dimanche 8 janvier 2012

La vallée de la peur - Arthur Conan Doyle



En doublette pour le mois anglais (oui! je sais! Doyle est écossais, mais ça compte quand même), et deuxième lecture pour le défi Sherlock.

Alors, laVallée dela Peur, trouvé par hasard aux puces, que nous dit en substance la 4° de couverture: " Rempli d'intrigues et d'action, La vallée de la peur, où l'ont voit Sherlock Holmes se mesurer avec Moriarty, adversaire en tous points à sa taille, est sans doute le meilleur roman de Conan Doyle".. alléchant n'est-ce pas, avec un joli château sooo british en couverture.

STOP!

Si je parle d'emblée de la 4° de couverture, c'est que j'ai rarement vu quelque chose d'aussi erroné, et qui m'a du coup complètement induite en erreur:
- Moriarty n'apparaît pas, Holmes enquête sur le meurtre d'un nommé Douglas, au sujet duquel il a été renseigné par un nommé Porlock qu'il suppose faire partie de la bande de Moriarty. Mais pas d'affrontement et encore moins de Moriarty. En ce qui concerne la solution du meurtre, elle est révélée à la fin de la première partie, du coup, la suite n'a aucun intérêt.
- Holmes lui même n'apparaît que très peu, le roman est divisé en 2 parties, il n'intervient, et Watson avec lui, que dans la première partie et un épilogue minuscule tout à la fin. La deuxième partie, la plus longue, se passe non pas en Angleterre, mais dans une vallée minière des USA, un coin paumé où s'affrontent les forces de l'ordre et une bande de malfrats organisée sur le modèle d'une société secrète de type maçonnique, avec rites d'initiations et tutti quanti, plus le soupçon de romance qui va bien entre Douglas, connu sous le nom de McMurdo et une immigrante suédoise. Le tout supposé nous éclairer sur le sombre passé du quidam .C'est bien joli mais, comment dire.. ha oui je sais: on s'en tape!
- En fait, toute cette deuxième partie est longue, mais longue, mais fastidieuse (et elle fait environ 150 pages pas plus), dans une ambiance western. j'adore les westerns à la base pourtant, mais là, j'ai envide de dire que je ne suis pas là pour ça, et malgré le coup de théâtre final pas forcément original mais inattendu ( comprendre :  il ne se passe tellement rien d'intéressant dans tout ce passage que j'ai presque été étonnée de lire un retournement de situation), j'ai trouvé cette partie indigeste au possible. Et franchement des terrils enneigés d'un patelin US quand on attend plutôt la campagne anglaise ou la lande brumeuse écossaise, c'est frustrant au plus haut point.

Autant j'avais bien aimé Le chien des Baskerville, autant j'ai trouvé celui là raté, mal équilibré. La deuxième partie entière aurait pu être résumée dans un seul chapitre. On aurait une une grosse nouvelle et ça serait beaucoup mieux passé, cette escapade américaine ne fait que diluer une intrigue qui était déjà arrivée à son terme. Et ce n'est pas la minimale mention de Moriarty dans l'épilogue ( en tant uniquement que possible expert du crime qui joue les nettoyeurs pour l'organisation américaine, mais ça reste un vague soupçon) qui nous donne l'affrontement annoncé. Donc: je suis frustrée!
Ha si quand même: l'action de la première partie se passe du 6 au 8 janvier. Je publie mes conclusions le 8 janvier. C'est pas la classe ça?

2 commentaires:

  1. J'avais plutôt bien aimé pour ma part ! J'ai même préféré la deuxième partie à la première, où beaucoup de choses étaient facilement devinables et pas très originales ! Bon, ce n'est pas le meilleur SH, mais c'est loin d'être le pire pour moi !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne l'ai pas encore lu, il est dans ma PAL. Les avis sont assez partagés sur ce volume des aventures de Sherlock.

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture