mardi 30 juin 2015

Harry Potter et l'ordre du Phénix - JK Rowling


Dernier billet pour le mois anglais et également par la même occasion lecture thématique de juin pour le challenge geek, je continue donc par ordre de tomes la découvrir la série. Donc ce que je vais dire reprend des éléments des tomes précédents, si vous n'avez encore rien lu, je vois renvoie  aux autres chroniques
Tome 1
Tome 2
Tome 3
Tome 4

vraiment pas fan de cette couverture, j'avais lu les autres dans la précédente édition. Là, folio a du trouver classe de mettre le nom du héros en argenté.. qui part très vite au frottement. Après quelques jours dans mon sac, il n'y a plus que "HA..Y P..ER" très incomplet. Dans peu de temps le livre s'intitulera simplement "... et l'ordre du phénix"

Il y a un a à peu près, j'avais laissé Harry en piteux état, après ce qui lui était arrivé à la fin du tome 4: un tournoi des trois sorciers désastreux qui s'était achevé en rencontre directe avec Volde.. aheum, Celui-dont-il-ne-faut-pas-dire-le-nom , qui avait une nouvelle fois tenté - et échoué- de lui faire la peau. Mais avait réussi cependant à tuer un autre élève de Poudlard , sous les yeux de Harry ( oui , le fait d'avoir assisté à une mort en direct a une importance particulière
Mais pourquoi Voldem.. aheum, Celui-dont-il-ne-faut-pas-dire-le-nom lui en veut il autant personnellement ce qui va être enfin expliqué à la fin de ce très gros cinquième tome.

On retrouve donc un Harry, comme toujours en vacances chez sa famille de blaireaux ( là aussi, on saura enfin pourquoi, même si c'est un peu tiré par les cheveux, il doit absolument y retourner chaque année, au lieu d'être confié en pension pour l'été chez d'autres sorciers par exemple). Suite à ce 4° tome donc Harry a les nerfs en pelote, et est constamment au bord de l'explosion: non seulement sa famille lui prend la tête, mais ses amis ne lui ont donné aucune nouvelle de tout l'été. et pour ajouter au stress, le voilà attaqué en pleine ville en compagnie de son cousin par des détraqueurs. Pas d'autre choix que de se défendre avec un sort, ce qui est interdit en présence de moldus. L'été se finit donc pour lui par un procès, avec la menace d'être renvoyé de Poudlard et interdit à vie de pratiquer la magie. La preuve étant faite qu'il s'agissait de légitime défense, il s'en sort sans problèmes, mais est dans le collimateur du ministre de la magie qui soupçonne un arrangement entre Harry et Dumbledore pour le destituer. concrètement, le ministre de la magie est du genre " tout va bien, le retour de Voldemort n'est qu'une baliverne montée par Dumbledore avec l'aide d'un gamin dérangé pour essayer de prendre le pouvoir".. Il a donc tout intérêt à discréditer à la fois Harry, Dumbledore et l'académie de Poudlard aux yeux du monde sorcier.

Et fait donc nommer une "taupe" du ministère professeur au lycée. Une femme charmante, sympathique et.. non je plaisante: une harpie qui ferait passer le professeur Rogue pour quelqu'un d'aimable et avenant.
il a quand même fallu que j'aille voir.. jouée par Imelda Staunton dans le film, elle n'a pas le côté crapaud décrit dans le livre, mais le décor... c'est vraiment ça, c'est horrible, j'en ai des sueurs froides!

Dolores Ombrage, c'est même pas le personnage qu'on adore détester, c'est le personnage qu'on déteste tout court: une mémère vêtue de rose, avec noeuds dans les cheveux, voix de petite fille et collection d'assiettes peintes à décor de chats. autant dire une torture pour les yeux.
Et une torture tout court, car son grand plaisir dans la vie est d'infliger des punitions qui sont réellement des tortures, physique et mentales.
Dolores, qui porte bien son nom, est insupportable, raciste - elle déteste d'emblée Hagrid parce qu'il est géant, et Firenze parce que c'est un centaure (sisi, ne contestez pas, symboliquement c'est du racisme)- procédurière et surtout ambitieuse, et de motions en règlements se fait nommer grande inquisitrice (ho que ça lui va bien) et directrice de Poudlard grâce au ministère.
hahaha, oui.. vraiment. Au moins Voldemort est un monstre qui n'essaye pas de cacher ses pulsions sadiques sous l'apparence de Mrs Doubtfire. Je pense qu' Imelda Staunton a du s'amuser énormément avec ce personnage, et l'es affrontements avec Maggie Smith doivent être savoureux!

Parallèlement on fait aussi connaissance de la famille de Sirius, particulièrement gratinée aussi dans le genre racistes et tortionnaires. Une bonne famille de sang-pur ( j'ai envie d'écrire "de bons aryens".. sisi, je suis sure qu'il y a là une référence à l'entre-deux guerres et à la montée des nationalismes.. une bonne petite famille de collabos qui a décidé de rayer de l'arbre généalogique celui qui fait figure de résistant)

Et malgré tous ces thèmes, malgré les explications que l'on a enfin, malgré beaucoup de bons passages, malgré une plus grande présence de personnages que j'apprécie beaucoup ( Sirius, Rogue et Neville, sur lequel on apprend enfin des choses et qui évolue bien dans ce tome), j'ai moins aimé que le précédent.

A cause de Harry. Oui, j'ai trouvé que son évolution dans ce tome se faisait dans une direction désagréable d'ado tête-à-claques. Certes, il est stressé, mal vu, victime d'injustices à tous les niveaux. Mais il est surtout horriblement doué pour se mettre dans des situations délicates et même douloureuses qu'il aurait facilement pu éviter en étant moins obtus et parano. enfin, parano seulement avec ses amis, parce que bizarrement, avec ses ennemis, il tombe systématiquement dans tous les panneaux qu'on lui tend, fait toujours le pire choix possible.. et s'étonne se prendre des retours de manivelle. D'accord, Dumbeldore a sa part de responsabilité là dedans, mais ça n'empêche que Harry réagit assez souvent comme un crétin fini qui se laisse avoir à la provocation. et finit par se mettre en danger. Et mettre tout le monde en danger. Et causer la mort.. de quelqu'un avec ses conneries.

J'espère qu'il va se ressaisir dans le tome suivant parce que j'ai quand même eu à plusieurs reprises envie de le baffer (même si j'ai apprécié la cruelle ironie du final: il a toujours eu en sa possession le moyen de vérifier si ce qu'il a vu en rêve était vrai, qui lui aurait évité la catastrophe, .. et ne s'en est jamais servi. CRETIN!)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture