samedi 13 septembre 2014

Discworld 1 ( jeu vidéo abandonware)

Ah, ça faisait longtemps que je n'avais pas proposé un p'tit billet gaming. Et pour cause, j'ai réussi à trouver il y a quelques temps " discworld" un jeu vidéo de style RPG, basé bien sur sur l'univers déjanté du disque-monde de Pratchett. sorti en 1996 sur PC, Saturn, Playstation, il est maintenant disponible en abandonware ici, et jouable donc sans problème sur un ordi contemporain muni de dosbox par exemple.

Et ce jeu est long, là pour le coup, je ne me plaindrais pas de la durée de vie. Et surtout très très compliqué. Et pas intuitif , dans le sens où, le joueur n'est pas aidé du tout. Mais du tout, il faut deviner sans cesse ce qu'il va falloir faire pour obtenir un item, et souvent, c'est très fidèle à l'esprit Pratchett: Gnuh? WTF? hein? qué?

Donc, le synopsis: on y pilote Rincevent, le "Maje" , qui se retrouve une fois de plus mêlé à l'insu de son plain gré à des situations délirantes et dangereuses. Une société secrète s'est mis en tête de prendre le pouvoir à Ankh-Morpork, en invoquant un dragon qui terrorise la ville. Pour se faire, un livre a été volé dans la bibliothèque de l'université de l'invisible, c'est donc aux mage qu'il incombe de faire cesser tout ce bazar.. et quand on dit aux mages..; ploum ploum ça-sera-Rincevent-qui-s'y-colle.. hoooo pas de bol.
Mais en échange, et s'il est toujours vivant à l'issu de cette (més)aventure, il ne sera pas renvoyé et on ne lui diminuera sa bourse d'étude que de moitié.

petit déjeuner explosif chez les mages...

En fait le principal problème vient de ce que depuis des années, on est habitués dans ce type de jeux à avoir un journal de quêtes, histoire de se remémorer ce qu'il reste à faire. Hors là, non. Il y a bien un inventaire ( réparti entre la poche de Rincevent, qui ne contient que 2 places) et le bagage ( d'une capacité infinie).. ce qui oblige parfois à déplacer des objets de la poches à l'inventaire et inversement lorsqu'on veut s'en servir et que le bagage ne peut pas suivre- sur les toits par exemple ( QUI, à votre avis a du refaire 2 fois le même tableau assez long parce qu'elle a oublié de faire passer le miroir du bagage à la poche ? qui?).
 Mais pas de journal de quête et ça devient vite infaisable lorsqu'on ne se souvient plus de ce qu'on cherche.

Par exemple,
Acte I: la première mission que l'archichancelier confie à Rincevent est de lui ramener le matériel nécessaire pour construire un détecteur de dragon. Voilà ce qu'il demande:
 4 objets (un bâton spécial, une spirale, une créature et un récipient en fer) ainsi qu’un échantillon de l’haleine du dragon. Je rappelle qu'il n'y a pas de journal de quête. Mémorise tout ça, ami joueur, ou note le sur un papier, mais tu n'avais qu'à écouter l'archichancelier, il ne le répètera pas 2 fois! Allez, hop, va fouiller chaque recoin de la ville et ramène moi tout ça!
bienvenue à ankh Morpork, la capture d'écran que j'ai trouvé est en anglais, mais rassurez-vous, sur le lien que j'ai donné, tout est écrit en VF. Et vous allez souvent vous balader, j'vous dis!

Le bâton spécial  est une baguette qu'il faut dérober à un mage qui dort dans la salle à manger en l'échangeant contre un manche à balais qu'on a récupéré un peu plus tôt. Ok, là ça va encore. La spirale ?
Il fat aller fouiller la ville, et quand je dis fouiller, ça veut dire examiner PUIS parler à absolument TOUS les PNJ dans TOUS les lieux accessibles. La spirale est un bigoudi ( fallait deviner) qu'il faut récupérer dans la poche d'un coiffeur, en utilisant une compétence " pickpocket" acquise un peu avant sur le marché en parlant à un quidam. Oui mais, le bigoudi est dans les cheveux de la cliente du coiffeur. Il faut:
1- regarder le bigoudi
2- regarder la dame
3- regarder le coiffeur
4- parler à la dame pour qu'elle change d'idée
5- le coiffeur met le bigoudi dans sa poche
6- parler au coiffeur, qui va rêvasser en pensant à sa petite amie
7- profiter de ce moment pour utiliser la compétence pickpocket sur la poche du coiffeur.
Et bien sur, j'avais inversé l'étape 1 et l'étape 2 . Et ça n'aboutissait à rien, puisque dans ce cas, elle ne change pas d'avis, si on n'a pas examiné d'abord le bigoudi.
Les deux autres items ne sont pas plus évidents.
Et là, ce n'est que le début. Si je vous dis que plus on progresse, plus la difficulté va croissant?
Ben oui, la mort passait par hasard.. au sommet d'une tour, quand Rincevent est en posture dangereuse...

Dans l'acte II, Rincevent apprend que le dragon est prisonnier, invoqué contre son gré, que c'est un gentil dragon qui veut juste recouvrer sa liberté. Et doit lui ramener des objets appartenant à des PNJ que l'on a croisés dans la première partie. Oui mais QUI? et comment obtenir leurs insignes? ( en fait il faut se souvenir des surnoms des "frères" dans l'introduction, qui sont liés à leur métier - et pour moi qui étale mes temps de jeu sur plusieurs jours, c'est tout bonnement infaisable. Et bien sur pour arriver à tout ça il faut se déplacer un peu partout en ville, puis revenir à l'université où à la suite d'action totalement impossible à deviner par soi même mais qui impliquent un type louche et une banane en or massif, on découvre un passage secret dans la bibliothèque, vers l'espace L, permettant d'aller et venir librement entre le présent et le passé. Evident, n'est-ce pas?! a partir de là, il va falloir faire des allez retour entre le présent et le passé, qui je l'avoue sont  assez relous: agir dans le présent pour découvrir qu'un item n'est pas accessible car patatipatata la nuit d'avant, aller dans le passé pour le modifier, revenir dans le présent pour récupérer l'item.. et passer au suivant

En fait, je pense sérieusement que ce jeu est d'une telle difficulté qu'il est infaisable, tel quel, dans les conditions de 1996,  pour qui que ce soit. Dès la 1° étape, difficile de savoir quoi faire : Rincevent doit réveiller le bagage qui dort sur son armoire.. en utilisant un balai qu'il doit aller chercher ailleurs dans l'université! Comment je peux deviner ça moi?
oui, jeu, je me doute qu'il faut faire descendre le coffre, mais sérieusement, tu ne m'aides pas!

Je ne sais pas si le jeu avait un livret détaillé à l'époque, mais j'en doute fortement.. Je plains très sincèrement les joueurs de l'époque qui ont du se débrouiller tous seuls, sans forum d'aide... Car dès la première étape j'ai du utiliser un walkthrough détaillé. Après avoir passé plusieurs heure à chercher ce que je devais faire. Parce qu'il n'y a aucun journal de quête me disant simplement " il faut chercher un objet pour réveiller le bagage"
Donc walkthrough obligatoire, à suivre à la virgule près .

Donc pourquoi, me direz-vous, jouer à un jeu tellement compliqué qu'il est infaisable sans suivre le scénario à la lettre?

Parce que
- tout de style cartoon, 2D, comme j'aime, qui fait que même s'il date de 1996, j'ai envie de le considérer comme du rétro gaming ( la difficulté m'incite justement à le classer en retrograming!)
- totalement imprégné de l'humour non-sens de Pratchett, et bourré de références aux livres ( donc oui, être  fan de Pratchett aide beaucoup à apprécier!)
Ca n'est pas précisé, mais je déduis qu'il s'agit du sergent Côlon et du Caporal Chicard

- le plaisir de croiser des personnages phares de la saga: L'archichancelier, le doyen, Vindelle Pounze, le patricien Veterini, les trolls en pierre, le bibliothécaire, Planteur JMTLG, Nanny Ogg, ou encore Deuxfleurs qui vient jouer au conférencier..


Les cavaliers de l'apocalypse qui jouent au cluedo!
J'aime, j'aime.. en plus c'est plutôt très joli, niveau décors, pour l'époque..
 - et les lieux incontournables de la belle ville d'Ankh-Morpork: l'université, le tambour rafistolé, la maison des affections négociables, les ombres...

- Sous titré en français, sans fautes d'orthographe - une vraie prouesse pour l'époque - et les dialogues sont savoureux.
- les musiques d'ambiance sont très bonnes, et il y en a 64! ( ok, certaines sont des variations d'un même thème, mais j'aime énormément cette variété, et celle de l'espace L est complètement digne d'un groupe de prog!)


- LA raison absolue: il est doublé en anglais. And the icing on the cake is: la voix de Rincevent est faite par
Eric Idle. Je répète , la voix de Rincevent, c'est ERIC IDLE!

une petit exemple? Rincevent discutaille avec la mort.

Je me demandais pourquoi la voix m'était non seulement familière , mais en plus, pourquoi les intonations étaient à mourir de rire..

Disons, que pour simplifier, plutôt que de vraiment le considérer comme un RPG, autant le voir plutôt comme un roman interactif  dans l'univers du disque-monde. Là oui, en partant de ce principe, ça vaut totalement le coup,  j'ai régulièrement rigolé comme une baleine.

et vous savez quoi? malgré la difficulté du premier, je dois, JE DOIS, trouver le deuxième ( il est aussi en abandonware).. admirez moi ce générique!
billet commun "jeu vidéo" de septembre.

1 commentaire:

  1. L'ambiance de ce jeu était chouette mais sans les solutions, je tournais un peu en rond avec Rincevent. Ton billet donne envie de m'y remettre pour retrouver les personnages du Disque-monde.

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture