mardi 29 mai 2012

Nihongo no jikan - semaine 8

et voilà, ça file, ça file... j'en perds presque le compte des semaines.

En attendant, un peu de physique des particules ça vous dit?
Enfin, des particules grammaticales qui structurent la phrase en japonais.

Car on l'a dit la syntaxe est différente de celles de l'indo-européen. Et don il a bien fallu trouver une solution pour se comprendre avec des mots qui plus est invariables en genre et en nombre, des adjectifs qui se comportent comme des verbes etc...
Et donc les particules servent grosso modo à indiquer la fonction d'un mot dans la phrase.
En voilà une liste agrémentée d'exemples:
http://www.crapulescorp.net/japonais/cours/grammaire/particules/index.php5

En ce qui me concerne, je trouve que la plus facile à comprendre c'est le " no" ( possessif), qu'on retrouve très souvent en même parfois en chapelet, et le "ka" particule interrogative finale ( en gros, si la prhase finit par cas, c'est qu'on vous pose une question, aïe, il va falloir répondre)

Et la plus compliquée le "ni" ( trop d'emplois différents). La subtile différence entre "wa" (thème de la phrase) et " "ga" (sujet de la phrase) n'est pas piquée des vers non plus.

une autre liste un peu plus détaillée ici. 
Je crois que j'ai grandement intérêt à me faire une fiche pour fixer tout ça, c'est pas gagné!

mardi 22 mai 2012

Nihongo no jikan - semaine 7

Hé oui, avec une semaine de retard... non  que je n'ai rient fait pendant ce temps là, mes révisions continuent leur petit bonhomme de chemin, mais le mois de mai est tout sauf reposant lorsqu'on travaille dans le tourisme, car jours fériés = recrudescence de touristes, avec la nuit des musées au milieu de tout ça.. ça fait que le temps libre se réduit comme peau de chagrin, et surtout qu'en rentrant le soir, j'ai assez peu l'envie de rédiger un billet..

Donc cette fois, un petit point grammaire, avec des mots très utiles appelés " mots kosoado", qui recouvrent à peu près nos adjectifs et pronoms démonstratifs...
Ko-so-a-do est en fait un acronyme composé des premières syllabes des motsKoko, Soko, Asoko, Doko

KOko = ici
SOko = là
Asoko (attention, petite variation) = là bas
DOko= où?
* LA phrase à mémoriser par coeur:
"Sumimasen, toire wa doko desu ka? "
En général, vous n'aurez même pas le temps de la finir qu'on vous aura déjà montré la direction à suivre, d'un geste, assorti de "asoko desu!" (il s'agit bien sur de " SVP, où sont les toilettes?".. et il y en a partout, contrairement à chez nous, c'est l'avantage d'un pays où on boit du thé à longueur de journée)

En fait, et c'est ce qui compte,  on  désigne les objets, les lieux du plus proche au plus lointain + un interrogatif

du coup, on a aussi, suivant le même principe:

KOre = ceci, celui-ci
SOre = Cela,  celui-là
Are = Celui-là (là bas)
DOre = lequel?

et encore:
KOno = Ce...
SOno = Ca
Ano = Ca (là bas)
DOno = Quel?


des exemples d'emploi ici: http://www.crapulescorp.net/japonais/cours/grammaire/demonstratifs.php5.

Voilà, il ne reste plus qu'à mémoriser tout ça pour aller faire quelques emplettes au Japon.

A ce propos, on m'a un jour raconté cette devinette, histoire de montrer qu'un seul mot peut vous sauver la mise:

"quel est le plat préféré des touristes en vacances au Japon?"
réponse: Kore! ( donc, du " ça!") 

mardi 15 mai 2012

et de 200!

et voilà, un peu plus d'un an après le billet 100, voilà le billet 200 , tout à fait inutile.
Et cette fois, c'est un billet belge, parce que oui, Adolphe Sax était un inventeur génial. Et je ne peux que vous conseiller d'aller visiter le musée des instruments de musique à Bruxelles, qui lui dédie tout un étage. En plus le bâtiment art nouveau est superbe!
Mmm ça me donne envie de retourner en Belgique, faire une cure de gaufres, de Bruggetripel et de Chimay bleue ( je ne bois quasiment jamais, mais ces 2 bières sont vraiment bonnes, je dois le reconnaître)

mardi 8 mai 2012

nihongo no jikan - semaine 6

Ha petite semaine cette fois encore, beaucoup d'activités extérieure et peu de temps pour l'écrit..
Du coup comme la dernière fois, je continue plutôt sur ma lancée avec la méthode Assimil, et , là, ça avance bien, j'ai déjà dépassé la moitié du premier tome, avec 2 semaines d'avance sur ce que j'avais prévu, et j'ai déjà le 2 tome sous le coude, prêt à entrer en service dès que ça sera nécessaire. En tout cas, j'ai déjà atteint les leçons où je m'étais arrêtée la première fois, c'est un cap de franchi.

Et , autre nouveauté, on m'a offert en cadeau d'anniversaire un peu tardif "les kanjis dans la tête" assez dur à se procurer car il faut le commander directement chez l'éditeur. Ce bouquin-là est assez particulier, mais je pense qu'il vaut le coup de s'accrocher.

et j'ai aussi récupéré un opuscule " dites le plutôt en japonais", doté d'un CD également, qui est plutôt en fait une liste de vocabulaire et d'expressions thématiques, ça va être utile, ça aussi.

Et donc, puisqu'il faut s'y atteler, le point culturel du jour sera "le sens de la phrase", car l'autre gros problème du japonais, à part les sempiternels kanjis et leur foule de prononciations possible, c'est la syntaxe.

Une syntaxe de langue agglutinante. Totalement différente des langues romanes comme la notre. Totalement différente des langues à déclinaisons qu'on peut avoir apprises au collège/ lycée/ fac.

En fait, niveau syntaxe, un turc me disait un jour que la langue étrangère la plus simple à apprendre pour les gens de son pays, c'est le japonais, car la syntaxe est très proche.

Là ou nous avons " sujet, verbe, complément", en japonais - et donc en turc aussi on aura "(sujet) complément verbe", avec des particules pour indiquer les fonctions. Très différent de notre système, mais très logique en même temps, et apparemment il y a peu d'irrégularité. De même les temps verbaux sont: présent, passé et impératif. Marqués aussi par des désinences qu'on ajoute simplement au radical. Pareil pour donner un sens de négation"

Tabemasu> je mange ( tu mange, nous mangeons.. il n'y a pas de personnes, c'est le contexte qui donne le sens exact), mais aussi pluriel si on ajoute " demain" "ce soir"...
Tabemashô> mange! mangeons!
Tabemashita > j'ai mangé, je mangeai, (à toutes les personnes)
Tabemasen> je ne mange pas, tu ne manges pas, etc...
et un peu différent
Tabemasen deshita( négatif du passé) je n'ai pas mangé...

et toutes ces désinences servent à préciser, à nuancer le discours ( les adjectifs ont les leurs, pour donner par exemple dans "l'à peu-près")

et hop, ça donne en pratique
*Ichigo o tabemasu: Fraise (o = particule indiquant le complément, toujours après le mot qu'elle concerne) + verbe manger
je mange une/des fraises, tu manges une/ des fraises etc..
*Ichigo o tabemasen: je ne mange pas de fraises, tu ne manges pas de fraises, etc
*ichigo o tabemashita: j'ai mangé, nous avons mangé, nous mangions, etc.. une/des fraises
*ichigo o tabemasen deshita: je n'ai pas mangé, tu n'as pas mangé, elles n'ont pas mangé, etc.. de fraises

et pour une forme interrogative, puisqu'on y est, on rajoute simplement (enfin, un truc simple!), "ka" la particule interrogative à la fin de la phrase.
Ichigo o tabemasu ka? > as-tu, a-t-il, etc mangé des fraises?

pour les curieux, il y a là un mémento pour l'emploi des particules.

et comme c'est bientôt la saison, je conclurai simplement " Ichigo o tabemashô"!
et pour le plaisir je vous en ai même trouvé en origami, dites donc!
http://www.astuces-de-maman.fr/wp-content/uploads/Fraise-en-Origami.jpg

mardi 1 mai 2012

24 choses (7)

Alors comme en ce moment, le temps me manque, je vais faire ma flemmarde et ho, tiens ça fait longtemps que je n'ai pas fait de latin, ça me changera un peu du japonais,!

Donc, il est temps d'attaquer... la troisième déclinaison, alias la déclinaison maudite, celle qui n'a jamais pu rentrer dans ma caboche. D'abord parce que c'est celle fourre-tout ou on colle  tout ce qui ne rentre pas dan les deux précédents. Ensuite parce que je n'arrive jamais à me rappeler la différence entre un parisyllabique et un faux imparisyllabique ( et en trois, parce que j'ai toujours envie de coller deux S à ces  ù*ù^$ù£µ de mots)
Rien que de voir les écrit  " imparisyllabiques" et "parisyllabiques" (ho, c'est marrant, blogger ne les connaît pas, ces mots là, et croit à une faute d'orthographe), je frémis de peur. Et je ne parle même pas des  faux imparisyllabiques.
En grec, c'était l'aoriste 2 qui me faisait cet effet.
alors voyons déjà ce que dit mon site de révisions:
"1 Les imparisyllabiques sont des mots ayant un nombre inégal de syllabes au nominatif et au génitif singuliers.
(> consul, consulem.. oké, c'est bon)
2 Les parisyllabiques sont des mots ayant un nombre égal de syllabes au nominatif et au génitif singuliers.
(> ciuis, ciuem, c'est bon aussi)
3 Les faux imparisyllabiques sont des mots ayant un nombre inégal de syllabes, mais dont le radical est terminé par deux consonnes."
(> urbs, urbem... bizarrement j'ai toujours considéré le S final comme une syllabe tronquée, et donc pour moi, urbs et urbem on le même nombre de syllabes!)

Heum.. pauvre moi, tiens! ne reste plus qu'à faire une petite fiche pour "rex, regis" et "mare, maris", qui ira rejoindre les deux autres déclinaisons
hé bé, c'est pas gagné!

Nihongo no Jikan - semaine 5

Bon, alors évidemment, je suis en vacances, et évidemment je n'ai pas autant travaillé que je l'espérais, en tout cas sur l'écrit .Oui, c'est un comble, mais je suis faible face aux possibilités de promenades à la campagne. Avec beaucoup de mauvaise fois, disons que je m'entraîne pour la randonnée des temples à Shikoku, à l'automne prochain. La tête c'est bien, mais la tête et les jambes, c'est mieux. Par contre j'ai avancé plus que prévu sur Assimil, c'est toujours ça de pris. Le problème, c'est que je n'ai retrouvé que 2 Cd sur les 3, va falloir fouiller en rentrant :/

Mais j'ai quand même du nouveau à partager, c'est bien d'avoir un oncle et des cousins qui partagent les mêmes centres d'intérêt.
J'ai donc pu récupérer les cours de japonais proposés par la NHK, les anciens ne sont plus disponibles sur le site, mais les voici mis en ligne sur un blog. Après des années de bons et loyaux services, la NHK a changé de cours et propose désormais " le japonais en douceur", téléchargeable en podcast ( enfin, mon mp3 vient de décider subitement de bugger, donc, pas encore pu tester )

Et également, un petit logiciel fort intéressant, Keyhole TV, qui permet de regarder des chaines japonaises en streaming (attention résolution de l'image toute pourrie en grande taille, il faut rester au format timbre pour une qualité moins mauvaise), et des radios. Impossible de savoir ce qu'elles diffusent, à priori, il y a beaucoup de parole, mais c'est toujours agréable de repérer quelques mots connus.

Pour la musique, je dois avouer ma grande méconnaissance de tout ce qui est j-pop, j-rock, et cie. J'écoutais parfois radio Nozomi il y a quelques années, mais elle a disparu. Je viens de trouver celle là: Radio mumix, je suis en train de la tester depuis quelques dizaines de minutes. comme partout, il y a du bon et de l'inécoutable, mais ça a l'air assez varié, je viens d'entendre de la pop plutôt sympa, de l'électro, du bizarre inclassable ( par contre impossible de savoir ce que l'on écoute, il n'y a pas de playlist, ou alors sur le site officiel, mais.. bon courage! En tout cas l'album du moment se laisse bien écouter, j'ai eu du mal à trouver la référence, je crois que la chanteuse s'appelle "chiho" quelque chose. Une voix plutôt agréable, une guitare et pas de chichis

Il y a plusieurs stations différentes, surtout de la pop, mais j'ai réussi à dénicher une station rock ( ce n'est pas vraiment du rock qui décoiffe, plutôt gentillet, mais c'est toujours mieux que rien).

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture