mardi 19 janvier 2010

La Métamorphose - Franz Kafka

metamorphose
Voila en revanche un livre qui va me marquer beaucoup plus que le précédent ( voir Zazie ci dessous), et qui mérite son statut d'incontournable. En 80 pages et quelques, Kafka arrive a créer un climat d'étrangeté et d'angoisse, et tout ça sans effets de manche. En posant simplement d'entrée l'élément fantastique ( un homme se réveille un beau matin et se découvre transformé en scarabée géant), puis en continuant son récit de manière réaliste ( comment se lever, marcher, ouvrir une porte lorsqu'on a plusieurs petites pattes et une pare de mandibules).
Mais surtout l'opposition entre Gregor, le scarabée humain que finalement personne ne songe un instant à comprendre ni même à plaindre, et sa famille de petits bourgeois plus ennuyés qu'autre chose par la situation qui les oblige à changer leur train-train de vie, est poignante. Car le héros, trop bon, trop naïf, ne se rend pas compte de la réalité que le lecteur découvre de plein fouet: les vrais parasites sont bel et bien ceux qui sous des dehors humains vivent sans état d'âme aux crochets du fils qui trime. D'ailleurs, comme pour souligner un peu plus cet état de fait, seul le héros à un nom, et sera désigné " Gregor" jusqu'à la fin, les autres sont "la soeur" ( on apprend incidemment qu'elle s'appelle Grete, mais le plus souvent c'est simplement " la soeur"), "la mère" et "le père". Même pas de possessif ( je n'ai pas lu la version germanophone, mais je suppose qu'il ne doit pas y avoir de "Seine Schwester" non plus), la rupture entre le héros et sa famille est totale.
Après je ne m'aventurerai pas dans les divers niveaux d'analyse: on propose un règlement de compte de Kafka avec sa famille, via la nouvelle, une allégorie morale, sociale, politique, voire religieuse ( le héros lapidé à coup de pommes)... c'est probablement  tout ça et plus encore, au lecteur d'en décider.
snoopycontent
Un texte très court, et riche de nombreux niveaux de compréhension, donc j'ai beaucoup aimé. D'autant que l'édition du Livre de Poche contient également un cours de Vladimir Nabokov (rien que ça!), sur le sujet, tout aussi intéressant à lire que la nouvelle, notamment sur tout ce qui touche à la construction" scientifique" ( en 3 parties, une pièce à 3 portes, comme le sont les présentations didactiques: thèse, antithèse, synthèse), et sur tout ce que le texte peut contenir de théâtral dans son organisation.
Je relirai assurément la Métamorphose, pourquoi pas soyons fous dans le cadre d'un challenge "lire en VO" ( qui serait également l'occasion de se remémorer les lointains cours d'allemand). En tout cas, j'avais déjà bien aimé " le Procès" aux temps du lycée, je vais donc continuer à explorer les oeuvres de cet écrivain, qui se montre aussi à l'aise dans la nouvelle que dans le roman.

une lecture du challenge ABC 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture