jeudi 18 août 2011

Sous le masque de Ré - Paul Doherty

catégorie objet: un masque

Un petit polar historique de chez 10/18, pour l'été? Ça fait pas de mal, et puis ça fait longtemps.

Paul Doherty, donc, auteur de romans policiers, et qui écrit sous tellement de pseudonymes différents que c'est à vous donner le tournis:
Paul C. Doherty, Paul Doherty, Paul Harding, Vanessa Alexander, C.L. Grace, Michael Clynes, Anna Apostolou et Ann Dukthas.
Oui tout ça, c'est bien le même auteur, qui utilise quasiment un nouveau nom de plume pour chaque nouvelle série qu'il entreprend. J'avais déjà lu "le temps des poisons" signé CL Grace, sympathique polar médiéval narrant les aventures d'une apothicaire anglaise.


Donc, même auteur, mais sous un nom différent pour une série toujours policière, mais se passant dans l'Egypte antique cette fois.


1479 av.JC. Nous assistons au retour triomphal du pharaon Touthmosis II à Thèbes, auréolé d'une éclatante victoire. Il n'aura pas l'occasion de profiter bien longtemps de sa gloire, car, à peine arrivé à Thèbes, il meurt soudainement  piqué par un serpent. Les dernières personnes à l'avoir vu vivant s'accordant à dire qu'il semblait perturbé et inquiet quelques jours auparavant, des soupçons surgissent: mort naturelle? accident dû à la négligence d'un domestique? ou meurtre?

Dès lors une série de morts suspectes se produisent dans l'entourage de feu le pharaon, et la reine Hatchepsout charge le juge Amerotke de mener l'enquête.

On est bien là dans une série "grand détectives" de chez 10/18: enquête policière dans un cadre historique. Mais celui ci ne m'a pas franchement enthousiasmée ( laissons lui le bénéfice du doute: il s'agit du premier volume d'une nouvelle série, il faut le temps à l'auteur de présenter ses personnage, donc il y a pas mal de digressions dont on se passerait: Amerotké qui soupçonne sa femme d'infidélités, Shoufoy son serviteur qui fait du recel d'objets volés...)

Mais bon a priori, sur un sujet proche, concernant la même époque, j'avais plus accroché aux enquêtes du lieutenant Bak de Lauren Haney ( ou apparaissent aussi Hatchepsout et Touthmousis III son neveu).
Je ne sais pas trop pourquoi. Dans cette série là, le principe de l'enquête moderne transposée dans le passé ne m'avait pas choquée, tandis que que chez Doherty, je ne sais pas, je l'ai trouvé trop moderne en fait, un peu trop pour ne pas voir les grosses ficelles. Les personnages ont des réactions un peu difficiles à croire pour une telle époque. Peut être aussi tout simplement que Bak était un héros plus sympathique qu'Amerotké.

Mais je crois qu'au final, ce qui me gêne le plus c'est le présupposé que l'auteur fait que Touthmosis II aurait pu vouloir réformer le culte polythéiste pour en faire un culte monothéiste. Et malgré ce que l'auteur dit pour se justifier: 100 ans plus tard Akhenaton le fera, donc ce n'est pas farfelu, en présupposant que l'Egypte de l'époque était plus ou moins prête pour ce genre de révolution.
On pourrait lui objecter: Akhenaton l'a fait certes. Par la force. Avec le résultat qu'on sait: Retour aux cultes polythéistes dès la mort du pharaon et censure de son nom sur les monuments. Et poursuite des cultes traditionnels jusqu'à une époque relativement récente. Oui, je sais que certains archéologues contestent l'idée de polythéisme en Egypte pour parler de monothéisme polymorphe.
Il n'empêche! Le monothéisme au sens strict me parait être une simplification d'un système multiple qui l'a précédé (si quelqu'un a un contre exemple de monothéisme qui serait apparu Ex nihilo , je suis tout ouie, mais là a priori je n'en vois pas), j'ai donc un peu de mal à imaginer qu'un système qui se simplifie peu a peu puisse faire marche arrière et se recomplexifier en de multiples cultes qui vont eux perdurer pendant plus d'un bon millénaire.

De ce point de vue là, Doherty me semble tirer un peu trop de plans sur la comète pour tricoter son scénario basé sur "et si on disait que..." En fait son livre a surtout pâti du fait que j'ai lu peu auparavant les Mythes Egyptiens, qui pour être de la vulgarisation laisse entrevoir la complexité de la chose.

Voilà, c'est ça: le roman m'a semblé basé sur un faisceau de suppositions trop ténues pour vraiment tenir la route, et s'appuyer quasi uniquement là dessus. Et du coup, les ficelles d'enquêtes apparaissent grosses comme des amarres, et au final, on se fiche complètement de savoir qui a commis les meurtres. C'est dommage. Je renterai probablement le coup avec un autre volume de la série pour voir s'il est mieux mené, malgré tout...
1/10

Parce que Hatchepsout en est un des personnages principaux!

1 commentaire:

  1. Voila un sujet qui a l'air très intéressant.
    L’Égypte m'intéresse, mais j'ai encore lu trop peu de choses sur le sujet.

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture