mercredi 11 novembre 2015

je mooque.. suite

J'en avais parlé il y a quelque trois semaines ici, 

Alors mon premier mooc? C'est donc celui sur l'anglais que j'ai choisi. Evidemment, ce n'est pas un cours personnalisé il ne faut pas s'y attendre, mais arrivée à mi parcours ( en fait au module 3, 4 sont disponibles pour le moment, ce qui fait la moitié, le cours comprend 8 modules, mais j'ai pris un peu de retard pour cause de très grosse semaine de travail), je trouve ça très intéressant.

- d'abord, le fait, justement, de pouvoir avancer à la carte, même un jour férié comme aujourd'hui, sans nécessité d'être libre tel jour à telle heure et surtout sans le problème absolument insurmontable du retard.
Hé oui, souvenez vous, au collège, quand en cours de langues ( 4 h00/ semaine) vous aviez été absent(e) pendant une semaine pour cause de santé, et que le prof continuait, vaille que vaille, sans même se donner la peine de récapituler ou de vous donner un polycopié pour résumer ce qui s'était fait en votre absence? Par effet papillon, il se peut bien qu'après un excellent premier trimestre d' espagnol en 4°, vous vous soyez retrouvés avec des notes pourries au second trimestre parce qu'une entorse vous avait éloignés des cours pendant deux semaines. Et hop, interro écrite sur les conjugaisons le jour de votre retour. Ca sent le vécu n'est-ce pas? Et au final, ces 8h00 manquées jamais récupérées parce qu'évidemment, personne n'aura eu la bonté de vous passer des cours - et de toutes façons, il y a aussi 2 semaines à rattraper sur toutes les autres matières, hormis le sport - vont faire une lacune que vous avez traînée jusqu'en terminale. Là, pas de problème, tu es chez toi. Mais quel dommage que le net n'ai pas existé à l'époque où j'étais au collège, parce que je ne pouvais décemment pas compter sur l'heure de trou une fois par semaine pour récupérer 2 semaines de retard au CDI. Et oui, pas de matériel accessible directement de chez soi à n'importe quelle heure à l'époque.

- Après, le cours s'adresse à un niveau un peu inférieur au mien ce qui fait que je n'ai pas de souci de compréhension, et donc, ça va très vite sur certains points. sur d'autres par contre, j'apprends des choses nouvelles et intéressantes. Par exemple, les catégories grammaticales, c'est tout bête, mais j'ai appris l'anglais en institut, avec une méthode basée surtout sur la compréhension orale et la discussion. Je n'ai pas de problèmes de lecture, je sais utiliser un dico quand il le faut, mais je ne me suis jamais posé de question sur les pronoms, réfléchis ceci, les déterminants celà. Même les verbes irréguliers sont rentrés peu à peu,naturellement, et dans l'usage, pas comme les liste de verbes irréguliers allemands appris par coeur au collège. Un peu comme quand on apprend à parler le français étant gosse, et où on va galérer à mort arrivés en CE1 quand il va falloir se coltiner les analyses grammaticales ( ça se fait encore? en tout cas, le pire ça a été le retour de l'analyse grammaticale en fac, une réforme étant passée par là, il a fallu essayer de désapprendre les natures et fonction si difficilement engrangées à l'époque. comment ça ça n'existe plus les adjectifs possessifs? faut dire "déterminant possessif" maintenant, et meeeeeeeeerde). donc oui, les natures des mots, ben c'est tout bête mais ce n'est pas quelque chose que j'avais appris pour passer le TOEIC.

- Dans le module 1, il y a un petit test à passer, pas noté, mais qui sert à déterminer votre style d'apprentissage naturel. Et j'insiste NA-TU-REL. Ce qui faute de temps n'est jamais abordé en cours de langue classique. C'est déjà assez la zone comme ça, si en plus il fallait regrouper les élèves par compétence de base.
Ben oui, mais au moins les français n'auraient peut être plus cette réputation d'être nases en langues?

Donc petit test dont il ressort que j'ai un profil d'apprentissage "auditif": pas besoin de forcer ma nature dans un autre sens - par exemple, d'apprendre des listes de vocabulaire par cour, ça aura zéro efficacité pour moi. Pas la peine non plus de prendre des notes quand j'écoute quelque chose, car je vais perdre le fil, il vaut mieux que j'écoute quelque chose une première fois et en entier avant de commencer à prendre des notes.
D'autres auront un profil visuel, et vont devoir faire des cartes de vocabulaires illustrées de dessins. d'autre vont mieux mémoriser en lisant à haute voix et en associant un geste avec un mot, comme un acteur qui va mémoriser le texte de la pièce en fonction d'un déplacement spatial.
Le Mooc ne peut pas vous apprendre à parler anglais en 8 semaines, c'est impossible, mais déjà, identifier son profil personnel et voir quels types d'exercices vont y correspondre le mieux, c'est crucial. Ils insistent là dessus, on est là pour vous apprendre à apprendre, et la manière efficace pour  ne sera pas la manière efficace pour B.

Donc pour moi, écouter, écouter et encore écouter. Des heures et des heures de film en VO seront toujours plus utiles dans mon cas que des heures et des heures de cours de grammaire passés à décortiquer la langue. Ca ne veut pas dire que je puisse faire l'impasse dessus, simplement que la théorie rentrera mieux dans ma caboche si j'ai entendu auparavant comment tout ça s'organise en pratique.

Ca ne surprendra personne au fil du temps j'avais fini par remarquer de moi-même que toutes mes activités ( musique, chant, danse à l'époque,  VO sous-titrées, faire des jeux de mots, je vous gave ici même depuis des mois avec mon amour pour les voix parlées ou chantées, la musicalité des textes de Poe, etc.....) ont le son comme point commun. Et que ce que je croyais pendant longtemps être une dispersion d'activité ne l'est en fait absolument pas.
Ce point est très très très important... mais pas évident à la base. J'en ai parlé à deux personnes qui ont décidé de tenter le même MOOC et qui n'en avaient aucune idée à cause du formatage " par coeur" subi depuis le primaire. Je l'ai découvert un peu par hasard parce que j'ai fait des études de FLE ou  ce genre de stratégies étaient évoquées.
Ma mère par exemple ne connaissait pas les fiches bulles où on rassemble les mots par champ lexical ou par champ sémantique. Et pourtant quel temps gagné par rapport à la bête liste de vocabulaire!
Exemple tiré de mon travail:
champ lexical: tableau =  peinture/ peintre/pinceau/cadre/musée/art...
champ sématique: cadre = ce qu'on met autour d'un tableau/ d'un texte/ le décor où se déroule une action/ un employé supérieur, un morceau de vélo

-Les stratégies proposées par ce cours sont très intéressantes car transposables dans d'autres langues et dans d'autres domaines. Et à chaque type d'apprentissage correspond des exercices spécifiques, qui ne sont pas proposés directement dans le MOOC , mais à faire par soi-même, en regardant les liens proposés dans chaque modules. Je suis déjà allée m'inscrire à plusieurs sites forts intéressants qui vont me permettre de continuer par la suite après les 8 semaines. Là aussi, le fait de regrouper les ressources est une très bonne chose, j'aurais peut-être fini par les trouver en fouillant le net mais après combien d'heures de recherche?
Et puis il y a les besoins à prendre en compte: il y a 10 ans j'aurais eu surtout besoin des champs lexicaux liés au vin, puisque j'y travaillais. Maintenant ça n'a plus aucune importance que je sache décrire un vin en quelque langue que ce soit. Par contre j'ai besoin du vocabulaire de l'art et du tourisme. Une avocate, un financier, ou encore quelqu'un qui fait la cuisine ou qui veut juste voyager aura d'autre besoins.

Donc pour le moment, quelque chose de très positif ( même si je regrette le manque d'interaction sur le forum dédié), qui permet d'utiliser ce formidable outil très bordélique qu'est l'internet pour y sélectionner les ressources les plus intéressantes pour mon profil. Finies les listes de vocabulaire strictes avec des mots courants qu'on ne retient pas parce qu'il ne sont pas présenté dans un exemple d'emploi et des mots inutilisables qui vont évidemment se graver à vie dans votre tête parce qu'ils ont un son marrant ( oui, j'ai eu à apprendre au lycée: Rücktrittbremsen et Schlagbohrmaschine. soit: frein de rétropédalage et perçeuse à percussion. Et ça ne me servira  probablement jamais! Je n'ai aucune intention d'aller percer des trous en Allemagne, et quand bien même, j'aurais appris ce mot-là 10 minutes avant d'aller au magasin de bricolage).
Et tout celà risque fort de m'être utile si je me retrouve à donner des cours de soutien en français quand j'aurai la possibilité de partir 6 mois en Allemagne pour me remettre à niveau ( en échange de savoir contre du bricolage, pour ne plus jamais avoir à parler de Schlagbohrmaschine).

Donc prochain MOOC qui commence dans 12 jours: celui sur la francophonie. En tout cas le principe de ces cours gratuits sur une foule de sujet est complètement enthousiasmant! je commence donc par les sujets qui me tentent le plus ou me concernent le plus et après qui sait, découvrir un autre domaine?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture