mardi 8 mai 2012

nihongo no jikan - semaine 6

Ha petite semaine cette fois encore, beaucoup d'activités extérieure et peu de temps pour l'écrit..
Du coup comme la dernière fois, je continue plutôt sur ma lancée avec la méthode Assimil, et , là, ça avance bien, j'ai déjà dépassé la moitié du premier tome, avec 2 semaines d'avance sur ce que j'avais prévu, et j'ai déjà le 2 tome sous le coude, prêt à entrer en service dès que ça sera nécessaire. En tout cas, j'ai déjà atteint les leçons où je m'étais arrêtée la première fois, c'est un cap de franchi.

Et , autre nouveauté, on m'a offert en cadeau d'anniversaire un peu tardif "les kanjis dans la tête" assez dur à se procurer car il faut le commander directement chez l'éditeur. Ce bouquin-là est assez particulier, mais je pense qu'il vaut le coup de s'accrocher.

et j'ai aussi récupéré un opuscule " dites le plutôt en japonais", doté d'un CD également, qui est plutôt en fait une liste de vocabulaire et d'expressions thématiques, ça va être utile, ça aussi.

Et donc, puisqu'il faut s'y atteler, le point culturel du jour sera "le sens de la phrase", car l'autre gros problème du japonais, à part les sempiternels kanjis et leur foule de prononciations possible, c'est la syntaxe.

Une syntaxe de langue agglutinante. Totalement différente des langues romanes comme la notre. Totalement différente des langues à déclinaisons qu'on peut avoir apprises au collège/ lycée/ fac.

En fait, niveau syntaxe, un turc me disait un jour que la langue étrangère la plus simple à apprendre pour les gens de son pays, c'est le japonais, car la syntaxe est très proche.

Là ou nous avons " sujet, verbe, complément", en japonais - et donc en turc aussi on aura "(sujet) complément verbe", avec des particules pour indiquer les fonctions. Très différent de notre système, mais très logique en même temps, et apparemment il y a peu d'irrégularité. De même les temps verbaux sont: présent, passé et impératif. Marqués aussi par des désinences qu'on ajoute simplement au radical. Pareil pour donner un sens de négation"

Tabemasu> je mange ( tu mange, nous mangeons.. il n'y a pas de personnes, c'est le contexte qui donne le sens exact), mais aussi pluriel si on ajoute " demain" "ce soir"...
Tabemashô> mange! mangeons!
Tabemashita > j'ai mangé, je mangeai, (à toutes les personnes)
Tabemasen> je ne mange pas, tu ne manges pas, etc...
et un peu différent
Tabemasen deshita( négatif du passé) je n'ai pas mangé...

et toutes ces désinences servent à préciser, à nuancer le discours ( les adjectifs ont les leurs, pour donner par exemple dans "l'à peu-près")

et hop, ça donne en pratique
*Ichigo o tabemasu: Fraise (o = particule indiquant le complément, toujours après le mot qu'elle concerne) + verbe manger
je mange une/des fraises, tu manges une/ des fraises etc..
*Ichigo o tabemasen: je ne mange pas de fraises, tu ne manges pas de fraises, etc
*ichigo o tabemashita: j'ai mangé, nous avons mangé, nous mangions, etc.. une/des fraises
*ichigo o tabemasen deshita: je n'ai pas mangé, tu n'as pas mangé, elles n'ont pas mangé, etc.. de fraises

et pour une forme interrogative, puisqu'on y est, on rajoute simplement (enfin, un truc simple!), "ka" la particule interrogative à la fin de la phrase.
Ichigo o tabemasu ka? > as-tu, a-t-il, etc mangé des fraises?

pour les curieux, il y a là un mémento pour l'emploi des particules.

et comme c'est bientôt la saison, je conclurai simplement " Ichigo o tabemashô"!
et pour le plaisir je vous en ai même trouvé en origami, dites donc!
http://www.astuces-de-maman.fr/wp-content/uploads/Fraise-en-Origami.jpg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture