lundi 29 décembre 2014

les rois maudits (t-1) - Maurice Druon

Quand j'ai vu le challenge royal l'an dernier chez Liliba, j'ai immédiatement décidé que ça serait LA bonne excuse pour relire les rois maudits de Druon. Bon, j'ai pris du retard dans mes projets c'est vrai.

Parce que j'ai beau faire, en matière de roman historique, j'en reviens toujours aux rois maudits. Fortune de France ne m'a pas autant plus, j'ai laissé le tome 3 en hiatus.
Parce que je ne résiste pas à la rouerie ni a l'abattage de sire Robert d'Artois, ni à celles de sa tante Mahaut.
Parce que je dois être une des rares personnes dans le pays répondre "Philippe le bel" à la question " citer les rois de France qui ont le plus marqué les français" ( contrairement à ce que disent les Inconnus dans "une famille en plomb")
Parce qu'une partie de l'histoire se passe chez moi, et que j'ai la tour Philippe le Bel en face de moi quand je regarde par la fenêtre à mon travail ( ceci expliquant la raison précédente)
Parce que tous les personnages sont soignés dans ce livre, y compris les plus secondaires... je n'y déteste personne, pas même Louis le Hutin.. pas même la (un peu) nunuche Marie de Cressay, c'est dire.
en fait j'ai une édition reliée non illustrée. Mais quand je pense qu'il en existe une avec Depardieu sur la jaquette, ça me rend malade. Je déteste ces rééditions opportunistes avec l'image du dernier film en date

Donc pour les gens qui ne connaîtraient pas encore, bien que cette série risque fort de connaître un regain de popularité ces temps-ci. En effet, GRR Martin l'a citée comme étant la principale source d'inspiration pour sa série Le Trône de Fer, ça peut donner idée à certains d'aller voir à la source.
Mais soyez prévenus, ici, pas de dragons, mais les origines romancées de la Guerre de cent ans, sur fond d'intrigues politiques.

Nous sommes en 1314, après des années de prison, de privations et de tortures, le procès des templiers ( tout à fait authentique) s'achève enfin.  L'ordre autrefois extrêmement riche, si riche qu'il pouvait prêter d el'argent même aux rois, a été accusé d'hérésie et s'est réduit comme peau de chagrin, entre les arrestations, les éxécutions ou ceux qui ont pris la fuite. Les seuls rescapés, le grand-maître Jacques de Molay et trois de ses compagnons d'infortune, sont vieux, miséreux et malades. Mais il n'empêche: ils gênent le roi de France et pas mal d'autres personnes qui ont eu la judicieuse idée de leur emprunter beaucoup d'argent juste avant leur capture. Il commence d'ailleurs à se murmurer que moins que l'hérésie, ce sont les dettes que les puissants ont contractées auprès du Temple qui ont décidé de leur arrestation et de leur exécution. Au moment ou commence ce premier tome, les derniers templiers sont condamnés à être exécutés, brûlés vifs en place publique. Le grand maître réserve malgré tout sa vengeance pour ce dernier jour et maudit le roi, sa famille, et les gens qui ont participé à la ruine de l'Ordre du Temple.

Deuxième intrigue, imbriquée à la première: Le complot mené par Robert II comte d'Artois, contre sa tante Mahaut. Suite à une situation complexe et au fait que l'Artois n'applique pas la loi salique, c'est Mahaut qui a pu hériter du comté, alors que son neveu s'estime en être le légitime héritier, suivant les lois du royaume de France. Or il se trouve que les deux filles de Mahaut d'Artois et une de ses nièces ont épousé les  trois fils du roi. Et il se trouve aussi que deux d'entre elles font porter à leurs maris de magnifiques paires de cornes. Deux fils du roi de France cocus. Robert espère donc utiliser cette information à son propre profit: discréditer les épouses infidèles ( qui sont aussi des cousines à lui hein...), et via leur disgrâce, faire déshérier sa tante.. à son propre profit.

Ah, ce personnage, je l'adore! Il réussit la prouesse d'être infréquentable, manipulateur, parfaitement salaud... et extrêmement sympathique en même temps. Le personnage qu'on aimerait détester, mais qu'on n'arrive pas à détester, tant il est intelligent et roué. A la fois complètement trompeur, puisqu'il parvient à se faire passer pour un rustre un peu lourdaud aux yeux de tous, et désarmant de franchise.. à bon escient. Un tacticien hors pair quand il s'agit de servir ses propres intérêts. Disons qu'un mensonge n'est jamais aussi crédible que quand il contient un fond de vérité, et que le Robert est aussi crédible sous ses deux faces de manipulateur rusé que de seigneur un peu extravagant et un peu lourdaud qui brasse de l'air et gueule fort et ostensiblement, il est les deux à la fois, et si bien que personne ne le soupçonnerait d'être en fait très très malin. Peut-être même mon personnage favori tous romans confondus, je n'ai jamais réfléchi à la question. Et Mahaut est aussi dans mon top 3 des personnages féminins, allez, disons première ex-aequo avec Grand-mère Osugi de "la pierre et le sabre", elles ont d'ailleurs plus d'un point commun.

Robert et Mahaut, sa tante sont le duo central du roman, mais face à eux, il y a une galerie de personnages tout aussi passionnants qu'eux. Ma préférence va comme souvent aux autres personnages très rusés de l'intrigue: Tolomei, le banquier Lombard qui tient les puissants au creux de sa main - ha le passage où il prête de l'argent à l'archevêque Jean de Marigny est très très drôle.  Et un personnage qui n'apparaît pas dans ce premier tome, le pape Jean XXII (qui se fait élire pape lors d'un conclave particulièrement long et pénible, en se faisant passer pour souffreteux, malade, qui va mourir dans l'année.. et va règner 18 ans). Le lecteur assiste à leurs manipulation comme un complice et c'est jouissif

Et comme j'ai vu les 2 adaptations filmées, je vais me faire le plaisir de les comparer
Claude Barma vs. Josée Dayan. Fight!
voilà c'est dit, dès le départ, dans ma tête Robert, c'est lui, et personne d'autre et puis c'est tout.
- longueur: avantage à Claude Barma, chaque tome est adapté en un épisode de 1heure ( si je me souviens bien), quand Josée Dayan élague au maximum pour tout faire tenir dans 30 minutes, alors forcément, ça va à cent à l'heure et on perd beaucoup beaucoup d'informations au passage

- interprétation: aheum.. j'ai presque honte là. après je peux comprendre qu'on n'accroche pas au côté très théâtral de la première version, mais quand même. J'ai presque eu l'impression que la 2° version avait fait le pari d'avoir le maximum d'erreurs de casting ( parce que Depardieu, comment dire un bon gros jovial pétant de santé dans le rôle d'un templier qui vient de passer des années au cachot, et qui est expressément décrit comme vieilli, maigre comme un clou et malade, ça n'est pas crédible. Pas du tout.). De même, même si j'apprécie Jeanne Moreau par ailleurs, avoir une Mahaut très vieille face à un Robert d'âge moyen, on perd énormément de ce qui était au centre du livre: la rivalité entre deux personnages entiers qui n'ont pas plus de 20 ans d'écart. La vraie Mahaut historique est née en 1268, son neveu en 1287, donc exactement19 ans d'écart, et même si on mourrait jeune au moyen-âge. L'action se passe en 1314, Mahaut est donc censée avoir 46 ans et Robert 27 (pour le coup, c'est Jean Piat qui était un peu âgé pour le rôle en fait.. ). Mahaut est une femme pleine d'énergie et de poigne qui défend avec acharnement sa position et son droit d'héritage face à un neveu aussi énergique et acharné qu'elle.

voilà, là c'est crédible
Une femme Pair de France qui siège aux débats royaux pied à pied avec les hommes, porte volontiers la cotte de maille et jure régulièrement " Mon neveu, ce loup méprisable" ou "encore un tour de mon putois de neveu". Pas une vieille dame frêle qui manipule les autres depuis son fauteuil.
oui.. mais en fait non.
 La pauvre Jeanne Moreau faisait vraiment sorcière là ... et je pourrais continuer comme ça.

En fait, il y a quand même un acteur de la seconde version que j'ai trouvé être un bon choix: Claude Rich en Jean XXII, le seul qui ait réussi à me faire oublier Henri Virlojeux l'espace d'un moment. Sauf que.. on revient au premier problème: il n'apparaît pas plus de 10 minutes, du fait de l'élagage du scénario. C'est vraiment du gâchis.
Louis Seigner en banquier dans la première version. Je ne sais même plus qui tenait ce rôle dans celle de Josée Dayan, c'est dire si ça n'était pas inoubliable.

- décors: Druillet ou.. minimaliste. Alors je le dis j'ai trouvé les décors de Druillet magnifiques, vraiment. Mais pour de la SF. Là c'est dommage, mais d'une part ça ne cadrait pas avec le sujet, d'autre part.. c'est dommage d'avoir utilisé d'aussi beaux décors pour un résultat aussi loupé.

Donc oui, hein, je reste à la version de Barma et je garde Hélène Duc comme la seule et unique Mahaut digne de ce nom, et Jean Piat comme le seul et unique Robert. Philippe Torreton n'était pas mauvais, mais il manquait d'ampleur. Robert est censé être un sale type charismatique auquel le lecteur pardonne tout car charismatique justement, et.. c'est ce qui lui manquait dans la deuxième version. On avait un Robert auquel on ne peut pas s'attacher, un peu trop Iznogoud " un jour je serai calife comte à la place de ma tante"
Hélène Duc, dont j'ai appris avec un brin de tristesse la mort en novembre dernier, un billet donc dédié à sa mémoire.


Tiens j'étais en train de me poser la question et quelqu'un y a réfléchit: faire un parallèle entre le roman originel et sa vision version GRR Martin, parce qu'en fait.. ça ne saute pas aux yeux, c'est le moins qu'on puisse dire ( bon évidemment,  Jeoffrey/ Louis le Hutin, ça oui, c'est évident: Louis est tellement à la masse que dès qu'il ouvre la bouche c'est pour s'entendre répondre " Louis, taisez vous!) par contre, l'idée que le gigantesque Robert, à plusieurs reprises qualifié de géant, soit devenu le minuscule Tyrion est très très drôle. Et pourtant suivant la même logique, j'ai totalement accroché à ce personnage dès le premier épisode: même sens du calcul, même rouerie cachée derrière une image de pilier de taverne et une apparente désinvolture.




2 commentaires:

  1. Relire ? Même pas lus pour ma part... shame on me, je sais ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance de ne pas l'avoir encore lu. 6 tomes bien enlevés ( le 7° est à part, même l'auteur n'a plus la foi et dit quelque chose comme: "je suis obligé par l' Histoire à quitter mes personnages favoris, le coeur n'y est plus, mais il faut bien que je finisse mon récit." :D)
      Ou si tu aimes le théâtre, tu peux voir la première version, je pense qu'on la trouve sur le site de l'INA.

      Supprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture