Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouve un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture

Qui passe par ici?

Flag Counter

lundi 20 janvier 2020

challenge " je lis des classiques"

Tout le détail est là.



Je ne garantis pas de faire des étincelles, encore que, je le disais, mon programme de lectures obligatoire fait que je vais probablement avoir beaucoup de matière à y ajouter.
disons, que c'est un challenge sans risque, que je suis à peu près sure de pouvoir tenir! Donc je pars avec 6 lectures, mais possible d'augmenter ensuite.
avec le trombinoscope en cadeau...

  • Février : aventure ou quête initiatique J'attaque par Tarass Boulba de N.Gogol (la plaine, les cosaques, les chevaux,etc...)
    On connait son portrait peint avec sa coupe de cheveux un peu bizarre, mais en fait il était carrément mieux en photo. Niko, à 38 ans, était plutôt pas mal...je suis agréablement surprise.
  • mars : théâtre Lu mais pas encore chroniqué l'excellent "Malheur d'avoir de l'esprit" de A.Griboïedov
    Il n'a pas l'air marrant, mais sa pièce est très drôle avec un humour sarcastique réjouissant.

  • avril : nouvellesSi j'arrive à caler des nouvelles belges, pour le mois belge, ce sera génial et j'ai la chronique de Bruges la morte ( lu l'an dernier) à rédiger.
    Et j'ai La mort d'Ivan Illitch et 2 autres nouvelles de L.Tolstoï
    On connaît le papy à longue barbe en tenue campagnarde, mais, scoop,avant d'être vieux, il été jeune. Et c'était un authentique type bien, pacifiste et militant de l'éducation pour tous.

  • mai : contes et légendes ( associé avec le  challenge Contes et Légendes)
    Les contes d'Afanassiev, que je vais lire par anticipation, car je serai en plein dans les examens
    Je découvre  sa tête en même temps que vous

  • juin : auteur de nationalité anglaise ou d’un autre pays européenTerry Pratchett n'est pas classique, mais je viens de trouver Tess de Thomas Hardy dans une boîte à livres
    Autre pays, mais pas franchement plus joyeux.

  • juillet/août : auteurs russes et/ou soviétiques Dans l'idéal, cet été il faudrait que je lise le Maître et Marguerite de Boulgakov et Les âmes Mortes de Gogol. Sous les pavés, pas de plage.

    Tant pis pour la loi Evin, Micha garde sa clope.
  • septembre : classiques américains
    J'en ai, mais...
  • octobre : adaptation
    on verra, probablement un film ou une série, tiré d'une de mes lectures obligatoires. Probablement Oblomov de Gontcharov ET son adaptation en film par Nikita Mikhaïlkov.
  • novembre : science-fiction et fantastique L'idée très utopique est de lire la nouvelle traduction de " Nous autres" de Zamiatine, rebaptisé Nous ( son titre original)
    là aussi je découvre sa tête.

  • décembre : Noël
    Je serai en pleine révision d'examens, donc, sans moi, et le thème ne m'inspire pas.
Pour le sujet qui m'occupe , vous pouvez déjà piocher des idées sur mon étagère russe, on y trouve surtout des auteurs classiques.

Je ne peux que vous conseiller Leonid Andreiev, parmi les auteurs peu connus, j'ai adoré ses 7 pendus, en poésie, bien évidemment mon chouchou Serguei Essenine ( non je ne vous ficherais jamais la paix avec cet auteur!), et Tourgeniev qui a été une très agréable surprise, que j'ai un peu envie de rapprocher de Maupassant, pour vous donner une idée. Considéré comme le"plus européen des auteurs russes" (et le premier à avoir été traduit en français, de son vivant), il est probablement le plus abordable pour commencer.
Je déconseille d'attaquer par Dostoïevski,ou alors, ses textes courts, à moins que vous n'ayez vraiment le courage de vous attaquer aux 1400 pages très mystiques des Frères Karamazov. Crime et Châtiment est plus abordable si vraiment vous voulez un texte long.

Pouchkine est l'incontournable et très drôle en plus.

Leonid Andreiev, photo autochrome qui a plus de 100 ans d'âge, j'adore, la qualité des couleurs est extraordinaire.
et ce tranquille monsieur dans son cadre bucolique était un des auteurs les plus sombres de sa génération.
Et une très jolie découverte "petite-russienne" ( ancien nom de l'Ukraine) : Volodimir Korolenko - le musicien aveugle.

Je n'ai pas encore la liste des lectures imposées pour le second semestre, donc mise à jour quand je le saurais, mais je rajoute ceux que j'ai à disposition sous la main. Tout ne sera pas là, et évidemment je n'intègre pas ici les contemporains.
XIX°
- Lermontov - un héros de notre temps.
- Gontcharov - Oblomov
- Gogol- Le portrait, le journal d'un fou
- Tourgueniev - Premier amour
XX°

- Pasternak - le Dr Jivago (URSS)
- Grossman - Vie et Destin (URSS)

A trouver:
- Marina Tsvetaïeva - Mon Pouchkine, ou poèmes (URSS)
- Vladimir Maïakovski
- Daniil Kharms ( poète absurde que j'ai bien envie de découvrir)
Pour la poésie; je vais tenter, je dis bien tenter de faire une petite sélection de textes et de les traduire. J'ai une anthologie de la poésie russe, mais qui a la fâcheuse tendance à traduire en rythmique française des vers qui sont basés sur l'accentuation des mots (on compose en russe suivant des iambes et des trochées, l'alternance de longues et brèves étant transformée en "voyelle accentuée - non accentuée".Autant dire que vouloir à tout prix transformer un texte poétique qui joue là -dessus, et un peu sur les assonances ou allitérations, en vers à la française qui misent tout sur la rime... 9 fois sur 10, bof!)

Tous ne seront pas lus cette année, évidemment, puisque d'autres lectures  vont s''y ajouter, plus des contemporains ( j'ai bien envie de lire un Boris Akounine, l'autre bonne surprise de l'an dernier, Maie Gagarine, publié dans les années 80, ou Nightmare Mode!  L'accompagnatrice de Nina Berberova en VO! 100% Vo)

EDIT: je viens d'avoir le programme du second semestre qui intègre des extraits de lavictoire de Mychine de Daniil Kharms. Contente , je suis!
Plus "la petite ville " de Nadejda Teffi , que je ne connais même pas de nom, et "les douze chaises" de Ilf et Petrov (que mes camarade de Belgique ont aussi à lire). En théorie je n'ai à lire que les extraits en VO, mais si je trouve des traductions de l'oeuvre entière, je prends!

ET une thématique "poésie du XX°S" avec , *roulement de tambour* Serguei Essenine. en fait, Blok, Akhmatova, Essenine, Okoudjava que je connais, et 2 inconnus pour moi, Zabolotskiï et Roubalskaya.

Je dis ça mais une partie des textes mentionnés précédemment est en édition bilingue.

PS:
Marjorie m'a un jour posé cette question intéressante "pourquoi dans les romans russes"les personnages changent de nom entre 2 pages?"

La réponse est simple:les prénoms russes sont rarement employés tels quels, ça sonne trop administratif. Et selon le degré de familiarité ou d'affection, on utilise des diminutifs souvent plus longs que le prénom d'origine.

Comment nos auteurs étaient-ils appelés par leurs parents ou leurs grand- parents?
Nikolaï Gogol⇒ Kolia
Aleksandr Griboiedov, Afanassiev,  Pouchkine ⇒ Sacha, Choura, Aleks
Mikhaïl Boulgakov, Lermontov⇒Micha
Evgueniï Zamiatine ⇒ Jenia
Ivan Gontcharov, Tourgueniev ⇒Vania, Vanoucha
Boris Pasternak  ⇒Boria
Vassiliï Grossman ⇒Vassia
Vladimir Maïakovskiï ⇒ Vova, Volodia
Lev Tolstoï, Leonid Andreiev ⇒ Pas de surnom standard à ma connaissance.
Maksim ( "le plus grand") n'en a logiquement pas à cause de son sens

Ca peut aller encore plus loin: le bonus " Babouchka", plus le surnom est long, plus il est affectueux: Sacha, Sachenka, Micha, Michenka Vania, Vaniouta, etc...
Ca marche aussi pour les femmes:
Natalia ⇒ Natacha ( c'est un seul et même prénom en russe)
Maria ⇒ Macha, Machenka, Machoura, Machoula, Maroussia, Moussia, Moussotchka (oui on fait des diminutifs de diminutifs de diminutifs...)


Plus le prénom est courant, plus il y a de diminutifs ( Alexandr, Maria, Ivan en ont une collection, la créativité des mamies n'a pas de limite). Mes amis se nomment Sergei (Sirioja, Siriojenka) et Dmitriï (Dima,ou Mitia, qui devient Dimochka ou Mitienka).

Lydia, (le mien) donne en général Lida, mais pour mon pote ukrainien ( qui à l'âge d'être mon père ou du moins mon oncle), c'est Lydouchka, Lydotchka, Lydienka. Je n'aime pas trop, mais avec Yacha ( Yakiv de son nom officiel, équivalent ukrainien de Jacques), j'ai du déposer les armes, et faire avec, il ne m'appellera jamais par mon nom officiel, le seul qui ait cours en France.

Donc ne vous étonnez pas de voir au détour d'une page Maria qui devient Moussia ou Vladimir appelé Volodia.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire