jeudi 1 août 2013

bilan festivalier

Et voilà, le festival est fini, c'est l'heure du bilan!

D'abord, cette année, j'en ai profité beaucoup moins que prévu, la faute à un frigo en panne en pleine canicule , il a fallu faire le tour des magasins pour trouver un remplaçant, et ce sont des frais dont je me serais bien passée au moment ou je viens de réserver un voyage pour septembre, et en plus, sortir en plein cagnard quand on n'a même pas la possibilité de boire un peu d'eau fraîche au retour, ça ne motive pas vraiment, donc, j'ai limité au maximum mes dépenses d'argent et le temps passé en extérieur ( d'autant que la clim étant en panne au travail, j'avoue qu'une fois rentrée, douchée et séchée devant le ventilateur à pleine puissance, je n'avais pas vraiment le courage de ressortir.
Du coup " petit" festival cette année.

11 juillet: "les rois vagabonds", un spectacle de clowns/acrobatie/ musique. Honnêtement, si je n'avais aps eu une invitation je n'y serais pas allée, car ce n'est pas du tout mon genre de prédilection. je n'ai jamais aimé les clowns en général et je n'ai pas vraiment apprécié, justement parce que ça n'est pas mon truc. Je reconnais la performance, le talent des acteurs/ acrobates/musiciens, mais ça ne me parle pas.
Autre souci,  j'ai eu tout du long l'impression qu'il s'agissait d'un spectacle de rue, à la base, placé pour l'occasion dans une salle. Il y avait des décors, mais peu utilisé, et je me trompe peut être, mais j'ai l'impression que les deux artistes étaient un peu serrés sur cette scène assez petite, ça manquait peut-être de l'ampleur et de la liberté que ça aurait eu à l'extérieur en fait. Je vois sur leur site qu'ils jouent régulièrement sous chapiteau, et je pense que j'aurais davantage accroché dans ce cadre là, plus adapté au genre du spectacle. Mais pour les gens qui sont sensibles aux cowns, et à l'acrobatie, je conseille, c'est quand même du haut de gamme. Juste, pas trop pour moi.


22 juillet: jour de repos, je peux pour une fois aller au théâtre le matin. C'est donc "20 000 lieues sous les mers" que j'irais voir. Enfin. Car ça fait au moins 4 ans qu'elle est présentée, mais que je la ratais à chaque fois, principalement parce qu'elle joue à guichet fermé et qu'il ne restais pas de places pour les jours ou j'étais libre. Là je m'y suis prise bien ' ou 5 jours à l'avance et j'ai pu y aller.
Et là, surprise, il n'y a que 2 acteurs ( dont un rôle muet), le professeur Aronnax qui tient une conférence où il raconte ce qui lui est arrivé, et l'accessoiriste qui intervient parfois sans un mot en tant qu'assistant. Un décor minimaliste, on se demande comment ils vont représenter l'attaque du poulpe géant qui est quand même le morceau de bravoure du roman..
réponse en image
Les personnages secondaires sont représentés par des objets de musée (l'os , c'est le journaliste américain si je me souviens bien, le poisson, c'est Monsieur Conseil, la coquille, c'est Ned Land, le crâne, c'est le capitaine Nemo )et tout est gonflable, et planqué dans les décors. L'orgue est gonflable, les tentacules du poulpe - qui atteignent presque le  fond d'une salle de bonne taille- sortent du bureau, sont gonflables, le maelstrom est gonflable. Un bric à brac que Jules Verne aurait probablement adoré, et c'est vraiment trsè très drôle, même les passages du livre sur les noms scientifiques d'espèces qui m'ont parus long sont là, abrégés, certes, mais tournés de manière humoristique, l'acteur est excellent, un régal!
Je ne sais pas si la pièce va continuer à tourner régulièrement, d'autant que la même troupe annonce pour l'an prochain "la machine à explorer le temps" de Wells. Oui oui. Des fans de proto SF on dirait, ces gens sont bien

23 juillet: Le grimoire de la forêt - les améridiens
Une petite heure de contes amérindiens qui nous expliquent l'invention de l'attrape-rêves par une araignée, comment le manitou écureuil enseigna la médecine à une jeune femme, ou ce qu'il arriva au chasseur Nanabozo vant qu'il ne se révèle comme l'esprit du Grand Lapin ( si vous avez lu Yakari et Oumpah-pah, ça vous parlera).
Très frais, souvent drôle et instructif pour les jeunes comme pour les moins jeunes. oui, j'avoue l'actrice est une de mes meilleures amies, mais ce n'est pas pour cette raison que je dis du bien du spectacle , mais parce que je l'ai vu et apprécié ( d'ailleurs il y a d'autres "grimoire de la forêt", un sur les arbres et un un sur noël qui tournent selon les périodes, mais que je n'ai pas vus, et j'ai cru comprendre qu'il y en a d'autres en projet, en particulier sur les contes aborigènes)

25 juillet: Devadasi , danse indienne  par Raghunath Manet. J'y reviendras dans un sujet à part.

27 juillet: Yvonne, princesse de bourgogne, de l'écrivain polonais W. Gombrowicz. On y suit les mésaventures d'Yvonne, une fille mutique (l'actrice n'a qu'un mot de toute la pièce!) mal habillée, godiche, qui ne sait pas se tenir. Une roturière qui assiste dans la foule à la parade d'anniversaire du roi de Bourgogne. tellement insolite qu'elle attire l'oeil de l'héritier du trône qui par dérision la houspille, puis finit par la demander en mariage. Tout le monde essaye de le faire changer d'avis, mais rien n'y fait, il s'entête et traîne sa fiancée de circonstance à la cour, ou sa simple présence va mettre tout le monde à cran, révéler les sales petits secrets qu'on croyais bien cachés, au point que toute la cour n'aura plus qu'une idée, éliminer l'intruse si possible de la manière la plus ridicule possible. Une pièce d'un humour volontiers noir, et d'un cynisme qui met parfois mal à l'aise, car l'histoire est quand même sinistre. J'ai beaucoup aimé, la mise en scène est simple, mais fait mouche ( tout le monde porte un masque, sauf Yvonne, le message est limpide). Presque expressionniste en fait, ce qui accentue le côté farce macabre.
Et puis ça fait plaisir de voir des pièces avec un bon nombre d'acteurs au festival off, car il y a de plus en plus de one man show (moins cher à produire, à loger, tout ça), et je le regrette.

29 juillet: Régis Mailhot " reprise des hostilités". Oui je parlais de One man show, bien que ça ne soit pas ce que je préfère, il m'arrive d'aller en voir, simplement je sélectionne bien. Et cette année, c'est Régis Mailhot que j'ai sélectionné, connaissant déjà son humour politique plutôt corrosif. Mais ce spectacle n'est aps politique, ou plutôt si, mais indirectement. Ceux qui s'attendaient à une satire de la politique de François Hollande en ont été pour leur frais, R Mailhot fait ça déjà toute l'année au théâtre des 2 ânes, donc pour une fois,'il brocarde surtout les extrémistes de tout poil: anti mariage pour tous, mais aussi pro mariage pour tous, fanatiques religieux (moment hilarant lorsque les religions révélés sont comparées à des opérateurs de téléphonie mobile, avec leurs avantages et inconvénients, niveau relation client, qualité du service, contraintes, résiliations, etc..). Je sens que je vais aussi reprendre à mon compte certaines remarques sur le mariage ( "pourquoi chercher sa moitié quand on est très bien entier") et les enfants ( lorsque les médias fanfaronnent
au sujet du taux de natalité, alors qu'il n'y a vraiment pas de quoi flamber, la surpopulation ravage la planète, le chômage n'a jamais été aussi haut,  et les françaises continuent à "dégoupiller des gosses" comme autant de bombes à retardement .Disons que j'ai pensé très fort à une personne de ma connaissance :D)

Mais pas pour les enfants, hein, j'ai été stupéfaite de voir dans la salle à côté de moi un couple de retraités qui avaient amené avec eux sa petite fille de .. 8 ans, à peu prés? La gamine ne comprenait rien, et les grands-parents n'en menaient pas large, je suppose qu'ils devaient déjà angoisser à l'idée de devoir expliquer certaines choses à la petite!

30 juillet: le festival finit le lendemain, vite, il faut en profiter jusqu'au dernier moment
Le médecin Volant, adapté par Guy Simon ( même compagnie que les contes amérindiens en fait), 2 acteurs seulement pour tous les rôles de cette courte pièce, pas la plus connue. Ici, deux SDF ont décidé, plutôt que de faire la manche, de jouer une pièce de Molière pour attirer l'attention sur eux, et la seule qu'ils ont sous la main, c'est une vieille édition du médecin volant. Evidemment les deux se disputent les rôles ( "ha non, moi je veux jouer le notaire, c'est un personnage que j'aime bien, pourquoi ça serait toi.. " etc..) font ce qu'ils peuvent avec ce qu'ils ont ( Bobines de chantier, cartons, peluches et costumes de récupération). Et c'est très très drôle, l'énergie des deux comédiens fait plaisir à voir.

Hang solo:  en fait un concert à entrée libre. L'objectif du percussionniste Francesco Agnello est surtout de faire connaître au plus grand nombre le Hang, instrument aux allures de soucoupe volante et au son proche du steel drum, inventé il y a moins de 10 ans par un facteur d'instrument suisse.
J'avais déjà dû en parler, car j'avais travaillé pour lui il y a maintenant 12 ans, et j'adore son état d'esprit et son envie de faire connaître son métier. Et comme j'aime beaucoup ce son si particulier, j'y vais régulièrement. en plus il y a des invités surprise tous les soirs, donc un spectacle différent à chaque fois. L'an dernier, je suis tombée sur une sympathique chanteuse italienne, cette fois si , sur un jeune homme à lunettes qui déclamait ma tirade préférée de Cyrano ( je ne pense pas que le hasard le mène par là, mais si c'est le cas: Mon bon monsieur, j'ai adoré votre intervention! aucun souci, c'était super, sisi, c'est sincère!)




31 juillet: le prophète. en fait avoir vu le concert la veille m'a donné envie de revoir le prophète. J'ai une relation un peu particulière avec cette pièce, puisque c'est celle là, justement pour laquelle j'avais travaillé en 2001. a l'époque j'avais du la voir une bonne quinzaine de fois, puisque je tenais la billetterie et surveillais la sortie. et j'avais adoré, je suis donc retournée la voir pour découvrir les modifications de mise en scène ( en 2001, c&ait la seule pice présentée à cet endroit, le décor restait en place durant tout le festival il y avait donc un vrai désert avec 2 tonnes de  sable sur le sol.. ce qui n'est plus possible). Francesco Agnello a ménagé une place au hang, qui n'y était pas dans la version d'origine et c'est très agréable, le passage sur la loi est moins couvert qu'avant ( c'était une grosse caisse à l'époque), du coup la voix de l'acteur passe mieux, et j'ai eu un grand plaisir à la revoir. Lorenzo Bassotto qui joue le rôle est vraiment investi à 100% dans le rôle, c'est superbe à voir ( d'autant qu'étant d'orgine italienne, son petit accent apporte un plus au rôle du prophète, étranger en exil. une année, le rôle avait été tenu par un français, et si bon qu'il soit, il manquait ce petit plus)


Voilà, un petit festival par le nombre de spectacles vus, j'espère que l'an prochain, je n'aurais pas de frais qui me tombent dessus au dernier moment. Mais je sais déjà que j'irais voir "La machine à explorer le temps" si elle est présentée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture