mercredi 8 septembre 2010

Mon gras et moi - Gally


 Et de un pour le challenge Bd. J'avais repéré ce titre sur l'agenda dédicace de ma Fnac, l'affiche qui est aussi la couverture du bouquin  ( "mon gras et moi" en rose dégoulinant sur un bide rebondi) m'avait faite rire, puis je n'vais aps pu aller voir ce dont il s'agissait. et voila que ce petit livre refait surface,  il ne fait que 5€60 chez pocket, la 4° de couverture est marrante aussi ( un fessier rose tout aussi rebondi que le son comparse, sanglé dans une culotte étriquée, dont l'étiquette est en fait le code ISBN). Bref, pourquoi se priver.

Donc en fait, "mon gras et moi" narre les déboires et le quotidien d'une fille qui fait partie de qu'on appelle hypocritement "les personnes fortes". Comprendre, elle taille un bon 50. Et donc arrivent les difficultés du quotidien: comment trouver un pantalon à sa taille quand les boutiques spécialisées commencent au 54, mais que les magasins classiques  s'arrêtent au 46, comment résister à l'envie de baffer la copine maigre qui vous comprend " trop bien! j'ai pris 500 grammes et j'ai mis 3 jours à les perdre, l'angoisse", comment transiger avec sa balance et sa conscience pour reprendre une cinquième part de fromage, etc.;

Autant dire que, sur certains trucs , je me suis reconnue ( déjà quand on fait un 46/ 48, pas facile de trouver un pantalon correct, surtout avec la récente mode " cuisses étroites", et j'aboutis régulièrement au magasin hippie avec ses fringues "free size"). Sur d'autre par contre, j'avoue que je ne me sans pas concernée. ayant toujours été grassouille, j'ai pris sur moi, l'état d'esprit de notre héroïne me rappelle plutôt moi au collège ou au lycée. Je suis maintenant totalement opaque aux magazines féminins et leurs promesses mirobolantes, au regard des autres. Limite si le bouquin ne m'a pas fichu un mini complexe du style " C'est pas normal! en fait je devrais culpabiliser, mais je ne culpabilise pas! Y'a un truc qui cloche". Bon faut dire que mon vécu est un peu différent, et puis j'ai toujours été comme ça, pas de brusque changement qui fait déprimer et broyer du noir ( faudra peut être que je songe à écrire "ma flotte et moi" pour les victimes de rétention d'eau? ). en prime, je déteste les sucreries, et je n'ai pas de rapport de compensation envers la nourriture, donc, forcément, je reste un peu extérieure à tout ça, tout en me disant que oui, sur le coup des fringues, c'est bien vu le choix "entre les motifs de clown ou de grand mère slovaque".

Mais finalement le bouquin se clôt sur une note optimiste, avec un personnage qui décide de ne plus se cacher et de s'assumer enfin comme elle est. L'auteur nous a fait une petite catharsis rigolote et sans prétention, c'est assez sympa, rose sur la forme, mais quand même assez noir sur le fond, puisque ça parle aussi d'angoisse et de déprime.
Donc au final, une BD  qui devrait quand même parler plus aux lecteurs/ lectrices hyperphages qu'aux autres, mais qui fait quand même plaisir pour quelques petites choses: une femme qui ose s'affirmer comme "grosse" et qui pointe l'ostracisme envers ceux qui sortent de la norme esthétique . Supposé ou réel, je ne vous mentirai pas, on imagine beaucoup de regards méchants là ou il n'y en a pas, les gens étant en majorité eux-même trop préoccupés de leur gros nez, de leurs grands pieds ou d'autres défauts plus ou moins visibles, pour faire attention aux autres. Mais il faut le reconnaître aussi, il y a toujours un quidam particulièrement mauvais qui prendra plaisir à vous rabaisser, rien que par méchanceté ou frustration, pour le plaisir. De parfaits inconnus qui vous insultent dans la rue. Ca n'est pas la majorité, mais il y en a et il y en aura encore. D'ailleurs souvent, des gens plutôt eux même moches/  trop maigres/ complexés qui cassent les pieds au monde à cause de leur propre complexe d'infériorité. Ceux-là ne méritent que le mépris. Pas évident certes, j'ai mis des années à le comprendre, et a accepter de passer outre. c'est pour ça que je disais que la situation décrite dans la BD fait écho à quelque chose que j'ai vécu, et dépassé il y a maintenant des années. Ce n'est pas toujours facile au quotidien, mais la déprime à ce sujet et morte et enterrée depuis longtemps 

Et puis c'est encore plus positif dans mon cas, de pouvoir voir, en quelque sorte, le chemin parcouru. La dessinatrice serait surement étonnée de me lire mais oui, c'est ce que j'ai pensé: "dire que j'étais comme ça il y a une vingtaine d'années: yeap! le plus dur est fait, et comme je ne me gave pas, que je n'aime ni le nutella ni les frites, que je marche beaucoup, que j'ai identifié mon problème et éradiqué la source, il est plus que probable que cette situation ne reviendra jamais!"

Voila voila, j'ai débordé le cadre de la chronique BD pour parler de choses persos, mais il fallait en passer par là pour mieux comprendre mon avis sur ce livre. Après , il s'agit d'un recueil de planches d'une page, tirée, je viens de l'apprendre, d'un BD blog. Donc, pas d'histoire à proprement parler, ce sont des gags d'une page, deux maximum, en général basé sur un échec lamentable de notre héroïne à s'en tenir à son régime, ou ses stratégies pour tirer au flanc et éviter le sport. Donc toujours ciblé "problème de poids", on peut y être hermétique , je conçois tout à fait. Mais bon, j'y ai trouvé mon compte. Ca ne sera pas la BD de l'année, mais c'est plutôt drôle et bien trouvé.
challenge BD: 1/ 30

edition: 
participation rétroactive au challenge Roaarrr du bar à BD
Challenge roaarrr: prix public Angoulême 2009

4 commentaires:

  1. Je l'avais longuement feuilleté à sa sortie. Bizarrement je n'arrivais pas à le lâcher et encore plus bizarrement, je ne l'ai pas acheté... j'ai pas compris moi-même ! Allez la prochaine que je le croise, je le kidnappe, parce que je pense que je vais l'apprécier !

    RépondreSupprimer
  2. :lol:
    Merci pour le partage de cette chronique et encore bienvenue dans le Roaarrr !!
    Je crois que c'est la première fois que je prends le temps de me poser sur ton blog et ce que je viens de lire me plait beaucoup ! Je sens une pointe d'ironie percer dans tes propos, une pointe de déception quant à cet ouvrage mais j'en retiens également que l'objet semble etre un bon support pour impulser une réflexion (personnelle ou non) sur la question. Je n'avais pas noté le titre de la BD jusqu'à présent, je pense que je vais prendre le temps de la feuilleter et qui sait, je n’exclut pas la possibilité de la lire ^^ Merci à toi et désolée d'avoir mis autant de temps à enregistrer ta participation (c'est que le week-end dernier était assez chargé ! ^^)

    RépondreSupprimer
  3. et merci du compliment ...
    la pointe de déception que tu a ressenti, j'ai aussi compris d'où ça vient: le fait que ce soit une compilation de notes de blog fait qu'on manque légèrement d'un fil directeur, c'est vrai que l'ensemble aurait un peu plus gagné en cohérence si on suivait l'héroïne dans sa lutte quotidienne contre les kilos, plutôt que par instantanés "au magasin" "avec le copain" " en cure d'amaigrissement", voilà, ça manque un tout petit peu de scénario je dirais, et c'est ce qui ressort des autres blogs BD, même ceux que j'adore ( boulet!), un fois compilés sur format papier, ça manque un poil de cohérence. Mais c'est aussi le cas avec les strips en 3 ou 4 cases. Un par jour , c'est bien, tous à la file, on sature!

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu plusieurs albums ces dernières semaines, ouvrages à qui je reprochais un rythme saccadé du fait de la découpe en de trop nombreux chapitres. Du coup, je doute que "Mon gras et moi" me plaira... je vais tout de même aller feuilleter mais je doute.^^

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture