samedi 11 juin 2016

Jordskott ( Série TV)

Entre 2 billets anglais, faisons un petit voyage un peu plus au nord.


Tiens il y a quelques temps que je ne me suis pas intéressée au challenge nordique. Et ARTE vient de me donner l'occasion d'un rattrapage avec Jordskott, série TV suédoise de 10 épisodes, mi policière mi fantastique et dont la diffusion s'est achevée la semaine dernière.

Déjà les années précédents, il y a avait eu la très originale série Äkte Manniskor, stoppée au bout de deux saisons faute d'investisseurs motivés pour la continuer ( si l'auteur veut se lance dans le crowdfunding pour financer la fin, merci de me le signaler, je veux absolument participer!)

Je ne sais pas encore si Jordskott aura une deuxième saison, mais en tout cas, ces 10 épisodes concluaient leur histoire de manière mystérieuse mais satisfaisante, tout en laissant la possibilité d'une suite. Donc dans tous les cas, pas de frustration si ça s'arrête là.

Ca commence classiquement, comme une série policière, un peu dans la veine Broadchurch ( ouaip autre référence balèze) avec une histoire d'enlèvement d'enfant dans un petit village, où tout le monde va commencer à se suspecter.

Donc, dans la petite ville de Silverhöjd, un endroit assez isolé en pleine forêt, le jeune Anton Leander est porté disparu, la police locale piétine sans savoir s'il s'agit d'une fugue, si le gamin s'est perdu dans l'immensité de la forêt du coin, ou s'il s'agit d'un enlèvement. Car qui voudrait enlever le fils d'un cadre de la scierie locale, et pour quelle raison? il n'y a pas de revendication, et l'enquête est au point mort.
Sur ce arrive Eva Thörnblad, policière à Stockholm qui revient dans son patelin natal pour régler les formalités des obsèques de son père, justement le directeur de la scierie. Celui-ci, malade depuis longtemps avait laissé la société au conseil d'administration, et tout le monde, sous-directeur, secrétaire,employés.. s'accorde à dire qu'il était devenu taciturne et vivait en reclus depuis des mois? Eva étant en froid avec son père, elle ne lui parlait plus non plus depuis fort longtemps, et part donc du principe qu'il est mort d'un cancer et basta.

Mais la raison pour laquelle elle n'est pas revenue dans sa ville d'origine depuis 7 ans est tout autre: Lors d'un pique-nique, sa fille Josefine, 6 ans, a disparu en pleine forêt. Envolée. en un clin d'oeil et sans laisser de trace. La police avait conclu à un accident, une noyade dans l'étant tout proche, conclusion qu'Eva n'a jamais accepté, et pas seulement en tant que mère, mais aussi en tant que policière: le dragage de l'étang n'a rien donné, elle n'a pas entendu Josefine tomber à l'eau. Donc s'il n'y a ni corps, ni traces, la seule option est que Josefine ait été enlevée.

Voilà donc Eva qui va rester à Silverhöjd pour mener son enquête privée, avant d'être temporairement mutée au commissariat local à la demande du très étrange - et suspect- commissaire Wass, venu en renfort pour aider les collègues qu'il semble quand même considérer comme des bouseux, juste bons à dresser des PV, mais peu compétents dans une affaire d'enlèvement.
Car Eva en est sûre, Anton est 7 ans plus tard, une nouvelle victime du même ravisseur qui a enlevé Josefine, et il faut s'en charger avant que d'autres enfants ne disparaissent.

Et ce d'autant que les faits troublants commencent à se multiplier à Silverhöjd: l'inattendu se produit, et Josefine réapparait, ou en tout cas, une fille qui pourrait être Josefine, Eva veut le croire même si les tests ADN disent le contraire. Choquée, mutique, atteinte d'une mystérieuse maladie parasitaire, incapable de désigner un potentiel ravisseur, mais vivante contre toute attente.

Mais aussi une vague d'assassinats violents se déclenche, les victimes sont toutes des personnes assez âgées et marginales, apparemment sans histoires, retrouvées égorgées sans pitié, visiblement par la même main. Les maigres indices semblent indiquer qu'une seule et même personne ( ou un seul et même réseau) se trouve derrière les assassinats et les enlèvements.

Et de fait, il s'agit bien d'enlèvements, on l'apprend assez vite (épisode 2 ou 3, par là, je ne spoile pas vraiment) le comité de direction de la scierie a reçu des revendications très claires: Arrêtez la destruction du secteur nord de la forêt, ancien lieu sacré, sinon d'autres enfants des dirigeants seront enlevés. si les travaux cessent, Anton retrouvera ses parents.
Mais ils préfèrent régler les choses à leur manière: essayer d'embobiner les ravisseurs, et leur envoyer un "négociateur", enfin, plutôt du genre tueur à gages.
C'est que sous le secteur nord de la forêt se trouve probablement une mine d'argent, autant dire un gros paquet de pognon qui dort là et sur lequel personne ne veut faire une croix.

Donc tout le premier épisode est très axé policier.. et les choses vont progressivement tourner au fantastique, insensiblement, par petites touches, à partir du deuxième.. pour devenir totalement fantastique à la fin.
Moi j'ai bien aimé. Je ne dis pas à 100%, mais j'ai bien aimé. Des commentaires que j'ai vus, c'est soit ça passe (un côté un peu X-files, mais dans les premières saisons, quand ce n'était pas encore trop portenawak), soit ça ne passe pas du tout.

Mais soyez prévenus, il va y avoir des créatures mythiques, les huldra: sortes de femmes-trolls, ou de sorcières, elles ressemblent à vous et moi, sauf que ce sont des femmes à poils. Au sens propre: elles ont un épais pelage dans le dos (oui, c'est mieux que ça se passe en Scandinavie et pas en PACA, du coup. Fait chaud!).
Et des Vittra ( qu'on en voit pas, puisque leur particularité est d'être invisibles). Et une petite référence au Nökken  (par contre, c'est assez marrant, parce que pour le coup, on a quelque chose d'approchant en PACA: le drac, une des rares créatures légendaires d'ici)
Donc oui, malgré quelques scènes assez WTF ( une tentative de réanimation avec des fils de lampe qui se termine en "  merde, ça n'a pas marché" qui m'a vraiment beaucoup faite rire. Ca n'a pas marché. Tu m'étonnes), l'ensemble est agréable et se laisse regarder. Le problème est que l'ensemble est d'une grande sobriété, alors pour le coup, le peu d'effets spéciaux ( pas forcément bâclés, hein.. ) qu'il y a se voient comme le nez au milieu de la figure. Et ça j'avoue que ça passe un peu plus moyennement, comme si c'était... hors sujet en fait, alors que tout le reste fait dans le réaliste, et que la majeure partie du temps, la série prouve qu'on peut faire du fantastique quasiment sans effets.
Et je les remercie sur un point: on évite les jumpscare à deux ronds, même lorsque des pasants se retrouvent soudain ace à un cadavre décapité, il n'y a pas 10 litres d'hémoglobine et la chose est amenée de manière futée: comme si la scène était vue par le cadavre. On sait donc qu'il va y avoir une révélation, mais pas de manière facile. Parce que tout est beaucoup plus fixé sur l'ambiance et l'angoisse, la brume, tout ça, que sur le grand-guignol. On n'est pas dans l'horreur pop-corn.

Et puis j'ai l'impression que le vrai sous texte de l'histoire, ce sont les difficultés de communications en famille.. et les problèmes mentaux: Eva est en froid avec son père et cherche sa fille. Tom, le policier est divorcé et se bat juridiquement contre son ex-femme qui veut l'empêcher de voir leur fille autiste. Gerda, la secrétaire de la scierie surprotège son fils adulte et malade mental ( en l'infantilisant sans en avoir conscience). Gustaf, le sous-directeur, a un fils caché qu'il ne veut pas reconnaître. Esmeralda est une orpheline, de réputée violente, qui a du mal a se faire des amis et est promenée de foyer en foyer. Les frères Olsson sont brutalisés par leur père alcoolique.. Il y a peu de gens qui aient une relation saine avec leur famille dans cette histoire.




Mais allez, j'ai bien aimé Ylva, la vieille excentrique avec son corbeau et son herboristerie,
oui, mamie cultive un jardin au plafond
 et Nicklas, le malade mental ( l'acteur n'a pas un rôle facile!). d'une manière générale, les personnages ne sont pas sympathiques, à commencer par l'héroïne, capable de se montrer franchement détestable, et ça n'est pas plus mal.. tout le monde est plus nuancé qu'il n'y paraît à première vue - même le tueur à gages, sale type s'il en est, mais viscéralement attaché à son chien - et ça, c'est une chose que j'apprécie. Et puis il y est question de cohabitation avec la nature et de respect de l'environnement.

Et dernière chose: cette série propose régulièrement des plans larges et vus d'avion de la forêt suédoise et... oui, de quoi me donner envie de réserver un départ le jour même pour la Suède.

Ce qui fait que malgré quelques petites imperfections, je la conseille aux amateurs d'ambiances étranges et de séries qui prennent leur temps. Evidemment, si votre truc c'est l'action, c'est plus mal parti ( je ne dédaigne pas non plus une fois de temps en temps)
cette image me rappelle le début de Shining, je me demande si c'était voulu.. pas impossible


3 commentaires:

  1. J'ai bien aimé lire ton article et en apprendre un peu plus sur cette série dont je n'ai vu qu'un épisode (peut-être le premier ? Celui où la fillette disparait et réapparait mystérieusement, posée sur un rocher dans la forêt). A part les apparitions de sa propre fille, le côté surnaturel n'était pas vraiment développé. Je comprends un peu mieux !

    RépondreSupprimer
  2. Mince, j'ai raté ça. .. Mais faut dire que je ne suis jamais très au courant du programme télé ��...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai su parce que ma mère m'a téléphoné pour me dire " hé il y a une série qui a l'air sympa sur ARTE", du coup, j'ai tout vu en replay semaine après semaine sur l'ordi ( pas de TV ici):D

      Supprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture