samedi 24 février 2018

Les 12 mois ( dessin animé 1956)

Je continue mon hiver russe, version cinéma d'animation cette fois...

J'ai déjà parlé plusieurs fois de l'animation soviétique et des studio d'animation Soyouzmultfilm lorsque j'avais chroniqué leur production la plus célèbre La Reine des neiges de 1957.

De mémoire, dans les années 80, la TV française avait diffusé plusieurs de ces dessins animés, dont je gardais un vague souvenir, en tout cas j'étais bien certaine d'avoir aussi vu ce 12 mois, bien que je le confondais dans ma mémoire ( il est question d'une petite fille qu'on envoie en plein hiver chercher des perce-neige, et il me semblait qu'ensuite on l'envoyait chercher des fraises, ce n'est pas le cas... Avis à la population donc, je recherche une histoire ou un enfant était envoyé en plein hiver cueillir des fraises. C'est peut être même une histoire écrite ou qu'on m'a lue, d'ailleurs et que j'aurais mélangé avec celle là)

La particularité de ces dessins animés est qu'outre certains vraiment axés propagande politique, beaucoup reprennent en fait des contes populaires. Mais à la différence des Disney qui se sont concentrés sur les textes les plus connus d'Europe occidentale, les dessins animés russes adaptent volontiers les contes et légendes et le folklore d'Europe de l'est. Et s'il y a des thèmes communs avec ceux célèbres à l'est, les histoires elles-mêmes sont moins connues.

Attention toutefois, il y  a plusieurs versions animées de cette histoire tirée d'un conte. Celle -ci est russe et remonte à 1956, et je me souviens l'avoir vue à l'époque,  mais une autre adaptation datant de 1980, japonaise cette fois. 

Les images trouvées en ligne me parlent aussi, c'est peut être dans celle là qu'on trouve l'histoire des fraises ce qui expliquerait que j'aie mélangé les deux?
Apparemment dans les années 80, la TOEI animation a repris pas mal des sujets de Soyouzmultfilm pour les adapter à nouveau pour le marché japonais.  Il semble que dans la version japonaise, ce soit une autre plante qu'elle va chercher, mais c'était bien des perce-neige que je me souvenais principalement, ce qui me fait penser que si j'ai vu les deux, c'est la version d'origine qui m'a surtout marquée.


(idée , en mars c'est entre autres le mois japonais, je vais aller chercher la version japonaise pour la regarder aussi, histoire de vérifier mes souvenirs)


Il était donc une fois, une petite fille de la campagne, débrouillarde et amicale, qui, un peu comme Cendrillon, est exploitée par sa belle-mère et sa belle-soeur depuis la mort de ses parents. Ou en tout cas par une "famille" adoptive qui la traite en esclave.

 La belle-doche abusive à tronche de guenon, on la trouve dans tous les pays et toutes les cultures.

On la découvre au moment où,la veille du jour de l'an , elle est allée seule en forêt ramasser du bois, tandis que les autres sont bien au chaud à se gaver de victuailles. Mais comme elle ne se laisse pas abattre -et pour une fois ce n'est pas par pure niaiserie que l'héroïne est toujours contente, plutôt que ça ne l'avancerait à rien de déplorer sans fin son sort. Elle a conscience de l'injustice de la situation- elle y va et profite même de l'occasion pour observer les écureuils et lapins qui s'amusent ( en chantant hein, quand même. J'hésite à mettre ça sur le compte de l'influence Disney ou du goût prononcé de la culture slave pour la musique. disons moitié-moitié).



Là, elle rencontre un vieux militaire envoyé en pleine forêt comme elle par une personne abusive,  chercher un sapin pour le nouvel an Pas de bizarrerie là dedans, à cause du décalage des calendriers julien et grégorien, le jour de l'an officiel et le noël orthodoxe tombent plus où moins à la même période, et si on ne fêtait plus vraiment noël à l'époque soviétique, apparemment l'habitude de décorer des sapins s'est conservée pour le nouvel an.
Le militaire lui explique qu'il est envoyé là par la reine qui a une dizaine d'années, est orpheline elle aussi,mais rien à voir avec l'orpheline héroïne travailleuse et courageuse.La reine est capricieuse, faignante, exigeante, nulle en calcul et en orthographe et capable de condamner quelqu'un à mort parce que le mot " mort" est plus court à écrire que " gracié" sur un papier administratif.
Voilà pour le passage politique.

Pendant ce temps là, la capricieuse reine vient de décider qu'elle en avait marre de l'hiver, qu'elle avait envie de voir des perce-neige, ses fleurs favorites, et de proclamer par oukase que le printemps était arrivé malgré la tempête de neige. Et de faire promettre un plein panier d'argent à quiconque lui ramènerait des perce-neige.
Evidemment la belle famille de la gamine voit là une excellente occasion de l'envoyer à nouveau en pleine forêt: va nous chercher des perce-neige et ne reviens pas avant d'en avoir trouvé.si par miracle elle en trouve, c'est la richesse; si elle n'en trouve pas, on en sera débarrassés.



Mais comme il s'agit d'un conte évidemment,tout va bien se passer: après avoir failli être mangée par un loup, quand même, la gamine rencontre en pleine forêt un groupe de 12 personnes d'âges variés, près d'un feu. comme elle est polie est sympathique, et qu'elle apprécie également toutes les périodes de l'année, ils vont lui rendre service, car ce sont les personnifications des 12 mois. Les 3 mois d'hivers sont des vieux sages à l'allure de magiciens ou de DedMoroz, les 3 mois du printemps des enfants, ceux de l'été et de automne des adultes munis d'épis de céréales, de fruits, de paniers de champignons, bref les attributs de chaque saison.



Donc temporairement l'esprit d'avril "emprunte" un peu de temps à celui de janvier, pour provoquer un mini-printemps localisé et faire pousser les perce-neige à toute vitesse. Et celui de juin, qui pressent que les choses ne vont pas se passer si simplement, lui confie un bijou magique et une  incantation. Si on lui cause encore des ennuis, elle pourra les invoquer pour qu'ils viennent la sortir d'affaire.

Et bien sûr, entre une belle famille cupide et une reine particulièrement capricieuse, c'est ce qui va se passer.

L'animation est un peu datée, bien sûr, on est en 1956 . Pas d'équivalent Disney cette année là, le précédent datait de 55: la belle et le clochard et il y aura la belle au bois dormant en 59. Je dirais que l'animation est d'un niveau normal pour cette époque. Par contre la gamine débrouillarde est autrement plus intéressante que la donzelle qui pionce et n'a que quelques lignes de dialogue. Ce n'est pas le meilleur de Soyouzmultfilm, évidemment la Reine des neiges est hors catégorie, mais j'ai bien aimé cette histoire d'esprits des mois et des saisons.

De mémoire, c'est même grâce à ce dessin animé que j'ai découvert l'existence de cette plante...

Le dessin animé est court, une cinquantaine de minutes, il aurait gagné à en avoir quand même quelques unes de plus, au moins le temps de donner un nom à ses personnages. Mais outre la critique sociale et politique, il faut bien reconnaitre que c'est assez sympa d'avoir une mise en avant des femmes , car il y a peu d'hommes là-dedans, et de leur endurance et de leurs capacités à se sortir d'affaire certes avec l'aide de la magie, mais aussi de leur cervelle. L'héroïne est avant tout maligne, fidèle aux promesses qu'elle fait, travailleuse et responsable malgré son jeune âge. elle n'attend pas qu'un homme lui amène une solution toute prête, et c'est même elle qui sort le vieux militaire de l'embarras en lui montrant où trouver un beau sapin. Et cette mise en avant de la débrouillardise est un trait classique des mythes et contes nordiques et de l'est ( sauf pour Ivan-dourak "Ivan le crétin", personnage récurrent un peu couillon, parfois moins qu'il n'en a l'air, mais chanceux, et surtout très drôle). Et il n'y a pas d'histoire d'amour, ce qui est logique vu qu'elle a 10-12 ans...

Je l'avais trouvé il y a pas mal de temps en ligne, et téléchargé à l'époque, je ne suis pas sûre qu'il soit encore trouvable, en tout cas en VOSTF .

Je mets par contre un bémol sur les sous titres français, bourrés de fautes d'orthographe, apparemment traduits par un logiciel d'après les sous-titres anglais. On sait ce que ça peut donner de traduire d'une langue qui n'a pas d'articles dans une langue qui en a... Je serais ravie de pouvoir revoir ces dessins animés russes même en streaming payant, avec des sous-titres décents. Ceci dit je suis ravie de constater que mon niveau en russe s'améliore de jour en jour car oui, je continue mon autoformation, et que je peux repérer des choses dans les dialogues en m'aidant des sous titres! Je n'en suis pas encore, loin de là, à pouvoir suivre un film même pour enfants sans sous-titres, mais c'est un bon début.

Et je profite de l'occasion pour dire que même si le défi " hiver en Russie" finit officiellement le 28 février, le mien va se prolonger un peu, car justement en mars, c'est e mois des contes et légendes, et j'ai encore des contes slaves en réserve d'une part, le printemps d'est officiellement le 21 février d'autre par, la Russie est l'invitée du salon du livre de Paris qui a lieu courant Mars d'autre-d'autre part. Et j'ai une lecture en cours, pas encore finie, pour conclure. donc il y aura encore des sujets russes dans les semaiens à venir.

5 commentaires:

  1. je connais pas du tout, je regarderais bien si je trouve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu trouveras plutôt la version japonaise des années 80, ou une version doublée en français.

      Après pourquoi pas, chacun fait comme il veut, c'est juste moi qui suis une fondue des langues étrangères et pour qui la VO est non négociable ( oui, même quand je dois en passer par des sous-titres en anglais, je préfère.. et je travaille même 2 langues en même temps :D)

      Supprimer
  2. j'aime bien les traits des dessinateurs de ce studio, j'avais déjà beaucoup aimé "la reine des neiges". bon week-end!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui l'animation soviétique est peu connue ou oubliée, face au rouleau compresseur Disney ( qui a mène fini par avaler ses concurrents), japonaise ( dont on oublie souvent qu'il n'y a pas que Ghibli d'un côté et les séries TV de studios plus ou moins anonymes de l'autre) et française ( parfois plus prisée à l'étranger qu'ici mais qui est loin de démériter et a une belle originalité.. quand elle n'essaye pas de copier les autres.)

      en tout cas j'ai cherché un peu, mais je ne trouve plus la version russe en ligne. Même pas en streaming payant.

      Supprimer
  3. Merci pour cette découverte. Je vais voir si je peux me le procucrer :-)

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture