mardi 25 janvier 2011

Kamelott BD tomes 1 à 3 - A.Astier et S. Dupré

Un peu de BD par ici , il y avait longtemps.
J'ai donc tenté Kaamelott Version BD, avec maintes précautions je dirais , car je me méfie des adaptations en général, et en tant que fan de la série, je craignais le pire.

Alors comment dire, finalement, c'est meilleur que ce que je pensais, niveau scénario. Plutôt que se contenter simplement de transposer sur papier les premiers épisodes, ce qui donnerait un décalque inintéressant de la série télé, Alexandre Astier a la bonne idée de développer des intrigues parallèles, en partant d'un point vaguement évoqué ( le deuxième volume par exemple,brode autour des sièges de transports simplement mentionnés dans une énumération comme l'un des nombreux objets magiques inutiles entassés à Kaamelott). Avec en sus la possibilité de mettre en image des scènes de plein air, avalanche, bateau, mines.. ce qui n'était pas possible au format 3 minutes.
Ca c'est le bon point.
Sur le dessin par contre, je suis plus réservée ( surtout sur le premier volume, ça s'améliore ensuite). Le problème de se baser sur des modèles aux physiques bien connus des amateurs, c'est que l'erreur n'est pas permise. Si le Roi Arthur, Léodagan ou le père Blaise sont assez réussi, Perceval aussi dans une moindre mesure,  Merlin et les femmes sont assez ratés graphiquement, et la palme revient à Karadoc, méconnaissable. C'est d'autant plus gênant que les dialogues cadrent très bien avec les personnages, au point d'entendre les voix en lisant - oui, hein, je vous ai dit que j'étais fan.

Donc, dans le premier volume une armée de zombies vient envahir Kaamelott, enfin, envahir.. un à un. Arthur et sa fine équipe vont donc aller voir de plus près et rencontrer un nécromant flanqué de son assistant très bureaucrate et à l'efficacité proche du zéro, inventer la bataille en luge, essuyer une avalanche, affronter une bête mystérieuse - plutôt marmotte géante que dragon!- on est en terrain connu, le scénario mêle bonne humeur et gags décalés - le roi toujours dérangé par la dame du lac au moment ou il s'y attend le moins, Bohort qui panique sans cesse pour un rien, et rien que l'image finale vaut le détour. Donc, ça tient la route, malgé un graphime pas toujours top.

Tome deux: Nous allons enfin tout savoir au sujet des sièges de transports de Perceval, qui vit des aventures épiques du côté du Languedoc, coursé par des vikings qui rappellent pas mal des pirates d'Asterix, mais le plus drôle reste du coté de Kaamelott, ou le roi doit faire face à un manque de place, voyant son bureau régulièrement déplacé ou garni à ras-bord de céleris-rave par l'incompétent Hervé de Rinel ( assez réussi graphiquement, lui). Là encore, plutôt pas mal, mais je le redis, le meilleur reste du côté des gags absurdes autour du château ou de la taverne. Mais grosso modo, c'est peut-être mon imagination, mais j'y ai trouvé une ambiance qui m'a beaucoup fait penser à Astérix ( le coup des poulpes ne déparerait pas dans une des aventures du petit Gaulois.. après tout Kaamelott -la série- est à la légende arthurienne ce qu'Astérix est à la Gaule: un pastiche parfois inégal mais souvent savoureux)


Le troisième tome m'a beaucoup moins plu, par contre. Peut-être parce qu'il tourne beaucoup autour du duo Perceval-Karadoc et de Lancelot, et que décidément, non je ne me fais pas au graphisme de Karadoc, et que Lancelot n'est pas super réussi non plus?.Toujours est-il que cette enquête autour d'un vol d'or dans une mine n'est pas vraiment inspirée, peut-être le fait qu'elle se passe totalement dans un décor "extérieur" à ce à quoi nous avait habitué la série, le fait aussi qu'on voie pour la première fois un orque (toujours invisibles dans la série, on pouvait alors imaginer largement pire, c'était le bon côté),  ou encore le côté "Indiana Jones et le temple perdu" de cette quête minière qui n'est pas non plus 100% convaincant, bref, les deux premiers étaient sympas, celui ci est un peu ennuyeux, ou en tout cas un peu en deça de ce que j'espérais. Heureusement que les gaffes donnent un côté Tex Avery à l'ensemble, sinon, ça serait un volume vraiment plat.

Donc au final, une série assez inégale, le dessin ne surmonte pas toujours l'écueil de la ressemblance mais tend à s'améliorer, le pari était casse-gueule il est vrai, et la série s'en sort malgré tout honorablement, surtout lorsqu'on retrouve les gags loufoque qui font le sel de la version télé.J'ai malgré tout envie de savoir ce que peut donner la quête de Perceval contre le serpent géant du lac de l'ombre ( dont on sait déjà qu'il se plante en beauté, rapportant glorieusement une anguille en lieu de trophée.. ). Car Perceval est un peu mon chouchou version télé - comment dire, nous avons un peu les mêmes problèmes de latéralisation lui et moi.." la gauche, la droite, tout ça, j'aime pas ces trucs là, selon comment on est tourné ça change tout". Mon autre favori serait le caractériel Léodagan, j'espère également le revoir râler dans les tomes suivants.
.
17/30, ça avance!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture