mardi 24 avril 2012

Nihongo no jikan - semaine 4

Et voilà, semaine 4, déjà un mois, il est temps de faire une pause révision, et , ça tombe bien, une semaine de vacances à la campagne, le temps qui s'annonce maussade.. tout ce qu'il faut pour se motiver un peu. La valise qui contient plus de bouquins qu'autre chose, un ordi portable tout neuf et une connexion wifi, je n'ai donc aucune excuse pour buller.
Ma mission cette semaine sera donc de tracer des kanjis au kilomètre, en tout cas, la cinquantaine que j'ai revus,  en profiter pour écouter les CD de a méthode assimil- chose que je ne peux pas faire au travail-  consolider les hiragana et katakana.

Tiens, à ce propos, dans le premier compte rendu, j'avais omis une partie des kanas, pour ne conserver que ceux de base. Allons plus loin. voilà le tableau complet


1 - sonorisation de consonnes (partie gauche des tableaux)

D'abord, c'est au niveau des lignes Ka, Sa, Ta et Ha que ça se passe
toutes ces consonnes sont sourdes à la base. Or le japonais comporte aussi les consonnes sonores correspondantes: Ka>Ga, Sa >Za,, Ta>Da etc.. Comment les transcrire? C'est tout simple, on ajoute un Dakuten (deux petits traits) à côté du kana concerné, et hop! transformation. Et pour la ligne "ha", 2 transformations sont possible: ajout de dakuten > Ba. Et ajout d'un handakuten (petit rond) > Pa

Bonne nouvelle, c'est exactement le même système qui s'applique pour les katakana.

2-  Contractions de syllabes.

Oui,car ce n'est pas fini. Le problème des syllabaires de ce type, c'est qu'il reste encore une foule de sons "impurs" qu'ils ne peuvent transcrire, et il faut un peu tricher. Par exemple, le problème du judo! Il n'y a pas plus japonais que le judo, mais tel quel, impossible de l'écrire puisque la syllabe "ju" n'existe pas.
C'est là qu'il faut regarder la partie gauche des deux tableaux:
Dans chaque rangée, à l'exception des voyelles, le kana en -i peut être combiné avec les sons "ya, yu, yo", écrits en plus petit, pour obtenir: kya ( pour peu que vous lisiez des mangas, c'est le cri de peur typique de la donzelle en détresse: kyaaaaaaaaaaa), gya, kyu ( le kyudo, ça vous parle?), Cha (prononcé "tcha", le thé), Ja, Jo, ju, , ryu ( prononcé très roulé, lyu, c'est le dragon), etc..

3- allongement de syllabe

Certaines voyelles sont allongées, mais non répétées donc, pour le noter graphiquement, là aussi il a fallu tricher.
Pour les hiragana, on rajoute un petit "u" non prononcé derrière la voyelle concernée. Plusieurs transcriptions sont possibles en alphabet latin, pour éviter toute ambiguité je préfère mettre un circonflexe sur la voyelle longue: Tôkyô se prononce avec 2 o longs ( vous pouvez trouver "toukyou" ou "tookyoo" sur certaines transcription, mais je n'aime pas, c'est un coup à se tromper)

Pour les katakana, c'est plus simple, la voyelle longue est suivie d'un tiret, et basta:
ビール: bi ru (Bier en allemand, avec un i long)


4- Consonnes doublées


C'est le dernier point délicat: les consonnes doubles doivent être prononcées doubles. Sinon, on peut confondre avec un autre mot.
A l'écrit, dans chacun des 2 systèmes, la consonne est précédé d'un "tsu" つ ou ツ écrit petit et non prononcé.
Ne me dites pas que c'est bizarre , c'est une convention comme une autre, et il n'y a pas trop d'autre solution que de le mémoriser par coeur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture