D

    RépondreSupprimer
  4. Avis à l'anonyme qui se permet de laisser des commentaires orduriers ici, en se cachant très courageusement derrière son ordi: mon petit, tes commentaires seront tous exterminés sans état d'âme, tu perds ton temps, va donc plutôt ouvrir un bouquin de grammaire, ça te fera un bien fou. Et n'oublie pas au passage de t'acheter un dictionnaire de synonymes.

    RépondreSupprimer
  5. Peut tu faire un petit résumé sur le prévôt à l'aumusse. s.t.p :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. houla, pour le prévôt à l'aumusse, il faudrait que je le relise, l'article date quand même d'il y a 3 ans!

      Supprimer
  6. c'est vrai ce site est génial j'ai pue faire mon exercice avec se site bravo pour le site

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et bien tant mieux si vous avez pu y trouver des infos utiles.

      Supprimer
  7. peut tu faire un résumé du prévôt à l'amusse. Mais très court
    MERCI

    RépondreSupprimer
  8. NON. Je l’ai dit plusieurs fois, je NE FAIS PAS vos devoirs. Débrouillez vous. Bon courage

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture