jeudi 6 octobre 2011

Musique irlandaise (1) - Rory Gallagher

Pour son challenge irlandais, Val nous met au défi de parler de musique. Chiche! Pari tenu!
Vais-je vous parler de U2? non, trop facile!
Des Pogues? mmm peut être, mais pas tout de suite ( et d'abord officiellement , ils sont anglais)

Non, moi, quand je pense musicien irlandais, je pense Rory Gallagher, d'emblée. Je suis quasiment sûre que la majorité d'entre vous n'en a jamais entendu parler,  à part d'être fan de blues, c'est donc une autre bonne raison pour le faire ( et avant que vous posiez la question, non, rien à voir a priori avec les frères Gallagher d'oasis...)

Alors,  tout d'abord, Rory Gallagher est, ou plutôt, malheureusement, était, un bluesman. Donc pour ceux qui sont résolument réfractaires au blues, désolée, mais il va en être fortement question ici.
Secundo: j'adore ce qu'il a fait. Vraiment. C'est comme ça, je suis fan. Autant dire que la partialité, je vais momentanément la laisser au placard.

Donc pour situer, Rory Gallagher, natif du Donegal, guitariste, mandoliniste, harmoniciste, chanteur, saxophoniste ( vous savez, le genre de gens qui vous dépriment lorsque vous essayez vainement d'apprendre la guitare), est donc non seulement mon musicien irlandais favori, mais aussi plus généralement, mon bluesman favori. Il s'est principalement illustré dans le blues rock, mais en laissant toujours une place importante à l'acoustique lors de ses concerts ou ses enregistrements. Mais, bien que je n'ai pas eu l'occasion de le voir en live, hélas, la raison principale de cette admiration immodérée ressort assez bien sur les enregistrements et vidéos: ce gars là était passionné, toujours à fond dans ce qu'il faisait. Et ça c'est une qualité qui me touche beaucoup chez un musicien, cette capacité à toujours chercher à donner le meilleur de soi-même pour son public, quitte à finir sur les rotules, à prendre au serieux ce qu'il fait sans se prendre au sérieux lui-même. Ca force l'admiration, en tout cas la mienne.

Il est relativement oublié de nos jours, surtout sur le continent, car il faut bien le dire, le blues ne bénéficie pas d'une mise en avant sur les principaux média ( trop confidentiel coco! Y'a pas de thunes à se faire avec du blues! et c'est même pas des jolies filles qui se déhanchent).
Par contre, plus de 15 ans après sa mort, sa popularité est toujours très forte en Irlande, en témoigne le festival annuel qui lui est dédié dans la petite ville de Ballyshannon, judicieusement nommé "Going to my hometown", du titre d'une des chansons phares de l'enfant du pays.

Mais, place à la musique, c'est pour ça qu'on est là! Je vais tenter de vous faire une sélection représentative ( au moins pour moi)

- 1970, avec l'éphémère groupe Taste à l'île de Wight. Le groupe a sorti 2 albums, et plusieurs lives, mais s'est assez vite dissout. Dommage, leurs compositions étaient assez éclectiques, parfois volontiers teintées de rock prog, de jazz


Et pour illustrer ce que je dis un  titre assez free-jazz que j'aime bien

Mais évidemment, il y a moins de sources vidéo sur cette période.

Bon, je suis sure que vous préférez quelque chose qui bouge plus, j'ai ça! Un peu de blues rock?


Bullfrog blues: alors ça, c'est exactement le genre de concert où j'aurais adoré aller ( une seule chose me chiffone: il n'y a que des gars! elles sont où les amatrices de rock? Je peux vous assurer qu'un concert pareil, je suis la première à agiter mes cheveux sur la scène.) Mais vous voyez ce que je voulais dire, c'est exactement ça qui me plaît chez ce musicien, de ne pas rester tranquillement sur la scène en mettant une distance avec le public. Non, pas de distance, et hop, on s'amuse avec les gens qui dansent devant. Et ça c'est top.


Après, et parce que c'est mon genre favori, le monsieur s'est aussi illustré avec talent dans le blues acoustique, ce qui est de loin plus difficile qu'un déluge de notes qui va entraîner la foule:
- Pistol slapper blues, une reprise de Blind Boy Fuller , du bon blues bien roots à la steel guitar

- Too much alcohol, extrait de la même émisson, ( vous devriez voir mon sourire quand j'écoute ça...)


allez, encore 2 petits fichiers.. parce que vraiment je ne peux pas faire l'impasse sur Goin' to my hometown, puisque vous vous en doutez, il a eu un très très grand succès en Irlande, d'autant qu'il est très nettement influencé par la musique irlandaise, grâce à la mandoline.
La version ici est celle du DVD Irish tour, que je trouve très intéressant, car les quelques images insérées nous rappellent  que la situation était plus que tendue en 74 dans le nord du pays. L'interview qui l'accompagne a été tronquée ici, mais en quelque mots le groupe nous expliquait qu'il était impensable de ne pas intégrer Belfast et le nord du pays dans une tournée en Irlande, puisqu'ils viennent en tant que musiciens, qu'il est hors de question dese laisser impressionner par le climat politique, etc... peut-être pas la version la plus claire ou la plus audible du morceau, mais je vous laisse juger de l'accueil!

Et encore un petit dernier pour la route, simplement parce que là, pour moi, lorsque je parlais de la capacité d'un musicien à tout donner, à être à 100% dans ce qu'il fait, sans même ne plus avoir conscience de du public, c'est... wahou - oui je sais, j'arrive à la limite de mes qualificatifs, mais comment définir une transe musicale ( et en comparaison des versions CD du même morceau, là, c'est une  sacrée impro)

Un petit mot aussi pour Gerry McAvoy, le bassiste que vous avez pu voir quasiment sur tous les enregistrements ( et qui est pour beaucoup dans l'effet "transe hypnotique du dernier morceau), il continue à tourner à l'heure actuelle avec Brendan O'Neill (le batteur) avec le groupe blues Rock Nine Below Zero, que j'ai eu l'occasion  de voir sur scène il  ya 2 ans et enfin, si vous aimez le blues-rock, ça déménage pas mal.

Alors pour ce qui est des conseils Cd, je suis à peu près d'accord avec ce site ( tenu par un gars au moins aussi objectif que moi). Je conseille donc pour ceux qui veulent découvrir en priorité le Irish tour (cd et DVD), le live en Europe et personnellement, j'ai un faible pour Deuce, le deuxième album. Ceux des années 80 me plaisent un peu moins, car moins blues, d'où le fait que je n'ai pas cherché d'extraits (ça et le fait que sur la fin de sa vie, il était gravement malade, et même si musicalement ça reste bon, ça m'attriste un peu de voir mon musicien favori malade et affaibli)

Voilà c'était le premier sujet musique spécial Irlande.. il y en aura d'autres (moins longs rassurez vous, j'ai commencé par celui que j'apprécie et donc connais le plus)

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    Je participe aussi au "challenge irlandais" et je suis allée sur la page de Valou pour voir ce que les autres ont publié.
    J'ai découvert Rory Gallagher il y a un an seulement avec l'album rêvé pour le découvrir puisque il s'agit du "Irish Tour" que j'ai emprunté dans une médiathèque. Coup de foudre immédiat à la première écoute surtout pour "A million miles away" et "walk on hot coal" où il y a des envolées de guitare magnifique. Depuis j'ai découvert d'autres chansons grâce à youtube où les vidéos de Rory sont nombreuses...
    Et j'ai bien aimé votre article et je trouvais dommage qu'il n y ait aucun commentaire, il donne en tout cas envie de connaître cet artiste.
    Amitiés
    Esclarmonde

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture