samedi 12 juillet 2014

Hero corp saison 1


C'est samedi, c'est série, et comme j'ai décidé de mettre la France à l'honneur ces jours-ci, hop l'occasion de parler ici de Hero corp, la série de super-héros aux pouvoirs moisis perdus au fond de la cambrousse.

Pour l'instant je n'ai vu que les 2 premières saisons ( la série ayant été arrêtée quelques années après la saison 3 faute d'audience et donc de financement, mais a finalement pu être tournée grâce au soutien actif des fans), je n'ai pas eu la possibilité de suivre la saison 3 lors des diffusions TV, et donc, autant revoir le début avant de passer à la suite en vidéo hein?

un générique super sympa tout en BD.. signé Olivier Péru

Donc saison 1: Tout commence lorsque John (ça se dit bien sur "djone" oui c'est important) vient se perdre dans un village de Lozère, du plus pur genre " Trouperdu-sur-Gadoue", une dizaine de maison en pierre sèches, une voiture commune à tous les habitants. Il vient de recevoir un message l'informant de la mort de sa tante Mary ( cette fois ça se dit " Marie", c'est important aussi), il doit venir au plus vite pour les obsèques.

Problème n°1: les habitants sont.. bizarres. Mais vraiment, avec une conception de l'hospitalité très personnelle.Genre lancer des oeufs sur les gens qu'ils n'aiment pas. Ambiance...

Problème 2: les habitants sont .. très bizarres. Lorsque John rentre chez Tatie, le cadavre froid est encore sur le canapé car les villageois ne sont pas " très branchés cérémonies".

Problème n°3: les habitants sont infiniment bizarres. Surtout Mick (bien prononcer  Mique!) qui semble penser que menacer quelqu'un d'un couteau est une bonne entrée en matière pour entamer la conversation

Alors qu'il tente de quitter le patelin John découvre que sa cave communique avec un souterrain où un type est enchaîné: désireux de quitter au plus vite ce village de fous, il va aller de surprise en surprise: Tante Mary n'est pas morte, elle a utilisé ce prétexte pour faire venir John avec qui elle était en froid car
- Elle est une super héros, et son pourvoir est de se faire passer pour morte
- Tous les habitants sont des super héros, partis se mettre au vert pour diverses raisons: moins de danger, on n'a plus besoin d'eux, du coup leurs pouvoirs ont décru et sont devenus un peu complètement nases. Il font tous partie de la branche "Lozère" de la société internationale Hero corp

- Le type enfermé à la cave que John vient de libérer n'est autre que The Lord ( ze lord, bien sûr), le plus grand super-méchant de toute l'histoire ( en fait un sexagénaire venu passer sa retraite, lui aussi, dans ce coin de cambrousse)
- enfin, John doit défendre le village: Un dénommé Théodore a eu une vision a ce sujet, il ne se trompe jamais.
John doit donc d'une part découvrir s'il a des pouvoirs, ce qui n'est pas gagné, et se faire accepter de cette communauté de bargeots campagnards qui ne sont pas très doués pour les trucs sociaux, comme: ne pas essayer de tuer les gens qui ne leur reviennent pas. Tous paumés autant mentalement que géographiquement.

Il va donc falloir composer une équipe de winners avec
Mary ( avant elle pouvait ressuciter les morts, maintenant, elle peut juste se faire passer pour morte),
ou comment combattre le mal en tablier à fleurs...

 Steve ( Stèèève: avant il était Brasier et pouvait faire apparaitre des murs de flammes. Il s'est reconverti et  fait cuire les pains à la boulangerie),

 Allen ( ca se dit comme "allant", anciennement Captain cold, capable de geler une rivière. Lui, il tient le bar du village , sa spécialité est le café glacé.. il peut aussi soulager les entorses!).
Ca c'était Captain cold , vu par le magazine " hero News" ( encore l'occasion de saluer les fantastiques dessins d'Olivier Péru qui émaillent les épisodes, ils claquent tout!)

et le voilà maintenant, très changé, joué par le trop rare Maurice "orangina rouge" Lamy qui n'est hélas présent que dans la première saison
Les chamailleries de Steve et Allen, qui représentent des éléments opposés, sont assez ultimes d'ailleurs.

Burt (Burte!) anciennement Acid man qui savait lancer de l'acide sur ses ennemis, et vient d'être rebaptisé "captain shampooing", vu qu'il ne peut plus lancer que du shampooing doux qui ne pique pas les yeux.

mon ptit chouchou: captain shampooing et sa magnifique cape en rideau de douche :)
Le Maire peut se changer en "quelqu'un que personne ne connaît", et son fils Mique lit " approximativement dans les pensées" ,

ah, j'adore ce costume super discret avec ces si seyantes aiguilles à tricoter!
Stan "Mental" peut contrôler quelqu'un par la pensée pour le forcer à faire ce qu'il veut, grâce à son pouvoir de persuasion, mais evidemment ça ne marche que si la personne est d'accord.

Doug était avocat, métier qu'il a du abandonner depuis que son pouvoir se manifeste: il se fige entièrement s'il tente de mentir ou si quelqu'un ment près de lui, du coup il s'est fait des ennemis lors d'un procès contre la mafia
voilà ce que ça donne: "gneu peuxpasmentir",ok, il est infaillible, mais c'est pas le plus utile des pouvoirs en combat réel

Klaus a un vrai pouvoir de télékinésie, mais refuse de s'en servir, car "c'est trop facile", et préfère devenir l'homme le plus fort du monde en soulevant des trucs et en élevant des pécaris géants.

Il y aussi Lawrence, alias Super Invisible, un savant devenu tellement invisible qu'il en est inconsistant , et tellement impalpable qu'il s'envole au moindre courant d'air, et, bien sûr, c'est la misère pour le retrouver

Et tout à l'avenant, hein.. vaincre le mal ne va pas être du gâteau!

Hero corp est signé de Simon Astier, oui, le frère d'Alexandre, qui jouait Yvain dans Kaamelott. Et donc bien sûr, on retrouve pas mal de têtes connues: Christian Bujeau dans le rôle de The Lord ( le maître d'arme complètement barré de Kaamelott, Alban Lenoir dans celui de Klaus " force Mustang" ( l'aide de camp de Lancelot dans quelques épisodes de la saison 4 de Kaamelott), Etienne Fague (Mique, qui interprètait le frère de Bohort dans quelques épisodes), évidemment, Lionnel Astier (Neil, le directeur de Hero corp, et bien sur l'inoubliable Léodagan), Josée Drevon ( dame Ygerne, devenue ici la mère de Jennifer, la petit amie de John)

A l'époque de la première saison, la série a été pas mal critiquée, pas toujours à bon escient: on lui a  reproché d'être trop proche de Kaamelott ( ce qui est logique: les deux frères ont les mêmes références, le même genre d'humour..) mais aussi d'en être trop différente ( ce qui est injuste.. décidez vous! trop kaamelottesque? pas assez?)

Donc je dirais que oui, il y a une parenté entre Hero corp et Kaamelott, comme il y a une parenté entre les scénaristes, Hero corp fait volontiers quelques références à son " grand frère" (et pour le coup l'image s'impose): épisode 5, lorsqu'un des personnages dit " on va passer au nord, c'est pour ça que j'ai lancé des cailloux au sud, pour faire diversion , impossible de ne pas penser aux plans idiots de Perceval. Lorsque The Lord prend possession de l'esprit de quelqu'un, ses yeux deviennent rose brillant: ça serait pas un sort manqué de Merlin?.. ) enfin des trucs comme ça. Pour le reste, c'est quand même assez différent.
Je dirais que, pour moi Kaamelott est un bijou d'écriture ( voir l'épisode tout en vers sur la mort d'Alexandre le grand, impossible de ne pas l'avoir travaillé et retravaillé), sans temps mort. Hero corp me semble basé beaucoup plus sur l'improvisation ( Simon Astier et Alban Lenoir participent d'ailleurs régulièrement à des match de la Ligue d'impro) et je dirais que ça se ressent sur l'écriture: comme en impro, certains gags peuvent tomber à plat, et d'autre venir de nulle part et faire franchement mouche.

Après l'autre point commun entre les frangins Astier, c'est de tenter des choses! et ça j'apprécie: lorsque Alexandre Astier a décidé brusquement à partir de la saison V de Kaamelott de changer de format et d'orientation sur une série qui avait déjà trouvé son rythme, ça ne réussit pas forcément à tout les coups, ou plutôt, ça ne plaira pas à tout le monde, mais j'apprécie l'attitude de se remettre en question et de tenter quelque chose d'autre. Lorsque Simon Astier décide de transformer les histoires de super héros qu'il lisait étant jeune en version franchouillarde, en jouant en plus sur notre réputation à écorcher les noms étrangers.. ça donne un ovni, parfois pataud, mais un ovni quand même.

L'autre chose que j'apprécie énormément: le tournage en extérieurs, ici dans les paysages de Lozère. Y'a pas ça a une gueule que même beaucoup de films surproduits ont perdu, à force de recréer des décors de malade et de synthèse sur fond vert: une profondeur à l'image. Et une photo soignée.
Rappelons qu'il s'agit avant tout d'une série de potes tournée avec un budget limité , mais que ce n'est pas pour autant qu'on doit bâcler les choses.

Alors oui, la série n'est pas 100% réussie, il y a parfois des moments plus faibles dans le rythme mais certains gags sont hilarants, il y a de l'inventivité, de la bonne volonté, de la bonne humeur, et c'est largement suffisant pour que je la soutienne haut et fort.


Pis merci à tous les sites de fans où j'ai pu trouver des illustrations, herocorp mag en particulier, qui est une mine!
billet spécial cocorico, avec le plus célèbre des super héros français: Super Dupont

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture