Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouve un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture

Qui passe par ici?

Flag Counter

vendredi 2 octobre 2020

Littérature, spectacles, fantastique: le spectre de la rose- T. Gautier et C.M von Weber

Non, je ne vous ficherai absolument pas la paix avec les spectacles, le théâtre et la danse cette année.Et comme on est encore plus ou moins coincés chez nous  et que les spectacles reprennent timidement, mais sans assurance que les salles ne soient pas refermées d'ici quelques jours: C'est vendredi, je vous emmène au théâtre.

Parce que finalement pas mal de spectacles sont adaptés de textes littéraires ou de contes. Qui sont remplis à ras-bord de : sorciers, sorcières, créatures mythiques, divinités, monstres, revenants. Donc une mine pour le mois halloween.

Et qui dit littérature fantastique dit XIX° siècle, et il y a du beau monde, ne serait-ce que pour la France: Théophile Gautier, car l'auteur du Capitaine Fracasse et du roman de la Momie était aussi un amateur de fantastique et particulièrement d'histoires de fantômes (la cafetière, par exemple), Prosper Mérimée ( La Vénus d'Ille, Lokis) ou plus inattendu Alexandre Dumas (1001 fantômes).

Sans parler de l'Allemagne, Heine, les nixes, mais... en fait non, non je ne pourrai pas passer les contes de ETA Hoffman sous silence très longtemps. Ne serait-ce que par l'adaptation faite par Offenbach de plusieurs textes fantastiques ( avec entre autres donc une poupée mécanique et une apparition inquiétante, un fantôme, un pacte démoniaque...)

Difficile de trouver un portrait de Théophile qui ne donne pas l'impression d'être au bord du gouffre.
Jeune, ça allait, vieux,c'était"Théo-la-déprime" ou" Théo-les-valoches"
Ou peut-être a-t-il été lui même hanté et subi les insomnies causées par les fantômes?

On commence donc gentiment avec Théophile et un fantôme pas du tout effrayant.
Peut-on même imaginer - à part Casper le gentil fantôme - un spectre plus sympathique et si peu dangereux que l'esprit d'une fleur coupée qui vient tourmenter sa "meurtrière" sous forme de parfum? C'est adorable.

Extrait de la Comédie de la Mort, recueil de Théophile Gautier ( qui m'a l'air d'avoir eu un sacré bagou pour draguer, un peu baratineur quand même. Mais bon, on ne va pas s'amuser à comparer avec la qualité de la poésie deux siècles plus tard, on en pleurerait. Il me suffit de savoir que mon idole littéraire absolue l'admirait pour que Théo gagne des points avec moi)

Soulève ta paupière close
Qu’effleure un songe virginal ;
Je suis le spectre d’une rose
Que tu portais hier au bal.
Tu me pris encore emperlée
Des pleurs d’argent de l’arrosoir,
Et parmi la fête étoilée
Tu me promenas tout le soir.
Ô toi qui de ma mort fus cause,
Sans que tu puisses le chasser
Toute la nuit mon spectre rose
À ton chevet viendra danser.
Mais ne crains rien, je ne réclame
Ni messe ni De Profundis ;
Ce léger parfum est mon âme
Et j’arrive du paradis.
Mon destin fut digne d’envie :
Pour avoir un trépas si beau,
Plus d’un aurait donné sa vie,
Car j’ai ta gorge pour tombeau,
Et sur l’albâtre où je repose
Un poète avec un baiser
Écrivit : Ci-gît une rose
Que tous les rois vont jalouser.

J'adore cette allitération en"p" de la première strophe, et celles en "s(s)"

(De mon côté, je suis Idéfix: il est absolument interdit de m'offrir des fleurs coupées, je suis capable, vraiment de vous envoyer... sur les roses. Mais bon, dans le doute, il parait qu'il y a un moyen de ressusciter la plante, la dame du texte ne le connaissait pas, elle aurait donc pu apaiser l'esprit en faisant repousser un rosier entier, et avoir la satisfaction de profiter du parfum des fleurs tous les jours sans les sacrifier. Il suffit d'une pomme de terre , la poésie y perd ce que l'horticulture y gagne)

Alors donc, adaptation?

Adaptation! L'avantage c'est que c'est très court, moins de 10 minutes pour un spectacle. C'est déjà pas mal pour un poème de trois strophes.

Mais je tiens d'abord à souligner ce qui peut faire tiquer: les costumes. Oui, c'est très bizarre. Mais ils sont estampillés 1911, et, pas plus qu'on ne pourrait changer la chorégraphie, on ne change les costumes. C'est comme ça, c'est gravé dans le marbre.


Positif: la dame a une jupe longue, personnellement je préfère ça aux tutus qui ressemblent à une fraise de la Renaissance autour de la taille.
Négatif: elle a un chapeau qui évoque un bonnet de nuit couvert de crème fouettée.

Positif: première fois dans l'histoire de la danse que le monsieur a le rôle principal, au lieu d'être un faire valoir qui se contente de soulever la dame le plus haut possible. Et interpréter le rôle d'un parfum requiert un bon talent d'acteur.
Négatif: Tenue de natation 1910 avec bonnet de bain à fleurs. Soyons honnêtes, ce n'est pas évident de trouver quelque chose pour habiller quelqu'un en parfum (la suggestion " et s'il ne portait QUE du parfum?" pour tentante qu'elle soit, était irrecevable en 1910. Et s'avèrerait douloureuse en pratique, vu les sauts que fait le spectre)
Voilà les costumes, ça, c'est fait.

Donc le résultat est à la fois très curieux et super mignon, ni vraiment classique ni vraiment moderne. C'est un duo qui n'en est pas vraiment un: les danseurs ne se regardent pas la plupart du temps et se touchent à peine, ce qui est logique, puisque l'esprit est impalpable et invisible. Ce n'est que quand la femme est en plein rêve qu'elle peut l'apercevoir et essayer de le poursuivre, d'où le côté complètement aérien. Le tout sur le "rondo brillant en ré bémol majeur"de Carl Maria Von Weber, alias" Invitation à la valse" , morceau pour piano solo réorchestré par Berlioz, qui a le don de me mettre de bonne humeur. Ce très court spectacle m'a donné un sourire immense.

Et forcément, quand on a l'un des meilleurs sous la main , pourquoi en changer? Je fais donc appel une fois de plus à mon fil rouge brun, le grand Nikolaï.
Et il reviendra encore parce que d'une part: talent et charisme. Et ce qu'il fait avec ses bras et ses mains est fascinant, j'ai rarement vu quelqu'un avec des mains aussi expressives, même pour du mime par exemple - et puis je vais avoir besoin d'illustrer d'autres sujets, et j'ai beau essayer de regarder d'autres interprètes, je ne suis pas convaincue, alors autant continuer avec le même. Surtout qu'il y a de quoi raconter à son sujet, même sur le plan humain.

Et d'autre part, alors qu'il est parfois difficile de trouver des sources vidéo de qualité, ou de plus de quelques minutes, il a accepté, pour ne pas dire encouragé, de laisser mettre en ligne des centaines d'heures d'archives, relativement récentes, initialement destinées à lui-même, pour évaluer ses propres prestations ( donc on n'y voit malheureusement pas toujours les spectacles en entier, il n'est pas rare qu'un artiste demande à des amis de le filmer pour pouvoir juger de ce que voient les spectateurs depuis la salle, de ce qui peut être amélioré...et en général on devient dans ce cas le spectateur le plus intransigeant du monde pour soi-même :D . Mais vu qu'à l'époque on filmait avec un caméscope à cassettes, difficile de capter la totalité d'un spectacle, ou l'intégralité de l'action quand le but est d'isoler justement un interprète dans un groupe.)

Probablement en grande partie aussi pour faire enrager ses anciens employeurs, qui aimeraient bien faire oublier qu'il a un jour bossé pour eux. Il ne les a pas officiellement mises en ligne lui-même, mais pour qu'une chaîne "non officielle" ait accès à des archives privées, c'est que le propriétaire les a mises à disposition*

Et donc troisième bonne raison: faire rager les rageux.


D'ailleurs, juste pour voir comment peut évoluer de manière impressionnante le physique de quelqu'un après des années d'entraînement intensif, histoire de rester dans la botanique, je vous renvoie comparer la rose avec Narcisse je vous assure que c'est le même interprète (comme quoi, il ne faut jamais désespérer à la vue d'un ado un peu maigrichon, ça peut finir par s'arranger)

*Donc il faut que j'explique, parce que les médias européens, en tout cas non russophones n'ont pas parlé de cette affaire, ou alors de manière très imprécise, à chaud, et sans en donner la conclusion.

Episode 1 du feuilleton " les tuiles de Nikolaï", à se demander s'il n'a pas été victime d'un envoûtement.

Histoire de dingue: gros bras de fer de la vedette avec le théâtre du Bolchoï qui, suite à un très gros différent avec la direction. L'artiste a découvert et mis au jour des magouilles, des bricolages pas jolis-jolis, des irrégularités dans les recrutements..., a fait son syndicaliste, les a portés devant un tribunal, parce que c'est quelqu'un qui ne peut absolument pas la fermer quand il y a une injustice ou une malhonnêteté. Signaler les irrégularités à la direction c'est bien... sauf quand des gens hauts placés trempent dedans.

Son contrat n'a donc pas été prorogé et les gens corrompus sont restés en place
.
La direction a essayé d'effacer tout souvenir de sa présence sur scène: suppression de toute photo où il figurait, pas d'édition en DVD ou VOD des spectacles où il a participé...comme s'il n'avait simplement jamais été là. Même dans les archives du Bolchoï présentant les vedettes des années passées. On y trouve des gens sur les X dernières décennies, mais... pas la moindre trace de son passage.

Petite précision qui a son importance: il a été la vedette masculine absolue de la troupe pendant plus de 15 ans, qui faisait salle comble quasiment rien que sur son seul nom. Oui, à ce point, et non, je n'exagère pas. Quand j'ai découvert cet artiste il y a quelques mois, et avant de chercher des sources en VO pour savoir de qui il s'agissait, n'ayant jamais vu son nom nulle part, j'étais loin de m'imaginer à quel point il était populaire dans son pays. Surtout dans la mesure où la danse est perçue comme un art très élitiste en France. Imaginez juste un danseur classique devenir plus célèbre que l'est un footballeur chez nous. C'est EXACTEMENT ça.

Les imbroglio juridiques entre l'étoile et sa direction ont passionné les journaux, les émissions TV, les amateurs de spectacles, et même les quidams lambda. Ce n'est pas tous les jours qu'il y a une énorme affaire juridique entre la direction du théâtre le plus connu du monde et sa principale tête d'affiche.

Et ça c'est juste la partie "gentille"
chapitre 1.2
Car il y a une suite, alors que Nikolaï a vu son contrat non renouvelé et est parti finir sa carrière ailleurs tranquillement, le directeur du théâtre a été attaqué. Pas en justice, à main armée. Et a publiquement accusé évidemment celui qui a été viré est parti d'avoir fomenté le coup. Et là encore, tribunal, procès...avant que le vrai coupable ne soit identifié. Un type discret et tranquille que personne n'aurait soupçonné. Ce qui cadre mieux avec une attaque en traitre que la grande gueule, bardée de diplômes en droit du travail - oui, il a été gravement malade et a occupé sa convalescence en passant entre autre des diplômes dans plusieurs domaines - qui rameute toute la justice parce qu'il est sûr et certain de ce qu'il avance. Mais dans l'idée de certains, pas de fumée sans feu, et une réputation ternie est difficile à rattraper, même lorsqu'on a été innocenté publiquement.
La première fois que j'en avais parlé, j'avais émis l'hypothèse, sans avoir de preuves, que ça pouvait être un casse-burettes patenté au tempérament de feu. C'est donc le cas, mais sur un plan juridique.
 
Je n'arrive même pas à déterminer si le gars est un poissard d'anthologie ou le type le plus chanceux du monde. Disons un poissard qui a une chance insolente pour les trucs vraiment graves et des nerfs à toute épreuve pour tout le reste. Je trouverai l'occasion de vous raconter comment Niko est revenu d'entre les morts, et ce n'est même pas une blague halloweenesque.

Donc, dans ce rose costume vintage qui peut faire sourire, il y a en fait un intellectuel érudit, qui parle couramment français et probablement d'autres langues, anime des émissions littéraires pour parler de sa passion pour la littérature classique et a je ne sais combien de diplômes dans je ne sais combien de domaines. Oui, ça paraît trop beau pour être vrai, mais la réalité dépasse parfois la fiction et il y a donc UN personnage de roman dans le monde réel. Me voilà réconciliée avec le monde réel.

Coeur géant! Ce monsieur a gagné mon admiration et mon respect définitifs et pas seulement pour son talent, son expressivité et son sourire franc et direct. Intellectuel féru de littérature et d'art en général, sens de la justice développé, je-m'en-foutisme total vis-à-vis des critiques et des potins, humour volontiers sarcastique et énergie à soulever des montagnes, voilà quelqu'un selon mon coeur! 👍

Aucun commentaire:

Publier un commentaire