mercredi 20 novembre 2013

Model (7 tomes) - Lee So-Young

oui bon, je suis en retard d'une semaine et quelque pour la semaine coréenne et j'ai loupé 2 mercredis BD..Je n'ai hélas pas encore trouvé de machine à voyager dans le temps, hélas..

Donc, voilà, la BD fantastique du jour est donc un manwha, BD coréenne, l'équivalent du manga. en fait, le seul manwha que j'ai chez moi, quelle chance, il s'agit d'une histoire de vampire.

Donc, prologue: Jiyae, étudiante en art, passionnée de peinture, coréenne expatriée on ne sait où (probablement aux USA bien que ça ne soit jamais précisé) a un gros problème. Sa meilleure amie, dragueuse invétérée vient de débouler chez elle avec un type au look gothique ivre mort sur les bras. elle l'a dragué dans un bar, mais visiblement le gothique tient mal l'alcool et Melissa a rendez vous avec un autre gars. Solution: laisser le gars cuver sur le canapé de Jiyae. Des amies comme ça.. autant dire que Jiyae passe une nuit très stressante, avec un inconnu plutôt bizarre dans le salon, elle cauchemarde, et voit en rêve l'inconnu la vampiriser. sauf qu'au matin, gloups! Il s'avère que les deux traces de morsures sur son cou prouve que ce n'était pas un cauchemar, et d'ailleurs le fait qu'il ne se réveille pas avec le jour est un autre indice. Là, n'importe qui de normalement constitué courrait chercher de l'ail, un épieu, et ouvrirait tout grand les volets, mais Jiyae semble avoir l'instinct de survie qui se déraille, et pense u'elle a un coup de pot inoui. Quéééé?
oui, un vampire qui porte une croix au cou, c'est un excentrique..

Oui car elle traverse une période de manque d'inspiration et se dit que peux d'humains auront l'occasion de faire le portrait d'après nature d'une créature surnaturelle. Et que donc, c'est une manière de se faire payer le prix du sang qu'elle a versé. Evidemment lorsque le vampire se réveille, les choses vont se compliquer un peu, mais bref, Muriel , c'est son nom, accepte au final de passer un pacte un peu bizarre avec Jiyae: il accepte de poser pour elle à la condition expresse qu'elle vienne chez lui, le réaliser dans son domaine. Car bien sur il a une idée précise en tête qu'on va découvrir peu à peu.

Alors oui, j'ai bien dit "un" vampire et qui s'appelle Muriel, mais malgré ce nom, et son look complètement androgyne, ce n'est pas une femme. C'est bizarre, mais on s'y fait. J'ai vu que dans la version anglophone il a été nommé " Michael", et mine de rien, je trouve ça dommage, car ce nom ambigu colle finalement très bien au personnage.
Je ne sais pas pourquoi dans la version anglophone, ils ont choisi une police "gothique" pour Muriel, ce n'est pas le cas dans l'édition français, mais c'est idiot ça me fait penser à LA MORT de Pratchett, donc ça perd beaucoup en sérieux

Ca c'était le prologue, il y a 7 tomes en tout, qui développent l'étrange aventure de Jiyae chez le vampire. Car surprise, celui-ci ne vit pas seul, mais héberge deux humains sous son toit. Des gens aussi bizarres que lui, mais deux humains quand même: Eva la très rigide gouvernante, liée à Muriel par un pacte qu'on ne découvrira que beaucoup plus tard, et Ken, un jeune homme qui joue vaguement le rôle de serviteur et semble détester Muriel autant qu'il est possible.
Et Muriel? Au début insolent, frimeur, orgueilleux, Jiyae découvre que finalement, son nouveau modèle n'est pas si antipathique que ça. Lui aussi est peintre, et lui aussi est confronté à un problème d'ordre créatif: depuis qu'il est devenu immortel, ses tableaux ne restent plus fixés, mais s'effacent. Il s'est donc spécialisé à peindre des portraits idéalisés de gens qui vont mourir, malades, suicidaires peu importe. Et se nourrit comme ça, en abrégeant en quelque sorte l'existence de ceux qui de toutes façons y avaient renoncé. Un vampire doué de compassion au lieu du monstre assoiffé de sang qu'elle pressentait, comment Jiyae va-t-elle réussir à concilier tout ça pour son portrait, comment rendre fidèlement un modèle plus complexe que prévu. Et qui dévoile peu a peu des buts altruistes: s'il a passé ce marché étrange, c'est surtout afin de changer les idées à ses deux compagnons humains, en espérant que le jeune Ken, qui vit dans une ambiance finalement malsaine, puisse se faire une amie vivante, et même plus si affinités.
insulter un vampire qui vient de se réveiller.. pire meilleure idée au monde

Voilà pour l'argument. A ce quatuor de bric et de broc qui cohabite tant bien que mal, se joint un peu plus tard un fantôme, qui est lié de diverse manières à Muriel, Ken et Eva, et vient compliquer beaucoup, mais alors beaucoup l'histoire. C'est la 3° fois que je lis le tout, et pourtant j'ai toujours du mal à suivre à partir de son arrivée, parce que la narration devient très très complexe, avec une temporalité brouillée, des visions du passé qui se mèlent à l'action, etc.. On aime ou pas. J'ai dit que c'est complexe comme trame, mais moi, j'aime bien les narrations inventives, donc ça va. Bien que la fin soit un peu précipitée, d'autant que le reste de l'action est assez contemplative.

Graphiquement, c'est spécial. Pas un graphisme européen, pas vraiment un graphisme manga non plus, des personnages très étirés, avec dans les premiers tomes des têtes trop petites et des cous trop gros ( mais ce défaut se tasse au fil des tomes pour devenir un style, donc là aussi, ça passe ou pas... tout ou rien!)

juste parce que j'aimerais bien voir la colo originale de ce genre de pages
Après je disais que c'est la 3° fois que je le lis , je l'ai acheté vers 2005, à sa sortie, et relu un peu plus tard, alors que je faisais du tri dans le but de revendre des choses. Et même chose là, à chaque fois je me dis: le dessin n'est pas exceptionnel, en tout cas au début,  la narration est compliquée, je le revends ou je le garde. et au final je le garde, parce que même si ça finit par virer à l'histoire d'amour ( mais plutôt bien amenée, donc je ne râle pas, ça n'est pas trop relou), parce que Muriel Ken et Eva sont des personnages plus complexes qu'il n'y paraissait au premier abord, que leurs histoires se dévoilent par petites touches, et qu'au final, cette Bd a une ambiance très particulière qui marche bien sur moi. Un titre que je reconnais comme imparfait, mais qui s'attire à chaque coup toute mon indulgence.

Et ce d'autant qu'elle doit être à peu près introuvable maintenant: l'éditeur (Saphira) qui s'était spécialisé en BDs coréennes a coulé, le catalogue a été repris par Samji, qui a coulé à son tour. Je me demande même s'il reste encore des éditeurs pour des BDs asiatiques autres que japonaises en fait.  Xiao Pan, qui faisait de la bd chinoise a fermé aussi. La faute à je pense au mauvais ciblage de lectorat, à un mauvais marketing qui s'est concentré sur les lecteurs de manga " standard", évidemment on ne pouvait pas espérer faire autant de chiffre sur ces titres que sur du shonen de baston, les tirages sont resté confidentiels, les grandes enseignes ont préféré vendre des milliers de tomes d'un rouleau compresseur éditorial qu'essayer de faire connaître les titres plus confidentiels ( c'est d'ailleurs pareil en manga, la plupart des titres que je suivais on été arrêtés parce que pas assez rentables)
Enfin voilà, pour ceux qui sont intéressés, il n'y a pas trop de solution, la version en ligne en anglais par ici par exemple, en pensant à ce que j'ai dit sur le nom, sur la police bizarre, ou croiser les doigts et espérer le trouver d'occasion. Ou me demander gentiment de le prêter, mais je suis du genre à ne prêter mes livres qu'à un nombre restreint de copains triés sur le volet :)
'credi BD

1 commentaire:

  1. ça me paraît vraiment assez sympa, justement je crois que je préfère ce type de dessin aux mangas... et un vampire androgyne, pourquoi pas ? :)

    RépondreSupprimer

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture