dimanche 30 décembre 2012

La vie l'univers et le reste - Douglas Adams

Pour finir l'année en beauté ( et puisqu'il est devenue patent dès octobre dernier que je ne mènerai aucun défi à son terme cette année, autant partir dans tout autre chose), le tome 3 du Guide du voyageur galactique, qui s'imposait, en cette saison de fin du monde ratée.



Constat numéro 1 : je n'aurais pas du laisser passer une année entière entre le tome 2 et le tome 3, car j'ai oublié pas mal des très nombreuses péripéties du volume précédent ( notamment, comment Marvin l'androide a-t-il fait pour arriver sur une planète perdue au milieu de nulle part.. enfin, si c'était expliqué, rien n'est moins sûr). Heureusement, l'histoire reprend là où elle s'arrêtait, et ça je m'en souvenais: Arthur l'anglais très très moyen et son comparse Ford, naufragés temporels sur une terre préhistorique. Les deux y moisissent d'ailleurs pendant 5 ans, avant qu'un autre coup de théâtre temporel ne les expédie dans le futur sur un terrain de cricket, deux jours exactement avant la destruction de la terre telle que décrite dans l tome 1. Leurs projets de prendre une bonne douche va vite être écourté par l'arrivée d'une armada de robots tueurs venus voler les cendres d'un piquet de cricket brûlé ( en fait, un artefact ultra important pour le compte d'une lointaine planète, Krikket, peuplée d'indigènes extrêmement agressifs dont le but est la destruction de l'univers. Rien que ça. Arthur et Ford se retrouvent donc une fois de plus mêlés à leur corp défendant à une improbable aventure où ils vont devoir sauver l'univers entier ( deux fois dans la même journée) en compagnie de Slartibartfast ( un revenant du tome 1, tiens!).
On y retrouve quelques têtes connues: Trillian, Marvin ( trop peu à mon goût), Zaphod - toujours mal  l'aise de la découverte de qu'on appelle la conscience, et du fait,  le seul type de l'univers capable de faire les gueules.
Et quelques nouveux venus: les matelas ( animaux rayés au plats de la planète squornshellous zeta), Thor ( oui, le dieu, marteau et casque à cornes inclus), Wowbagger l'indéfiniment prolongé, créature verte immortelle qui a décidé de tromper son immortel ennui en insultant TOUS les habitants de la galaxie, par ordre alphabétique ( on le voit très peu, mais j'adore cette idée loufoque)

Constat numéro 2: c'est barré. Non, c'est vraiment barré. en fait chaque tome est plus dingue que le précédent. c'est le moment de rappeler que Douglas Adams était copain avec Terry Gilliam et graham chapman, et a écrit un sketch  pour le flying circus. On est donc toujours et de plus en plus dans l'état d'esprit pythonesque. Autant laisser d'entrée la logique et le bon sens au placard pour savourer la course poursuite en pleine préhistoire entre Arthur, Ford et un canapé sorti d'une faille temporelle ( impossible pour moi en plus de ne pas avoir à ce moment la musique de fin de Benny Hill, pour qui s'en souvient. Oui c'était pas le must de l'humour british, mais j'aime bien cette musique). Après, on peut être rétif au non-sens et à l'absurde, mais sur moi, ça marche. Apparemment sur ma mère aussi, elle a bien ri avec le tome 1

constat n°3: ce tome 3 est plus dr à suivre que les autres. Non à cause des péripéties loufoques, qui étaient déjà le lot des autres volumes, mais à causes des références au cricket, sport q totalement méconnu de moi.
Par exemple, je n'ai jamais vu un guichet de cricket, donc me dire que la clef qui va amorcer la destruction de l'univers a la forme d'un guichet de cricket, ça me laisse perplexe. Ah? y'a des guichets au cricket? a part pour vendre les tickets d'entrée...

Ca, c'est un guichet de cricket. Ok, je vois mieux la forme, mais ne me demandez pas à quoi ça sert. Bon d'accord, Adams nous dit que les règles sont incompréhensibles, certes. Mais pas mal de références sont quand même plus intuitives pour un grand-breton que pour une pauvre française, et du coup, je sens que je passe à côté de vannes surement très drôles mais qui m'échappent totalement. Et c'est frustrant.

Mais bon, je n'attendrais quand même pas encore un an pour le tome 4, ça vaudra mieux.
(oui, je suis totalement fan de Marvin et de ses phrases du style « J'ai un million d'idées, mais elles mènent toutes à une mort certaine. » ou « Je dois dire que cette jeune fille se révèle l'une des moins inintelligentes des créatures organiques qu'il m'ait été malheureusement donné d'avoir le profond manque de plaisir de ne pouvoir éviter de rencontrer. » celle là, il faut que je la recase!. Et superbe entre toutes: "Ainsi couché jusqu'aux aurores, Je compte les moutons électriques"


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture