mercredi 25 septembre 2013

Oscar wilde et le meurtre aux chandelles - Gyles Brandeth

Oui, je sais, ce billet était prévu pour le 19 septembre, mais tel le lapin blanc " en retard, en retard, je suis en retard" (journées du patrimoine, départ en vacances qui s'annonce..). La LC " British mysteries" du mois nous emmène donc à Londres, en 1889. Rien que de très banal à première vue. Ce qui l'est moins, c'est que le héros du roman, comme le titre nous le laisse deviner, n'est autre qu'Oscar Wilde, le grand écrivain irlandais, himself.
j'ai beaucoup de mal avec la couverture multicolore, tout le monde m'a demandé si c'était de la chick-litt et personne ne m'a cru quand j'ai répondu " nonon, roman policier"
Oscar Wilde donc, qui, outre ses activités littéraires donne de temps en temps des cours à des élèves d'origine modeste mais prometteurs. Et justement, dès les premières pages, il tombe par hasard sur l'un de ses élèves, Billy Wood., mort dans une pièce entièrement vide, égorgé , dans une mise en scène qui évoque un crime rituel. Or lorsque Oscar (qui, bien que choqué, ne résiste pas à  une certaine tendance à remettre au lendemain, il faut bien le dire) se décide à aller signaler le meurtre à la police, le cadavre a déjà disparu, la scène de crime à été récurée de fond en comble. Pas de cadavre, pas de crime, et donc, pas d'enquête. Oscar décide donc de mener sa petite enquête, entrainant dans son sillage deux amis écrivains, Robert Sherard et un certain humm Arthur Conan Doyle, sur la mort du pauvre Billy, tandis que les autorités continuent à tergiverser.

Comment dire.. D'une part, on est dans un grand détective 10/18, donc comme souvent, ce n'est pas spécialement l'enquête qui compte vraiment, mais plutôt l'ambiance. et pour l'ambiance, là on est servis: de clubs huppés en soirées mondaines, de scotland yard aux réunion d'esthètes plus ou moins décadents ( enfin, décadents par rapport aux moeurs "officielles" de l'époque), c'est une visite plutôt sympathique du Londres de la fin du XIX° siècle. Plutôt sympathique, mais pas inoubliable.

En fait il y a 2 choses qui me gênent un peu: D'abord, quand on a Oscar Wilde comme héros, il faut bien s'attendre à ce qu'il prenne toute la place. Et pour le coup, Oscar est partout, tout le temps, et malheureusement, les autres personnages peinent un peu à exister. Du coup, je n'ai pas franchement pris les autres en affection, même pas Robert, le narrateur et meilleur ami de Wilde, un peu trop figé dans son rôle de Don Juan pour qu'on s'intéresse vraiment à lui.

Ensuite deuxième problème à mon sens: l'auteur connait bien ce dont il parle. Même un peu trop en fait, du coup il en fait des tonnes: références par ci, références par là, citations de Wilde, de Wordsworth, de Doyle, des scandales de l'époque, de Jack l'éventreur, de Marie Aguetant, de Ellen Terry etc.. du coup, il lâche l'affaire pour se concentrer sur ses références, et arrivée à la moitié, je le dis clairement, je me fichais totalement de savoir qui avait assassiné Billy. Mais alors vraiment totalement. Ce qui est un paradoxe pour un roman policier. Et j'avais déjà cerné les coupables dès le moment où le cadavre fait sa réapparition, ou en tout cas, dans ma tête j'avais inversé les rôles du meurtrier et de l'embaumeur.

Du coup, quand je vois qu'il y a des suites, policières aussi, je ne suis pas vraiment tentée. Car faire d'un personnage réel et bien connu un héros de roman policier, c'est un parti pris assez curieux, et j'en vois déjà pas mal les limites en un seul livre. C'est agréable à lire, mais assez artificiel par moments, j'ai l'impression en fait que toute l'histoire été fabriquée dans le seul but de caser les aphorismes du grand écrivain.
Donc .. pas vraiment convaincue, pour moi c'est un exercice de style, brillant, certes, mais un exercice de style.
Instructif malgré tout: j'ignorais que Doyle et Wilde se connaissaient et s'estimaient, et je ne connaissais vaguement Sherard que comme biographe de Wilde, sans avoir jamais rien lu de lui .. je vois qu'il a également écrit des romans et de la poésie.

enquête n°5: résolue!
Donc voilà, j'ai appris des choses, j'ai bien aimé.. mais pas au point de lire la suite en fait.
Auteur anglais, encore une fois

4 commentaires:

  1. Tu me donnes quand même envie de le lire paradoxalement. Dans ce que tu n'as pas aimé je trouve des aspects qui peuvent me plaire et après, ma foi, n'étant pas fan de polars hors polars historiques, je me dis que c'est avant tout l'ambiance que je recherche :) Merci beaucoup pour ton billet !

    RépondreSupprimer
  2. J'avais bien aimé le portrait de Wilde mais je suis comme toi, je ne pense pas lire les autres opus de la série

    RépondreSupprimer
  3. je l'ai lu et je n'en ai pas gardé un bon souvenir.

    RépondreSupprimer
  4. J'espère ne pas être trop déçue si je le lis un de ces jours.

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture